👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Après « You’re next » en 2013, un slasher surprenant et angoissant, plus dramatique qu’horrifique, avec des personnages plus profonds qu’à l’accoutumé dans ce genre de film, mais avec cette incapacité à rendre crédible les déferlements de violence, au point de les rendre souvent risible. Le réalisateur Adam Wingard, retrouve son scénariste Simon Barrett, pour ce thriller psychologique, lorgnant clairement du côté de « Drive » (2011), dans sa construction, esthétique, musique et un héros (Dan Stevens), avec des faux airs de Ryan Gosling et Bradley Cooper, mais sans avoir leurs talents d’acteur.

« The Guest » se déroule à l’approche d’Halloween et fait rapidement de David Collins (Dan Stevens), un croquemitaine. Dès son apparition de dos, se mettant à courir avec son sac à dos militaire, en direction de la ferme de la famille Peterson, le titre du film apparaît avec un son angoissant, donnant le ton de l’histoire.
Son intrusion dans la famille de son ami mort au combat, se fait avec une facilité déconcertante. La mère en deuil, lui ouvre toutes les portes, sans hésitation. Après une légère suspicion, il suffit d’une bière, pour que le père soit aussi sous le charme, de ce jeune homme aux yeux bleus, jouant de son charme, pour endormir ces gens influençables.

Le film est une série B, dénuée de psychologie, ne laissant place à aucun suspense. Pire encore, elle est plus proche d’un téléfilm, que d’un film, du moins dans sa première partie, avant que le rythme ne s’accélère et que la violence explose. Le schéma est le même que pour « Drive » : le calme, avant la tempête. A la différence, que Ryan Gosling était un personnage solitaire et protecteur, alors que Dan Stevens; même s’il possède aussi ces caractéristiques; est une bombe à retardement pour ceux qui l’entourent.
Dan Stevens souffre aussi d’un manque de charisme, et d’une absence d’émotions, faisant de lui une sorte de Robert Patrick, version T-1000 dans « Terminator 2″. Certes, c’est le rôle qui veut cela, mais on frôle en permanence le ridicule, avec cette fâcheuse tendance pour le réalisateur Adam Wingard, de rater ses scènes d’action, aux effets digne des productions des années 80. Il se révèle être l’héritier d’Albert Pyun, réalisateur des navrants, pour ne pas dire navets : Campus, Cyborg, Kickboxer 2 & 4, une sacrée référence.
Pourtant Dan Stevens, a du talent. Acteur Britannique de théâtre, révélé dans la série télévisée « Downton Abbey », dans le rôle de Matthew Crawley. On a pu le voir plus tôt dans l’année, dans l’honnête thriller « Entre les tombes », ou il campe un homme dont la femme a disparu. Il est à l’aise dans le genre dramatique, moins dans l’action. De plus, le supporting cast ne l’aide pas vraiment, à l’exception de Sheila Kelley et Brendan Mayer, les enfants des Peterson.

Personnages caricaturaux, une absence d’intrigue et de profondeur, « The Guest » est un film qui plaira aux amateurs de « Drive », retrouvant sa musique électro-pop, son esthétique, avec de magnifiques plans, n’empêchant pas l’ensemble, d’être ennuyeux et basique. Pour d’autres, cela sera un plaisir coupable, ou les neurones peuvent se reposer tranquillement, en s’éclatant face à la violence de certaines scènes. Puis pour certains, un film quelconque, qui laisse de marbre et s’oublie aussitôt, malgré quelques scènes réussies, de par leurs violences bruts.
easy2fly
3
Écrit par

il y a 7 ans

3 j'aime

The Guest
slowpress
7
The Guest

How to get laid : the movie

Pioché au hasard parmi les quelques téras de films qui dorment sagement dans les divers disques durs de la maison, nous étions bien partis pour nous moquer franchement de ce film pragmatique d'un...

Lire la critique

il y a 7 ans

15 j'aime

1

The Guest
g0urAngA
8
The Guest

Critique de The Guest par g0urAngA

The Guest ne paie pas de mine comme ça, mais se révèle être diablement efficace et malin. En effet, le film utilise énormément les codes du cinéma et les rend à l'écran à sa manière afin de pouvoir...

Lire la critique

il y a 7 ans

11 j'aime

1

The Guest
Fatpooper
5
The Guest

Don't trust U.S.

Un peu mitigé face à ce film. C'est surtout le scénario qui est étrange : d'un côté, il y a cette intrigue intimiste avec cet intrus qui pénètre cette famille et de l'autre il y a cette trame digne...

Lire la critique

il y a 7 ans

9 j'aime

It Follows
easy2fly
4
It Follows

Dans l'ombre de John

Ce film me laissait de marbre, puis les récompenses se sont mises à lui tomber dessus, les critiques étaient élogieuses et le genre épouvante, a fini par me convaincre de le placer au sommet des...

Lire la critique

il y a 7 ans

63 j'aime

7

Baby Driver
easy2fly
5
Baby Driver

La playlist estivale d'Edgar Wright à consommer avec modération

Depuis la décevante conclusion de la trilogie Cornetto avec Dernier Pub avant la fin du monde, le réalisateur Edgar Wright a fait connaissance avec la machine à broyer hollywoodienne, en quittant...

Lire la critique

il y a 5 ans

56 j'aime

10

Babysitting
easy2fly
8
Babysitting

Triple F : Fun, Frais & Fou.

Enfin! Oui, enfin une comédie française drôle et mieux, il n'y a ni Kev Adams, ni Franck Dubosc, ni Max Boublil, ni Dany Boon et autres pseudos comiques qui tuent le cinéma français, car oui il y a...

Lire la critique

il y a 8 ans

51 j'aime

8