👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

M. «K-Wai» ne voulait pas se mouiller et a pris le temps d'arroser ses acteurs (et probablement ses techniciens et le matériel de location), seulement il a oublié de revêtir son invention (le k-way !!!) bien pratique pour éviter de se noyer sous une trombe de poncifs visuels aux cadres certes bien léchés (merci la France ! Cf. chef op. Philippe Le Sourd) dès qu'il s'agit de gros plans ou de scènes de nuit. En revanche, dès que la lumière du jour ou l'artificielle d'intérieur s'allume trop, le numérique devient crade. Même si l'ensemble se veut être une succession de belles photos, il a loupé l'effet recherché, plus particulièrement avec sa pluie artificielle qui dégouline, autant sur les rebords de l'écran que ceux de l'affiche, afin d'appuyer plus encore sur la corde sensible du spectateur inondé d'images de personnages aux vies faites de renoncements et de tragédies… allez ! mon producteur a banqué un max pour qu'il pleuve tout le film, alors on tire la larme…

Et le scénar sinon ? Eh bien, le film noie plutôt le poisson… Évidemment, l'histoire et l'Histoire sont mixées dans un ensemble assez foutraque qui laisse toute personne, n'ayant pas obtenu son DEUG sur la civilisation chinoise post-impériale, sur le banc de l'abribus. Mais bon, on ne peut pas tout savoir (puisqu'on ne sait rien !). Ok, on ne subit pas de la scène de combat à chaque pixel déployé, pourquoi pas ! On retrouve en fait une histoire d'amour ratée (dans ce cas-là, plutôt voir «Drive») avec le potentiel d'une triangulaire dont un des sommets (le triangle hein ! Il faut suivre…) aurait été effacé à coup de tatanes sur l'encrier («il ne fallait rien cassé !», «j'ai gagné !» [discours de Gong Er jouée par Zhang Ziyi] et ton rôle ne servira à rien car il y avait trop de flotte dans l'encrier pour que le scénariste puisse en écrire plus de 3 lignes) : pourquoi intégrer «La Lame» alors que dramaturgiquement il n'apporte aucune utilité au déroulement pseudo-méditatif du métrage ? Le reste n'est qu'ellipse absconse, laïus sur l'horizontalité et la verticalité du kung-fu porté au rang d'art absolu, intemporel et, comme l'art contemporain, aux démonstrations éphémères et amenées à disparaître (cf. les 64 mains), ou bien encore, silences moites…

Je ne reviendrais pas sur la narration dépouillée de chronologie pour faire chic, de sens pour faire intello et de but pour faire artiste ; ou la probable grève des maquilleurs qui ont, eux aussi, pataugé dans leurs fonds de teint pour ne pas réussir à rendre crédible l'âge des personnages. Non, franchement, je ne retiens pas grand chose de positif, hormis les scènes de combat (et il y en a trop peu !), pour sauver The Grandmaster du naufrage !

Bref, plutôt de quoi naviguer en eaux troubles, même s'il évite le biopic surdocumenté et insupportable, il en perd son mandarin ! Et nous, sombres européens nous rappelons encore une fois que, décidément, quand on nous parle chinois…
nicersatz
4
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les meilleurs films de 2013

il y a 9 ans

6 j'aime

2 commentaires

The Grandmaster
real_folk_blues
3

Wong Kar, why ?

Je ne saurai me montrer plus éloquent que notre bon vieux @Senscritchaiev pour exprimer à quel point le dernier WKW fut une déception. Il semblerait que la fraicheur du réalisateur de Chungking...

Lire la critique

il y a 9 ans

69 j'aime

32

The Grandmaster
drélium
5

Critique de The Grandmaster par drélium

Bon d'accord, c'est mauvais. Mais rappelons tout de même que "Les Cendres du temps" en 94 était aussi chiant pour beaucoup de monde alors qu'il était aussi martial et romantique et que même en 90,...

Lire la critique

il y a 9 ans

53 j'aime

31

The Grandmaster
guyness
3

Il bâtit sa légende sur son adresse, Ip

Il existe des spectateurs allergiques au ralenti qui sont capables de rejeter un film pour 10 secondes de slow-motion malheureux. Comment pourraient-ils survivre à un film qui ne présente que 10...

Lire la critique

il y a 8 ans

47 j'aime

28

Le Grand Pouvoir du Chninkel
nicersatz
1

La grande supercherie.

Van Hamme n'est pas connu pour l'originalité de ses séries, je me refuse de les lire d'ailleurs. D'une part, parce que XIII ou Thorgal ressemblent vraiment à ce qui fait de la BD une sous-culture aux...

Lire la critique

il y a 9 ans

9 j'aime

10

The Grandmaster
nicersatz
4

J'ai bu la tasse…

M. «K-Wai» ne voulait pas se mouiller et a pris le temps d'arroser ses acteurs (et probablement ses techniciens et le matériel de location), seulement il a oublié de revêtir son invention (le k-way...

Lire la critique

il y a 9 ans

6 j'aime

2

Holy Motors
nicersatz
10
Holy Motors

Une journée et des vies

Holy ! S’il n’existait qu’une religion, ce serait celle du cinéma. Et Leos Carax nous la conte avec brio en suivant l’acteur-travailleur Denis Lavant, le bien-nommé Oscar, qui pérégrine au gré de ses...

Lire la critique

il y a 9 ans

5 j'aime