👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Mon dieu mais quel film de flemmard ! Quel film de fumiste ! Quel film de grosse feignasse !

Ah oui, j’applaudie.

J’applaudie Derrickson qui semble tellement fier d'avoir vu Insidious qu’il nous en ressert une couche ; boogie man, pseudo réalisme familial et sale mioche à l’appui. Pourtant j’ai trouvé Insidious regardable (parce qu'il y avait Rose Byrne dedans), et d’ailleurs si comme moi vous l’avez trouvé regardable (parce qu'il y avait Rose Byrne dedans), regardez le une seconde fois (parce qu'il y a Rose Byrne dedans), vous perdrez moins votre temps qu’en le passant devant ce canular (y a même pas Rose Byrne dedans).

Ethan Hawke qui tire la gueule devant des snuff movies ? Mâtez 8mm, vous pourrez au moins vous foutre de la gueule de Cage qui en fait des caisses.

C’est encore une fois criblé de jump scares —je vous ai déjà dis que je HAIS le jump scare, cet ersatz d’épouvante qui consiste à confondre faire peur et faire sursauter— et autres facilités mal maquillées, à commencer par une intrigue ridicule et outrancière, délavée et aux ficelles grosses comme des cordes à linge.

Ah oui, ici aussi vous constaterez qu'un Mac et une suite de logiciels Apple s'avèrent indispensables pour déjouer un mystère, d'où l'intérêt de détailler en gros plan les menus et fonctionnalités à disposition.

Non mais vous devriez voir le maquillage des gosses, aux âmes soit disant corrompues ; comme si des mioches avaient besoin de ressembler à Jack Skellington pour susciter l’effroi. Regardez simplement la cour d’un centre aéré pendant les vacances scolaires, là vous tremblerez. Et je vois pas en quoi la tronche du Boogie man de l’histoire est plus effrayante que le visage protéiforme de Mickael Jackson, avec le(s)quel(s) nous avons pourtant tous grandis sans heurt.

Seul l’illustration sonore des scènes « de snuff movie » s’en tire un minimum ; unique et maigre intérêt d’un film facile et froid, aux enjeux courus d’avance, qu’une poignée de personnages agaçants ou crétins traversent sans grande conviction, comme si la seule peur qui les animait était que cette sinistre épreuve ne s’achève jamais.

il y a 9 ans

61 j'aime

26 commentaires

Sinister
real_folk_blues
3
Sinister

Snuff? Non, ça a déjà sévi.

Mon dieu mais quel film de flemmard ! Quel film de fumiste ! Quel film de grosse feignasse ! Ah oui, j’applaudie. J’applaudie Derrickson qui semble tellement fier d'avoir vu Insidious qu’il nous en...

Lire la critique

il y a 9 ans

61 j'aime

26

Sinister
Marvelll
9
Sinister

La peur, la vraie!

Je vais attaquer directement à la question qui nous intéresse. Est-ce que Sinister fait flipper ? Oui, ô grand Oui, Oui avec une majuscule. En toute franchise, ça fait des années que je n’avais pas...

Lire la critique

il y a 9 ans

56 j'aime

6

Sinister
Gand-Alf
6
Sinister

Cigarette burns.

Scott Derrickson ne m'avait pas franchement convaincu avec ses précédents long-métrages que j'ai pu voir, à savoir le soporifique "Exorcisme d'Emily Rose" et son piètre remake du "Jour où la terre...

Lire la critique

il y a 9 ans

54 j'aime

6

Gravity
real_folk_blues
5
Gravity

2013 L'odysée de l'espèce di counasse...

Évidemment, un pauvre connard cynique comme moi ne pouvait pas ne pas trouver son mot à redire. Évidemment, si je devais me faire une idée de la qualité du truc au buzz qu’il suscite, deux options...

Lire la critique

il y a 8 ans

284 j'aime

121

Divergente
real_folk_blues
1
Divergente

Dix verges hantent ces lignes...

Ça fait un moment que j’ai pas ouvert ma gueule par ici. J’aurais pu faire un come back de poète en disant de bien belles choses sur Moonrise Kingdom, vu récemment ; mais non. Fallait que ça...

Lire la critique

il y a 8 ans

270 j'aime

92

Upside Down
real_folk_blues
2
Upside Down

De quoi se retourner dans sa tombe...

J’ai trouvé une formule tirée de ce film à la rigueur scientifique inégalable : Bouillie numérique + histoire d’amour = Twilight. Je soustrait les poils de Taylor Lautner et je rajoute des abeilles...

Lire la critique

il y a 9 ans

242 j'aime

39