👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Film emblématique du crépuscule de la génération 90's, encore un peu insouciante, encore un peu légère et flottante avant la gueule de bois des années 2000, et malgré quelques petits défauts, The Big Lebowski n'est pas culte pour rien.

Pour sûr ce film parle de la vie ; ce fleuve qu'on dit tranquille. N'empêche, les poissons y pissent quand même dedans. Le sordide y côtoie l'onirique, le grave flirte avec la légèreté, et les opportunités de se vautrer, plus communes que celles de briller, semblent s'enchaîner à une fréquence et un rythme savamment orchestrés, histoire de bien nous empêcher de tourner en rond.

La vie est une plage.

Tout ça pour dire que, qu'on veuille ou non se l'avouer, il y a en chacun de nous un loser qui sommeille (plus ou moins), et que tout ce qui manque à notre condition c'est la magnificence de l'art. Ou comment prendre la vie, les amours, les emmerdes, à pleine vague, et se laisser porter jusqu'au moment où l'on flotte par dessus la poiscaille qui s'entête à nager à contre courant, et pourquoi pas en se grattant les couilles entre deux gorgées de caucasien. Tel un loser magnifique.

The Big Lebowski c'est donc ça : les péripéties d'un glandeur qu'on empêche de tourner en rond, et qui ne se lève les miches que pour retrouver le plaisir des choses simples (en l'occurrence un tapis souillé par la pisse qui avait la particularité de remplir son appart d'un certain équilibre), le tout au milieu d'un bordel provoqué par les affaires inutilement bruyantes et emmerdantes du reste du monde occupé, incomplet, insatisfait, plein de regrets et nostalgique. C'est aussi et surtout l'histoire d'un quiproquos duquel résultera un tas de mal entendus parce que sinon la vie serait pas drôle.
Le Dude c'est le bordel au milieu du chaos, la musique au dessus du brouhaha, le peignoir et les couilles au frais opposé au costume étriqué, la simplicité d'un pragmatisme primaire face à la sophistication superflue.
Le Dude c'est la quille chamboulée par la boule de bowling, celle qui reste et rebondit, et qui fini malgré tout replacée sur la piste.

Le film des frères Coen, non content d'être servi par des dialogues et des situations aux petits oignons, peut se vanter de bénéficier d'une alchimie rare : celle des bons acteurs, au bon moment, dans le bon film, à la bonne époque, avec le texte qu'il faut. Véritable galerie de scènes et de personnages cultes et haut en couleurs, The big Lebowski est un récit bien plus pertinent qu'il n'y parait, presque philosophique. Chacun y interprétera (ou non) d'ailleurs la morale implicite portée par le narrateur de l'histoire. Le seul bémol peut être, est que selon moi le film est un petit peu trop long pour son bien, ce qui se traduit par un léger battement de rythme que l'aspect un peu décousu du récit renforce.

Pour le reste, the Dude abides.
The Big Lebowski
Eren
9

La crème de la crème.

Soyez cool. Regardez la gueule du Dude. Avec sa posture tire-au-flanc, son caleçon douteux et ses sandales. Mais derrière son bouc touffu et sa touffe de cheveux, Lebowski est un gros nounours...

Lire la critique

il y a 8 ans

143 j'aime

7

The Big Lebowski
real_folk_blues
8

Coen si dense

Film emblématique du crépuscule de la génération 90's, encore un peu insouciante, encore un peu légère et flottante avant la gueule de bois des années 2000, et malgré quelques petits défauts, The Big...

Lire la critique

il y a 10 ans

123 j'aime

30

The Big Lebowski
Sergent_Pepper
9

Au jeu des bras cassés on se tire la bourre : Chanson de geste

“Sometimes there is a man”, hors des vicissitudes L’œil au risque aguerri, les jambes écartées De diverses boissons la barbe maculée Faites place au champion, l’inénarrable Dude. Chômeur invétéré...

Lire la critique

il y a 7 ans

117 j'aime

12

Gravity
real_folk_blues
5
Gravity

2013 L'odysée de l'espèce di counasse...

Évidemment, un pauvre connard cynique comme moi ne pouvait pas ne pas trouver son mot à redire. Évidemment, si je devais me faire une idée de la qualité du truc au buzz qu’il suscite, deux options...

Lire la critique

il y a 8 ans

284 j'aime

121

Divergente
real_folk_blues
1
Divergente

Dix verges hantent ces lignes...

Ça fait un moment que j’ai pas ouvert ma gueule par ici. J’aurais pu faire un come back de poète en disant de bien belles choses sur Moonrise Kingdom, vu récemment ; mais non. Fallait que ça...

Lire la critique

il y a 8 ans

270 j'aime

92

Upside Down
real_folk_blues
2
Upside Down

De quoi se retourner dans sa tombe...

J’ai trouvé une formule tirée de ce film à la rigueur scientifique inégalable : Bouillie numérique + histoire d’amour = Twilight. Je soustrait les poils de Taylor Lautner et je rajoute des abeilles...

Lire la critique

il y a 9 ans

242 j'aime

39