Only Nice Guys bleed!

Avis sur Super Duper Alice Cooper

Avatar Custom51
Critique publiée par le

Mes proches le savent, Alice Cooper c'est ma came, depuis l'enfance je me suis fais les dents sur tous ses albums, puis il m'a fait pas mal voyager pour le découvrir live un grand nombre de fois au travers des ages et des continents, et puis et puis j'ai eu la chance, que dis-je l'énorme privilège de l'avoir rencontré deux fois, dont une première fois en 2001 ... Alice Cooper disons le clairement c'est une idole. Mais pas une de ces idoles que l'on perd de vue après l'adolescence, ou une de ces idoles qui déçois avec le temps, non Alice Cooper c'est absolument l'inverse plus le temps passe, plus ma passion se bonifie et ce Super Duper va y contribuer.

Comme mes amis sont super duper cools j'ai eu droit à ce Super Duper Alice Cooper Bluray pour mon anniversaire les mecs ! Elle est pas belle la vie ?!

J'avais peu d'info sur ce docu (uniquement ce qui est affiché sur la jaquette en fait) et du fait du format je m'attendais à trouver quelque chose dans la veine de "Lemmy". Mais venons en au contenu, bon déjà la jaquette est mensongère : 130min aprox ! Disons le tout net, le docu doit durer 80 minutes grand max et les bonus ne sont pas si nombreux que ça.

Là où je m'attendais à trouver donc 2H10 de documentaire sur la carrière intégrale d'Alice de 1969 à 2015, je me retrouve donc avec 1H20 couvrant quasi exclusivement la période 1969 à 1975 avec un survol de la période fin 70 début 80 et une conclusion en 1986. Mouai...

Pourquoi cela ? Tout simplement car la vie d'Alice est abordée sous une dualité Jekyll/Hyde ou plutôt Alice/Vincent et essentiellement sous l'angle de l'alcoolisme et des addictions aux drogues dures. Le Coop étant sobre depuis près de 40 ans, c'est sans doute pourquoi seuls les deux premiers volets de sa carrière son développés. Les problèmes du Coop sont abordés tout en finesse, si vous venez chercher un doc sur les excès Sex, Drugs & Rock'n'Roll passez votre chemin, ici le sujet et cette abordé mais très policé, et le parcours vers la sobriété constitue le gros du spectacle, même ses overdoses (4 il me semble) ne sont pas évoquées.

Le documentaire en lui même est consitué uniquement d'images d'archives, magnifiquement restaurés et de voix off. A aucun moment, comme dans un documentaire classique, vous ne verrez les personnes interviewées assises sur un canapé face caméra.

Au final cette approche un peu déconcertante au début, ressemble tout à fait au personnage, à aucun moment on ne pourra d'ailleurs lui reprocher un docu faisant malgré lui l'apologie de la drogue en montrant son excès sous un coté parfois cool, au travers d'anecdotes délirantes. Que nenni.

Alice Cooper n'est pas un Motely Crue endimanché, Alice Cooper ne véhicule pas une "Nikki Sixx touch" du genre "je suis sobre, la vie est beautiful" mais venez acheter mes bouquins qui vous dépeindront "la plus grosse débauche de tous les temps" ...

Non, Alice Cooper Super Duper reste simple et honnête, ne fait pas étalage des erreurs du passé mais en parle avec recul et sobriété en dissimulant volontairement le coté le plus Trash, transmettant un héritage, un devoir de mémoire, comme le ferai un père s'adressant à ses gosses.

Bref une documentaire "éducatif" ne pas rater.

Merci Vincent.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 537 fois
18 apprécient

Custom51 a ajouté ce documentaire à 4 listes Super Duper Alice Cooper

Autres actions de Custom51 Super Duper Alice Cooper