My Ghost this hero

Avis sur Sixième Sens

Avatar Real Cosmic M
Critique publiée par le

On a cas se dire au revoir ! Faire comme si on se verra demain ! : Cole
Au revoir Cole: Malcolm

Ps : Il s'agit de la dernière scène entre eux

Cette critique sera full spoil

Récemment, j'ai vu et critiqué Split. Donc de la même manière que j'avais critiqué Incassable pour la sortie de The Visit, j'ai décidé de critiquer Sixième Sens. Un film qui, il faut bien l'avouer est le tout premier film que j'ai vu de Shyamalan et ... le premier film que j'ai vu sous la contrainte. En effet, à l'époque je voulais voir Hantise. Mais visiblement, le caissier m'a refusé l'entrée car j'étais trop jeune

Ce qui était bizarre car Sixième Sens avait un interdiction plus forte qu'Hantise

Et au final, bah, je n'ai pas regretté le choix. Le film est excellent et fait parti de mes films préférés

Spoiler, j'ai vu Hantise des années plus tard , et je ne vous apprends rien sur le faite que le film est nul

Que dire sur un film que tout le monde connaît ?

Il est difficile de dire du mal d'un film que tout le monde a érigé en tant que chef d'oeuvre culte. A moins de se transformer en critique avec une grille de lecture sans queue ni tête. Du coup je ne vais pas répéter ce que d'autres on déjà dit avant moi. La musique est géniale, le cadre est approprié, la photographie est intelligente, les couleurs sont vraiment bien mis en valeur (quoique pas subtiles pour Mme Collins), le montage entre les différents lieux est maîtrisé etc etc...bref tout le monde connaît ce film sur le bout des doigts qui a obtenu la réputation d'être le film par excellence à ne pas spoiler (malgré Shutter Island, The Game et quelques autres films). Bref, le film dans sa réalisation est bien conçue de A à Z avec une ambiance tantôt horrifiante avec de bonne transitions. Quant au reste, on est aussi gâté.

Bruce Willis nouveau papa

On va commencer par Bruce Willis alias Malcolm Crowe. Spoiler , il est mort. Voilà, ça fait près de 20 ans qu'on a vu le film c'est dit. Il joue le rôle d'un psy fantôme qui est présent afin d'aider le jeune Cole à comprendre ses dons et lui permettre d'accepter ce don. Chaque fois que je vois le film je me dis que sérieux, DONNEZ A BRUCE WILLIS DE BONS RÔLES ! Et ça me rend triste la carrière qu'il a actuellement où il collectionne des films d'actions nul à chier et où il a l'air de s'en foutre royalement. Il faut reconnaître qu'à l'époque il vivait tout aussi mal son statut d'actionner et que le changement de registre qu'il avait opéré était génial (sauf dans Sale Môme, Bandits, le 2e Mon voisin le Tueur), et là il nous montrait une facette de son talent qu'on n'avait plus vu depuis un moment. Il n'y a pas un autre film auquel il peut s'exprimer au lieu du film à 0% au Rotten Tomatoes qu'on a eu l'an dernier ? Quoi ? Un remake du Justicier dans la Ville ? Et une potentielle suite à Incassable ? Ok.

Autre acteur dont je me demande mais qu'est-ce qui s'est passé dans sa carrière, Haley Joel Osment alais Cole Sear. Même si à certains moments, il peut s'avérer aussi chiant que Anakin de Star Wars I (même s'il est sensé être chiant, n'est-ce pas Stanley le Bègue ?) , Haley joue très bien le personnage dépassé par son don et qui n'arrive pas à en parler à sa mère. Il est attachant malgré ses moments de peur que je trouve tantôt bien fait, tantôt surjoué. Mais en même temps, il est sensé être effrayé donc on va dire que ça passe.

Anna Crowe jouée par Olivia Williams est la femme (mais vous savez que c'est la veuve) de Malcolm qui gère comme elle peut sa vie. Sa présence aurait pu être anecdotique, mais son importance était nécessaire afin de développer les conséquences des événements qui ont conduit à la mort de Malcolm. Bien sûr elle sera nécessaire pour qu'il comprenne sa condition et se rende compte qu'il est enfin...mort.

Lynn Sear (Toni Collette qui jouera plus tard par United States of Tara, où elle joue une mère schizophrène. Si si, tout est lié). Elle est une mère célibataire qui semble confortable dans son rôle de mère mais se révèle très protectrice et assez dépassée par son rôle de mère et le mutisme de Cole. Mais elle finira par le comprendre et s'ouvrir à ce dernier.

Les autres personnages sont assez secondaires mais quand même important. Vincent Grey le précédent patient (Donnie Wahlberg de la série Boomtown), Tommy Tammisimo "l'acteur" (Trevor Morgan ) ou le caméo de Shyamalan le Dr Hill.

Comprendre l'un pour comprendre l'autre

Le film Sixième Sens est le cheminement de 2 personnes qui ont des choses dans leur vie qui doivent surmonter. Call veut se débarrasser de ses faculté mais finira par accepter ses dons et s'y accommoder et Malcolm va essayer de comprendre pourquoi sa femme l'ignore, réussissant avec Call se qu'il a échoué. L’interaction entre les 2 personnages est très classique mais quand même prenante. Bien évidemment, les plus attentifs d'entre nous pourrons voir l'astuce scénaristique au point que certains diront qu'ils avaient deviné le twist à l'histoire. Cependant, même en sachant ça, l'histoire est prenante et bien construit. L'atmosphère est certes horrifique mais Shyamalan privilégie grandement le drame humain et psychologique. Et surtout, l'happy ending est certes guère surprenant mais conclue bien l'histoire et on sent un film bien complet et une histoire prenante. du tout bon à ce niveau là.

Une grande claque

Même si je ne le trouve plus aussi parfait au niveau des personnages, ce film est une vraie réussite sur tous les autres points qui le composent. Un film qui est devenu instantanément culte, avec une mise en scène maîtrisée, des personnages incroyable et un Bruce Willis en mode cassage d'image qui fait du bien. Ce n'est pas mon film préféré du réal (coucou Incassable), mais c'est un excellent film et je ne regrette pas que le vendeur m'est aiguillé vers ce film à la place d'Hantise (il faudra que je m'occupe de son cas).

Version calme de la critique ici

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 158 fois
1 apprécie · 1 n'apprécie pas

Real Cosmic M a ajouté ce film à 19 listes Sixième Sens

Autres actions de Real Cosmic M Sixième Sens