👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

C’est mauvais. Mais soyons franches avec nous-mêmes quelques instant mesdemoiselles. Dan Stevens est dedans. Et Dan Stevens y est canon comme jamais. Alors noter ce film 3/10 ne me semble pas si sévère. « The Guest » est intéressant rien que pour l’ascenseur émotionnel qu’il provoque chez la cinéphile faible (à la recherche de plaisir pour les yeux) que je suis.

Dan Stevens est au top, son premier grand rôle depuis « Downton Abbey », je suis aux anges dès la première scène. Il y a un petit je-ne-sais-quoi dans le ton qui me rappelle « Drive ». Inspiration, hommage ou copie ?

Sinon le film d’Adam Wingard ne commence pas trop mal. Même si les Peterson cumulent les clichés, l’arrivée de David pour dynamiter la routine est plaisante. Avec lui, on ne sait pas sur quel pied danser. Lui faire confiance serait trop facile, mais est-il sincèrement mauvais ? Son sourire est-il un masque, ses mots des mensonges ? C’est une relation intéressante quoiqu’un peu étrange qui se noue entre la famille et leur invité. Un amant potentiel avec Anna, un grand frère/meilleur ami pour Luke et un fils retrouvé pour Spencer et Laura. Peu à peu, David prend la place de l’aîné disparu à la guerre.

Finalement, alors qu’un minimum de subtilité rendait l’ensemble simple et crédible, David dérape et en fait trop. Le film part en vrille. Vraiment. Adam Wingard tombe dans le piège. Il cherche à rendre son héros tellement classe, charismatique et mystérieux qu’il en fait des tonnes. Le petit sourire façon "Mmh tu as vu comme je suis beau et mystérieux et méchant à la fois" de David devient risible. Ses répliques deviennent risibles. Ses scènes d’action sont risibles. Comment prendre au sérieux le combat dans le bar, quand tout dans la mise en scène de Wingard est fait pour persuader le spectateur (avec des gros sabots) que son héros est génial et trop méchant ?! Aucune place n’est laissée à la subjectivité personnelle, à l’interprétation que le spectateur veut faire d’un personnage trouble et mystérieux comme David, c’est dommage. L’ultime confrontation entre David et les enfants Peterson ne redresse pas la barre. La scène se déroule dans un décor en carton réalisé pour une soirée de collégiens. C’est joli, il y a des décors sympas, mais ce n’est quand même pas très crédible ce gymnase immense, non ? David, qui est entre-temps devenu un serial-killer assumé et recherché, poursuit Anna et Luke sur fond de musique pop et de néons. Ça y est, le lien avec « Drive » est clairement assumé. Adieu restes de subtilité, adieu influence timide. « The Guest » copie carrément ce qui a fait le succès du chef d’œuvre de Nicolas Winding Refn. Rarement une scène dramatique m’aura autant laissé de marbre. David n’est à aucun moment effrayant. Le summum du ridicule étant notamment quand il se prend une balle et ne semble même pas blessé ou bien comment son joli minois n’est nullement défiguré alors qu’il s’en prend quand même pas mal dans la tronche. Et puis pitié... ils ne pouvaient pas le laisser mort au lieu de le faire se sauver mystérieusement (et sans subtilité) ? Et encore, je ne m’étendrai pas sur les scènes tout simplement inutiles et clichées qui ne seront là que pour remplir un quota de moments clés obligatoires (je pense à la scène où le héros sort de la douche surtout). Tant de défauts qui font ressortir ce que Adam Wingard a essayé tant bien que mal de masquer avec des scènes d’action ridicules et des personnages en manque de subtilité : l’intrigue est en carton.

Le côté technique ne vaut pas un clou non plus. Comme je le disais plus haut, la mise en scène est moche dans les scènes d’action, sans personnalité lors des scènes plus calmes. Les musiques sélectionnées ne sont pas mauvaises, mais souffrent de la comparaison avec « Drive », ce qui empêche de donner une vraie personnalité à l’œuvre. D’autant plus que les raccords entre deux morceaux sont souvent maladroits.

Bref, c’est vraiment mauvais. Heureusement que Dan Stevens est dedans quand même, je n’aurais pas totalement perdu mon temps.
mewnaru
3
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les meilleurs films de 2014

il y a 7 ans

1 j'aime

2 commentaires

The Guest
slowpress
7
The Guest

How to get laid : the movie

Pioché au hasard parmi les quelques téras de films qui dorment sagement dans les divers disques durs de la maison, nous étions bien partis pour nous moquer franchement de ce film pragmatique d'un...

Lire la critique

il y a 7 ans

15 j'aime

1

The Guest
g0urAngA
8
The Guest

Critique de The Guest par g0urAngA

The Guest ne paie pas de mine comme ça, mais se révèle être diablement efficace et malin. En effet, le film utilise énormément les codes du cinéma et les rend à l'écran à sa manière afin de pouvoir...

Lire la critique

il y a 7 ans

11 j'aime

1

The Guest
Fatpooper
5
The Guest

Don't trust U.S.

Un peu mitigé face à ce film. C'est surtout le scénario qui est étrange : d'un côté, il y a cette intrigue intimiste avec cet intrus qui pénètre cette famille et de l'autre il y a cette trame digne...

Lire la critique

il y a 7 ans

9 j'aime

Orange mécanique
mewnaru
4

"Est-ce donc un démon qui vous dévore le cœur mon cher Alex ?"

Comment faire une critique de la violence au cinéma ? La solution proposée par « Orange mécanique » ? Faire un des films les plus violents de l’époque, tellement violent que l’on prend le risque de...

Lire la critique

il y a 7 ans

33 j'aime

13

Rencontres du troisième type
mewnaru
5

Le saviez-vous ? Les extraterrestres sont mélomanes.

Steven Spielberg aime la science-fiction. Ce n’est un secret pour personne. Bien avant les robots d’A.I, les dinosaures de Jurassic Park et surtout, cinq ans avant le petit E.T l’extraterrestre, le...

Lire la critique

il y a 8 ans

27 j'aime

5

La Leçon de piano
mewnaru
5

Le désir joué par quelques notes noires.

Un film qui a raflé tout un tas de récompenses (dix exactement). « La leçon de piano » raconte la destinée d’une femme muette liée contre sa volonté à un homme qu’elle ne connaît pas. Peu à peu,...

Lire la critique

il y a 8 ans

26 j'aime

3