Avis sur

Sicko par limma

Avatar limma
Critique publiée par le

Michael Moore s'attaque ici aux puissantes entreprises de protection santé, qui pour faire du profit supprimeront tranquillement ensuite l'accès aux soins.
La complicité de tous les politiciens américains, payés par ces industriels de l'assurance maladie pour s'enrichir traite par ce documentaire de l'assurance maladie et en filigrane l'aspect social et politique d'un pays. On retrouve les thèmes croisés des derniers documentaires "engagés" qui se font le porte parole d'un monde meilleur et qui dénoncent la toute puissance du monde financier.

La technique cinématographique de Moore, reprend la manipulation du gouvernement, ici, non dissimulée : émotion et idéologie. Moore à donc encore le mérite de taper là où ça fait mal et son documentaire recèle encore de bonnes choses.

Aux Etats-Unis on bénéficiera de primes si on évite de faire dépenser les sociétés d'assurance pour les soins des usagers...et ailleurs en Angleterre par exemple, on en bénéficiera, si au contraire, on arrive à soigner ses patients, on aura de meilleurs salaires et une solidarité bienveillante qui nous permettra à tous, soignants et soignés de vivre mieux.
Toujours filmé avec ironie, quelques touches d'humour et des réflexions percutantes pour un voyage au coeur du système de soins au Canada, en France, en Angleterre et pour finir à Cuba, pour une critique du système de santé américain et l'approche comparative entre les pays. On verra le rapport à son documentaire "Where to invade next ?"...dans le traitement plus léger du sujet. Et nous voyons l'Amérique, mais aussi les mondes parallèles...les nôtres, ceux de "oui-oui" apparemment !
Moore souhaite mettre en lumière toutes ces disparités, mais se limite ici à quelques exemples qui sont peu représentatifs malheureusement.

La parodie cinématographique est toujours là avec l'ouverture de "La guerre des étoiles" pour lister toutes les maladies non remboursées, un extrait de film de Chaplin, ou encore une mise en scène digne d'un film d'espionnage pour l'homme chargé de trouver des failles dans les dossiers des assurés...Pour évoquer le discours de Reagan anti médecine socialiste on est plongé dans un remake des "envahisseurs" ou quelque chose d'approchant la science-fiction. Pour finir, une musique digne de film d'horreur quand est souligné la mycose d'une assurée, qui justifia le rejet de son dossier pour être prise en charge pour son cancer.

Même si les Etats-Unis devraient être dénoncés pour crime contre l'humanité, à vouloir fustiger, Moore se perd entre exemples faciles, violences psychologiques, morts d'enfants, personnes courageuses dénonçant le système etc...Et d'autres qui fermeront les yeux pour conserver leur travail.

Moore appuie sur le monstre "communiste", la politique sociale est "Socialiste" donc Communiste, donc impossible aux Etats-Unis. On reste perplexe sur ces américains eux-mêmes qui semblent surpris du pays dans lequel ils vivent. Toutefois, il semble évident que ces personnes n'ont pas la solidarité nécessaire à un changement, s'intéressent-ils donc vraiment aux plus démunis, avant d'en faire les frais eux-mêmes ?
Cela rappellera à certains, cet exemple de personnes interviewées, qui à la demande de où se trouvait Paris, ont répondu au Texas (en effet il y a un Paris au Texas mais sans mentionner notre capitale) cela peut paraître risible d'inculture et de renfermement sur soi, mais souligne ici, notre drame ..à tous.

En tout état de cause, il reste affligeant de constater que les Etats Unis en soient à ce point de maltraitance, mais cela rejoint la gouvernance réussie, par la peur d'avoir encore moins...On est pantois devant la réponse qu'un fils pourtant toujours aidé par ses parents, qui trouve désolant de devoir s'occuper d'eux (suite à la vente de leur maison pour se payer des soins médicaux...). On peut comprendre aisément qu'en terme de manque de solidarité, on puisse en arriver là au vu de ce comportement au sein même d'une famille.

