On peut dire que tu sais manier la batte ... man

Avis sur The Dark Knight, le chevalier noir

Avatar Dilendeau
Critique publiée par le (modifiée le )

Mon enfance fut découpée en plusieurs périodes riches en jouets, la première c'est l'arrivée des Tortues Ninjas. La deuxième viendra par un samedi après midi, devant l'émission "Décode pas Bunny" sur Canal +, divertissement en clair ou je verrais le premier épisode de Batman the Animated Series ( épisode intitulé "Duel" ou Batounet se bat contre un savant fou qui se transforme en chauve souris humanoide).Et dont le titre affigeant de ma critique provient.

La Batman - mania va déferler en France. Commence alors la traque aux produits dérivés et les jouets de la marque Kenner étaient mes cibles de choix. On enregistre les épisodes en VHS avec les frangins et on regarde religieusement chaque samedis les nouvelles aventures ( ah les épisodes avec Mister Freeze et Clayface ! )

Les films continuent de sortir, et malheureusement Burton n'est plus aux commandes et les spectateurs doivent subir deux opus infâmes avec Val Kilmer puis Clooney dans le rôle titre. Des navets navrants.
Batman est mort avec ses échecs commerciaux et critiques. La folie retombe...

Juin 2004. Batman Begins sort au cinéma. Sans grande conviction et porté par la fête du cinéma et ses tarifs avantageux, je vais voir ce nouveau film; persuadé que Batman ne reviendra jamais à ses heures glorieuses.
J'en ressort surpris et convaincu, et attendant de pied ferme une suite avec le Joker. Certes la voix de fumeur que prend Bale pendant ses sorties en Batman est ridicule mais bon passons...

Juillet 2008. Quatre ans d'attente.. et la chute est dure. Pourquoi suis je tellement réfractaire envers ce films si adulé par la foule?
Parce qu'il n'a rien en commun avec la série de mon enfance.

Le film se déroule beaucoup (trop) de jour, dans une ville qui n'a rien de gothique, d'oppressant. C'est Batman à New York, peut être pour donner un ton plus réel et actuel à l'œuvre, mais moi ça me choque.
Le film est lent et long. Bruce va faire joujou avec ses gadgets à Hong Kong, dans un moment plus proche d’un James Bond ou d’un Mission Impossible.
Nolan s’échine à mettre deux méchants dans le film, pour moi c’est toujours un mauvais signe (cf. Spiderman 3). Le réal’ perd trop de temps à introduire ces nouveaux méchants ce qui alourdit le rythme. Et il manque tout ce qui me plait dans Batman : la Batcave, le manoir, l’ambiance sombre et lugubre. Et la musique de Danny Elfman.
Heath Ledger joue bien ( il pourrait être encore plus fou) mais le public semble amplifier son talent de par sa mort avant la sortie du film. Je reste persuadé que si il était toujours vivant les gens auraient été beaucoup plus critique sur son rôle. Il est toujours dommage de voir les gens constater le talent d'un homme après sa mort...

Reste Gary Oldman, Micheal Cain et Aaron Eckart, trop souvent oubliés mais qui sauvent le film. Le scénario comporte de bonnes idées, mais là encore ça traine trop en longueurs, notamment le passage avec les bateaux et les explosifs, avec ce fameux " fais un choix Batman", mais pitié c'est du vu et revu! Ou encore la baston entre Batman et sa vue « sonar » contre les flics, c’est fouillis et désagréable à suivre, en plus d'être dangereux pour les épiléptiques. J’ai visionné le film trois fois ( quel masoschiste je fais), je n’ai jamais eu le moindre sentiment d’intérêt pour l’histoire et les personnages. Reste quelques bons moments, notamment le début du film avec l’attaque de la banque et sa musique sublime, pleine de mystère.

Je passerais clairement mon tour pour le prochain épisode qui sort dans les jours à venir, me méfiant particulièrement des films de Nolan ( Inception étant une autre arnaque à mon gout mais c’est un autre débat). Je resterais devant ma télé à mater les dvd du DA avec des épisodes magiques comme « Mudslide » ou « Beware the gray ghots »

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1364 fois
10 apprécient · 13 n'apprécient pas

Autres actions de Dilendeau The Dark Knight, le chevalier noir