👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Avec ce film, j'ai découvert l’œuvre des frères Coen. Il reste à ce jour l'un de mes favoris.

Jeffrey Lebowski (Jeff Bridges), qui se fait humblement appeler "Le Duc", est un fainéant de première partageant son quotidien à Los Angeles entre le Bowling et la consommation de drogues. Il se retrouve bien malgré lui et fort mal conseillé par ses amis Donny (Steve Buscemi) et Walter (John Goodman) embarqué dans une improbable affaire d'enlèvement.

Véritable inadapté social, il cristallise par sa désinvolture quasi-permanente la haine de ceux qui croisent sa route. En effet, il leur rappelle la terrible vacuité de leur existence. Bien que parfaitement inutile de prime abord, le Duc se révèle indispensable à l'équilibre délicat de notre société. Comme le dit le très littéraire narrateur de l'histoire "c'est rassurant de savoir qu'il est là, à se la couler douce en notre nom à tous".

La principale force de ce film est cette façon unique qu'ont les frères Coen de se positionner à la frontière de la comédie et du drame pour un résultat qui se moque des genres mais se veut avant tout humain. Walter le vétéran par exemple, si cocasse et parodique au départ, n'en est pas moins un homme brisé et attendrissant. Tout du long, on passe ainsi sans préavis de la franche rigolade à la tristesse.
A signaler également, les inoubliables dialogues à trois qui parsèment le film. Hilarants et toujours décalés.
Bien sûr, comme toute œuvre cinématographique dans laquelle le héros est amateur de substances illicites, nous avons ici droit à quelques scènes psychédéliques d'anthologie.
La bande originale, qui fait la part belle au rock et à la country, est un régal pour les oreilles.
On peut cependant regretter la trop grande simplicité de certains personnages, un peu trop clichés parfois. Les Coen ont fait bien mieux à ce niveau dans O'brother par exemple.
L'histoire se termine en queue de poisson. C'est quelque peu décevant mais certainement voulu car cela correspond bien à la personnalité du Duc.
Quoi qu'il en soit et malgré quelques défauts, The Big Lebowski reste un film culte à découvrir sans hésitation ne serait-ce que pour son personnage principal, une œuvre à lui seul.
"De temps en temps y a un homme...et c'est du Duc que je parle"
-IgoR-
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 8 ans

57 j'aime

13 commentaires

The Big Lebowski
Eren
9

La crème de la crème.

Soyez cool. Regardez la gueule du Dude. Avec sa posture tire-au-flanc, son caleçon douteux et ses sandales. Mais derrière son bouc touffu et sa touffe de cheveux, Lebowski est un gros nounours...

Lire la critique

il y a 8 ans

143 j'aime

7

The Big Lebowski
real_folk_blues
8

Coen si dense

Film emblématique du crépuscule de la génération 90's, encore un peu insouciante, encore un peu légère et flottante avant la gueule de bois des années 2000, et malgré quelques petits défauts, The Big...

Lire la critique

il y a 10 ans

123 j'aime

30

The Big Lebowski
Sergent_Pepper
9

Au jeu des bras cassés on se tire la bourre : Chanson de geste

“Sometimes there is a man”, hors des vicissitudes L’œil au risque aguerri, les jambes écartées De diverses boissons la barbe maculée Faites place au champion, l’inénarrable Dude. Chômeur invétéré...

Lire la critique

il y a 7 ans

116 j'aime

12

Les Lumières de la ville
-IgoR-
10

Big City Lights

Il est facile de réduire ce City Lights à sa bouleversante scène finale. Elle le vaut bien cependant tant elle se fait la synthèse de ce que le cinéma muet a de meilleur. L’absence de parole est...

Lire la critique

il y a 8 ans

68 j'aime

13

The Big Lebowski
-IgoR-
9

De temps en temps y a un homme...

Avec ce film, j'ai découvert l’œuvre des frères Coen. Il reste à ce jour l'un de mes favoris. Jeffrey Lebowski (Jeff Bridges), qui se fait humblement appeler "Le Duc", est un fainéant de première...

Lire la critique

il y a 8 ans

57 j'aime

13

Les Premiers, les Derniers
-IgoR-
8

Feu ! Chatterton

Un ciel sombre, chargé. Au travers filtre un mince rayon de soleil. Bouli Lanners pose l’esthétique qui habillera son film d’un bout à l’autre. Un poing sur la table. Puis il pose ses personnages. Un...

Lire la critique

il y a 6 ans

56 j'aime

25