L'effet boule de neige

Avis sur Snow Therapy

Avatar Elsa la cinéphile
Critique publiée par le

Comment la confiance peut se briser dans un couple, à cause d'un incident ?

Voilà le pitch de ce sympathique film franco-suédois de 2014, qui recèle de vraies pépites de dialogues.
Cela fait un bon moment, depuis "Alabama Monroe" et "Un heureux événement" que je n'avais pas vu un film aussi bon sur la vie de couple et la famille.

D'abord, je trouve que les acteurs sont tous formidables, des parents, aux enfants, en passant par les amis.
Le décor de neige qui plombe tout, jusqu'à l'ambiance familiale et les relations conjugales ou amicales, recèle un côté assez angoissent, en parfaire cohérence avec l’histoire qui nous est conté.
On peut noter en effet une certaine cohérence entre l'avalanche réelle vécue et l'avalanche des sentiments qu'elle entraîne chez Ebba, vis à vis de son mari, Thomas : dégoût perte de confiance, sentiment de trahison ...
S'ensuit une réflexion très à propos, qui va impliquer les deux amis du couple, sur les réactions d'un individu face à un danger imminent : va t'il avoir un instinct de survie ou va t'il protéger les siens ?

D'après Mats, on ne peut pas anticiper nos propres réactions dans pareil cas, et on en doit pas juger quelqu’un sur la base de ses réactions. On sent que Mats veut venir en aide à son vieux pote Thomas. Ce dernier, hébété face aux réactions de rejet de sa femme, se réfugie dans le déni.
Et c'est justement ce déni qui va faire sur-réagir Ebba : elle pardonnerait à la limite l'action fuyante de son mari, mais le fait qu'il nie l'insupporte.

On est dans une incompréhension typique des relations conjugales, comme il peut en arriver tous les jours.
Le conflit se cristallise autour de cette scène et les enfants vont s'y impliquer également, rejetant d'abord en bloc leurs deux parents, puis souffrant à leur tour de la situation qui voit leur père sombrer dans le désespoir, le dégoût de lui-même.
Les réactions des deux époux sont très bien vues, je trouve. Nous avons vu ce film en couple et c’était très drôle de constater que chacun se mettait plus facilement à la place du personnage du même sexe ...

Par exemple, c'est amusant de voir comment l'évolution des relations est montrée dans les scènes de la salle de bains, et plus particulièrement du brossage des dents : éloignements, rapprochements, défiances, alliances etc .
Les liens parents enfants qui se font et se défont sont montrés à mon sens, de façon très réalistes.
On sent bien également la solidarité fraternelle face à l'adversité : la crise du couple rejaillit indéniablement sur les enfants et ceux-ci se solidarisent dans une sorte de rejet, puis de compassion qui ressoude la famille.

Il y a donc une certaine lenteur et une certaine répétition qui m'ont plu dans ce film ( et qui ont déplu à bon nombre de spectateurs, le jugeant trop long).

Mon humble avis est que la répétition ajoute énormément au film, dans le sens où elle est savamment utilisée par Ruben Östlund pour montrer, notamment dans la première partie, la routine du quotidien (et peut-être son artificialité de bonheur et son ennui ?). Elle permet aussi, comme je l'ai écris plus haut, surtout dans les scènes d'ablution dans la salle de bains, de capter l'évolution des relations entre les membres de la famille.

La lenteur est je trouve également un atout. Elle offre l’avantage au spectateur d'entrer en profondeur dans le relationnel, dans le mouvement ou l'absence de mouvement ou ralenti par la neige, comme un effet ouaté sur certaines scènes. Le lenteur est associée aux silences qui contrastent avec les scènes de disputes assez violentes d'ailleurs. Les silences sont comme le décor, une chape de plomb entourant les relations familiales, une série de non-dits se cumulant, un révélateur des névroses enfouies derrière des apparences trompeuses de famille épanouie (cf les premières scènes des photos de famille).

La réflexion va s'axer sur quel rôle l'homme et la femme doivent avoir dans le couple, dans la famille. Le père doit -il être le roc, l’éternel protecteur ? L'homme doit-il avouer ses faiblesses, ses incapacités ?
Je trouve ces questionnement éminemment modernes, qui interrogent les rôles féminins et masculins dans la famille occidentale contemporaine, en perpétuelle évolution, mais en même temps accrochée à certaines valeurs, à certains rôles traditionnellement échus à chacun, selon son genre.

Sans vouloir spoiler la fin, je pense que le réalisateur a voulu monter qu'on peut décevoir son conjoint à tout instant et se montrer ponctuellement égoïste sans le vouloir.

Conclusion : ne pas juger l'autre trop hâtivement et lui laisser une deuxième chance, voilà ce qui pourrait être la morale de ce film subtil.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 256 fois
4 apprécient

Elsa la cinéphile a ajouté ce film à 9 listes Snow Therapy

Autres actions de Elsa la cinéphile Snow Therapy