Go Speed Racer, go !

Avis sur Speed Racer

Avatar Jubileus
Critique publiée par le

En préambule, j’'aimerai préciser que c’est déplorable qu'’il y ait pratiquement aucune salle dans l’'hexagone diffusant le film sous format numérique alors qu’'il a été conçu justement pour ça.

Passé ce détail, qui a tout de même son importance, je reviens alors au dernier opus des Wachowski et je l’'ai trouvé de très bonne facture. Je suis aucunement déçu du résultat final, j'’ai eu ce que je voulais, à savoir: être émerveillé devant cet OVNI bariolé et de ce fait, retourner en enfance durant 2h15.

Au-delà de son visuel jusqu’'au-boutiste caractérisé par les codes du manga, le mouvement pop-art et le design rétro-futuriste, le plus surprenant est bel et bien le scénario (d’'ailleurs l’'exposition des protagonistes principaux basé sur des flash-back est un modèle de fluidité). En effet, contrairement aux apparences, les deux cinéastes ne se sont pas cantonné uniquement sur l’élaboration de la mise en scène et de leur technique particulière appelée la 2D 1/2. Ils ont donc crée un univers attachant et cohérent où les personnages vivent à travers l’'écran (je me suis surpris à être ému par la relation fraternelle de cette famille) et rien ne laisse à penser que tout est prétexte à une succession de scènes d’'actions toutes plus spectaculaires les unes que les autres. Ce qui est une qualité au regard des blockbusters actuels. Je ne dis pas pour autant que le script est renversant ou original, il est juste bon et se voit agrémenté de thématiques profondes et humanistes.

Le principal défaut de ce manga live c'est qu'il a le cul entre deux chaises: dialogues trop nombreux pour les moutards et ambiance trop enfantine pour les adultes.
A ce propos, le côté naïf qui se dégage du long métrage n’'est pas un défaut rédhibitoire, au contraire ça a son charme, puisque cela ne sombre jamais dans la niaiserie.

Concernant les scènes de courses, on en prend évidemment plein les mirettes, les Wachowski n'ont plus rien à prouver dans ce domaine là. Les cadres sont lisibles en dépit du montage frénétique (l'impression de vitesse des bolides est bien présente) et de la surcharge d'éléments que ce soit au premier ou à l'arrière plan. D'ailleurs, La poursuite finale prend tout son sens -la conduite est un art ?- et atteint son apogée avec des effets visuels osés et psychédéliques.

Pour conclure, c'est un divertissement familial de haute tenue. Pour l'été 2007 il y a eu Ratatouille, pour l'année 2008 c'était Speed Racer !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 178 fois
4 apprécient

Jubileus a ajouté ce film à 3 listes Speed Racer

Autres actions de Jubileus Speed Racer