👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

En Enfer avec Susana plutôt qu'être au Paradis avec cette famille !!!

Un mal-aimé de la filmo de Luis Buñuel en particulier par Buñuel lui-même

qui en détestait la fin moralisatrice. D'ailleurs, on sent bien qu'il a fortement rongé son frein en la réalisant, la rendant la plus niaise possible pour être sûr que le spectateur aussi n'y croit pas.


Mais il n'empêche qu'on peut trouver fortement injuste ce mépris car "Susana la perverse" est une oeuvre incroyablement jouissive, qui arrive à faire redoutablement ressortir la perversité en chacun de nous.

En effet, on éprouve un plaisir incroyable à voir une créature diaboliquement sensuelle et diabolique tout court (Rosita Quintana n'a pas du tout à se forcer pour dégager une ambiance hot !!!), après s'être évadée de la manière la plus joyeusement improbable au monde d'une maison de correction, mettre un bordel pas possible dans une hacienda en y allumant tous les mecs qui y habitent et en montant tout le monde les uns contre les autres.

Le réalisateur pervertit dans son oeuvre tous les codes du mélodrame pour en faire une comédie féroce et grinçante où la cellule familiale, dans tout ce qu'elle a de bien-pensante, en prend un sacré coup (un "Théorème" de Pasolini avant l'heure mais en moins intello et en moins ennuyeux !!!), et il ne manque pas d'y inclure pour rendre le spectacle encore plus grinçant et féroce quelques petites scènes très suggestives du genre le blanc d’œuf qui coule sur la cuisse, l'astiquage du fusil, ou encore celle où le propriétaire de l'exploitation touche le haut de la cuisse de la protagoniste alors qu'elle lui fait croire qu'elle a mal au genou.

En toute franchise, s'il n'y a que des personnes aussi neuneus (si on excepte la vieille servante superstitieuse mais pragmatique !!!) que celles qui composent la famille du film au Paradis et s'il y a des créatures aussi charnellement diaboliques que Susana, notre (anti)héroïne, en Enfer, moi je choisis sans hésiter l'Enfer.

Buñuel avec "Susana la perverse" a imprimé une oeuvre qui porte son style bien personnel et inimitable, et a réalisé avec cette dernière, bien qu'il disait le contraire, un très bon cru dans sa filmo.

Plume231
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste Les meilleurs films de Luis Buñuel

il y a 7 ans

9 j'aime

9 commentaires

Susana la perverse
greenwich
8

Susana la perverse (1951)

Il s'agit d'un film en noir et blanc se déroulant au Mexique, à la campagne. Le début du film avec un impressionnant orage est symbolique et annonce la suite ... Susana est une jeune femme rebelle...

Lire la critique

il y a 7 ans

5 j'aime

Susana la perverse
Sevanimal
1

Bunuel l'abruti

J'écris surtout pour garder une trace de mon avis sur les films que je mate. Ces lignes sont issues de mes notes et je ne prétends pas avoir quelque chose de fondamentalement intelligent à dire...

Lire la critique

il y a 6 ans

4 j'aime

2

Susana la perverse
Bung
6

Diable à la mangue

Luis Bunuel regrettait, selon certaines sources, que la fin soit un peu trop morale. En fait, elle est pire que morale, elle tourne carrément au gnangnan. L'histoire est franchement sympathique: une...

Lire la critique

il y a 7 ans

2 j'aime

1

The Batman
Plume231
4
The Batman

Détective Batman !

[AVERTISSEMENT : cette critique a été rédigée par un vieux con difficile de 35 piges qui n'a pas dû visionner un film de super-héros depuis le Paléolithique.] Le meilleur moyen de faire du neuf,...

Lire la critique

il y a 3 mois

110 j'aime

29

Promising Young Woman
Plume231
7

The Nice Guys!

L'ère #MeToo est passé par là et on ne peut pas parler de ce film sans l'évoquer. C'est impossible, car ce mouvement imprègne l'ensemble jusqu'au plus profond, jusqu'au titre même. Ce dernier est un...

Lire la critique

il y a 1 an

109 j'aime

10

Adieu les cons
Plume231
7

Les Temps modernes !

Le nihilisme décomplexé des premiers films de Dupontel a totalement laissé la place à l'humanisme généreux, mais pour voir une œuvre aussi sombre et aussi désespérée (on a envie de dire réaliste dans...

Lire la critique

il y a plus d’un an

100 j'aime

7