Ces sauveteurs du 11 septembre 2001 ayant respiré les poussières toxiques ne seront pas pris en charge. Point. Ils iront à Cuba. On en vient à Guantanamo, là-bas, ils sont bien soignés, eux, qui pourtant sont des terroristes et n'ont pas de droit civique...Moore part donc avec ses malades et les emmènera demander "asile" pour pouvoir bénéficier des soins. Ces hommes sont-ils réellement soignés (?) ou sont-ils seulement suivis ? Moore démontre son refus du terrorisme, évidemment et on comprend l'idée mais elle sera mal exposée et son message provocateur est moindre.

A Cuba, une phrase malheureuse, d'une des américaines sur place, se rendant compte que les médicaments coûtent quelques cents au lieu d'une centaine de dollars aux Etats-Unis, qui dira qu'elle se sent insultée et son pays les Etats Unis, avec. Ah ce patriotisme, et ces Cubains, sauvages communistes qui feraient mieux que nous... On ressent son soulagement à être soignée, et on se doute qu'elle ne l'a pas dit visant à insulter, mais les termes utilisés malheureusement, encore, dénonçent le racisme ordinaire.
Nous aurons le coup de grâce pour Hilary Clinton et son souhait de changer le système et pour faire court, son bonus, quelques 10 années plus tard, pour laisser les choses continuer...Des nourrissons que l'on laisse mourir, des soins qui après coup seront demandés à être remboursés par les assurances censées les régler, etc...Des américains venant vivre en France, des jeunes français forcés de rentrer au Pays à la suite d'un cancer, abandonnant leur travail pour venir se faire soigner...

En france le couple interrogé gagne... 7500 euros...cet exemple n'est pas contrebalancé par ceux qui gagnent le smic pour essayer de seulement survivre (sans parler des autres). Moore ne parle pas non plus, qu'aujourd'hui en France, il faut aussi avoir les moyens de "bien" se soigner, quels que soient nos revenus. Ce couple est heureux...
Que dire aussi, chez nous, de ceux qui pensent qu'utiliser un service d'une assurance est compris dans leurs mensualités, alors que l'année suivante ils verront leurs échéances augmentées et en plus celles du voisin aussi, alors qu'il n'en aura pas bénéficié...et qu'il suffirait aussi chez nous de penser autrement.
On ne donne pas l'exemple. Moore se trompe.

Les soins, les médecins, les mutuelles se dirigent vers la manne financière et non pas dans l'amélioration des soins ou de la profession de foi comme on le voit dans son documentaire. Peu de docteurs viennent à la campagne, peu de médecin en retraite se verra remplacé ; des manquements en spécialités car elles ne sont pas assez rémunératrices....de jeunes chirurgiens qui choisissent les cliniques, qui proposent de meilleures rémunérations...Des spécialistes qui vous reçoivent 10 à 15 mn au maximum et n'hésiteront pas à vous faire revenir, multipliant ainsi les coûts des soins... En ce sens, il faut mieux aller à l'höpital aujourd'hui. Sans compter les dépassements d'honoraires...
En Angleterre et au canada, même façon d'édulcorer le propos. Moore, ne montre pas l'envers du décor.
.
Car ce que l'on peut constater dans les pays d'Europe, est que la politique vise à se rapprocher de celle des Etats Unis. Chez nous on nous offre un ongle pour nous prendre le bras, par une belle manipulation de masse visant à éviter la révolte, mais que l'on se se trompe pas sur ce semblant de liberté. Regardons aussi nos actualités, regardons nos programmes TV, on est pas là pour faire marcher notre cerveau...

Alors montrer aux américains qu'un autre modèle est possible, que la solidarité permettrait un monde meilleur et humaniste, est-il déjà voué à l'échec ?

Reste donc une mise en scène qui nous permet toujours d'aller au bout de son exposé, ses dialogues qui font mouche bien souvent et nous apportent au moins, de continuer à réfléchir à la société et à ce que nous en faisons. Un phamplet politique, provocateur que l'on pourra aussi prendre comme une comédie dévastatrice oscillant entre sourire et drame horrifique, en attendant la suite plus Mooresque, je l'espère : plus de finesse, d'objectivité, de sérieux et de densité par des documentaires..."documentés"...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 677 fois
8 apprécient

limma a ajouté ce documentaire à 1 liste Sicko

Autres actions de limma Sicko