Une pierre brute. Un filon de lapis lazuli.

Avis sur Si tu tends l'oreille

Avatar Mathias Bègue
Critique publiée par le

Si Tu Tends l'Oreille

Ce film est semblable à une pierre brute que le spectateur cherche à polir lors du visionnage. Si cette pierre semble difficile à façonner, une fissure nous laisse entrevoir l'éclat qui s'y trouve à l'intérieur. Sous cette pierre brute se cache en réalité une pierre précieuse.

L'histoire se déroulant dans un Japon au réalisme frappant, les personnages principaux sont des êtres enfermés dans leurs prisons, où l'un fabrique des violons en regardant par sa fenêtre la lumière qui l'illumine, signe qu'il est prêt à vivre sa vie comme il se doit, et l'une se remettant en question en recherchant la pierre précieuse brute sommeillant en elle par la lecture et l'écriture. Celle-ci se cherche, ne sait plus réellement ce qu'elle veut, se laisse emporter par les événements qu'elle ne peut pas contrôler, elle qui vivait sa vie au jour le jour.

Comme une Alice aux pays des merveilles, c'est la rencontre d'un chat qui la guidera vers son monde à elle. Ce chat en qui elle y puisera son inspiration. Ce chat qui le guidera durant sa recherche de sa propre pierre précieuse. Une pierre dont elle aura pas eu le temps de bien façonner, mais dont elle trouvera l'éclat nécessaire sans s'en rendre compte, en ranimant les souvenirs douloureux d'un vieil homme.

Voulant vivre sa solitude sans que la crainte ne s'éveille en elle comme elle le chantait dans Country Road, elle finit par savoir ce qu'elle veut en se libérant de ses craintes et trouva la force d'aimer, ainsi que la force d'affronter l'avenir.

Ce film nous incite à polir notre pierre brute, afin que nous puissions écrire notre propre histoire comme il se doit. Ce film nous incite à prendre notre temps pour la polir, quitte à rester enfermé dans notre prison, jusqu'à ce que les autres puissent voir ce que nous sommes réellement. Ce film nous invite à avoir un regard neuf sur les autres, sur leurs côtés introverti et maladroit semblant être une phase de leurs vie, sans qu'on pense que leurs côtés introverti et maladroit soient de la méchanceté.

Car si on tend l'oreille, on entendrait les murmures de nos cœurs.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 493 fois
5 apprécient

Mathias Bègue a ajouté ce film d'animation à 3 listes Si tu tends l'oreille

Autres actions de Mathias Bègue Si tu tends l'oreille