👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Une expérience de cinéma extrême, qui repousse les limites de l'horreur au point d'en représenter l'inimaginable. Premier tronçon d'une trilogie délirante The Human Centipede ( First Sequence ) est un film de genre hors-normes, d'une violence froide et redoutable, tellement dérangeant que son visionnage rend le spectateur physiquement incapable de nuire à son prochain au sortir du générique final.

Tom Six part d'un concept totalement grotesque, à la matière scénaristique plus ou moins indigente, l'usant jusqu'à la corde pour mieux rendre compte du caractère obsessionnel du fameux chirurgien joué par le terrifiant Dieter Laser. Plus encore que les suggestions scatologiques et le graphisme écoeurrant des quelques scènes gores de ce premier long métrage c'est surtout l'application monomaniaque du personnage qui provoque un malaise énorme, particulièrement désarçonnant : dans ce musée des horreurs vide, d'une blancheur glaciale, clinique et aculturel les fantômes de nazisme et de l'eugénisme viennent se loger insidieusement, jusqu'à donner un sérieux mal de coeur.

Film déviant, d'un abominable premier degré rendant la projection encore plus choquante et déstabilisante The Human Centipede ( First Sequence ) reprend toutefois la forme classique du scénario en trois actes. Ainsi la première demi-heure s'inscrit d'emblée dans le genre, reprenant tous les codes du cinéma d'horreur pour mieux les parodier. Ensuite Tom Six expose lourdement mais efficacement le maigre objectif narratif de son film au travers du personnage du chirurgien dans un deuxième acte proche du torture porn. Enfin la troisième partie s'apparente à un thriller faisant écho aux éléments et aux stéréotypes des premières minutes. Tom Six livre un film terrible, au rythme relativement lent, prenant le temps d'installer une atmosphère tout en jouant sur l'absurdité ahurissante de son concept.

Sans tapages The Human Centipede distille sa charge vomitive avec réussite, au gré d'une réalisation tout à fait propre et plus que correcte. Mention spéciale à l'acteur Dieter Laser, paroxysme de perversités et d'abominations en tous genres, incarnant certainement l'un des plus grands tordus de l'Histoire du Cinéma. A voir pour qui en aura la capacité.

stebbins
8
Écrit par

il y a 6 ans

1 j'aime

The Human Centipede
DjeeVanCleef
5

1+1+1 = 1

Un savant fou - allemand - veut créer un tube digestif avec trois personnes... Ce pitch purée... Dis comme ça, ce n’est guère engageant pourtant, et c’est là que je me rends compte que je dois...

Lire la critique

il y a 9 ans

77 j'aime

25

The Human Centipede
SanFelice
6

1001 pattes

Il devrait être interdit de se perdre en pleine forêt. Non mais franchement, avez-vous la moindre petite idée du nombre de films d'horreur qui commencent comme ça ? Et là, rebelote ! Deux filles pas...

Lire la critique

il y a 9 ans

63 j'aime

10

The Human Centipede
takeshi29
7

J'avais oublié de publier ma critique, je devais avoir la tête dans le c..

Que les amateurs de films bien déjantés et extrêmes se précipitent, ce film est fait pour eux. D'un point de vue purement cinématographique, on est proche du néant, et cela rajoute une dose de...

Lire la critique

il y a 9 ans

46 j'aime

15

Hold-Up
stebbins
1
Hold-Up

Sicko-logique(s) : pansez unique !

Immense sentiment de paradoxe face à cet étrange objet médiatique prenant la forme d'un documentaire pullulant d'intervenants aux intentions et aux discours plus ou moins douteux et/ou fumeux... Sur...

Lire la critique

il y a plus d’un an

38 j'aime

11

La Prisonnière du désert
stebbins
4

Retour au foyer

Précédé de sa réputation de grand classique du western américain La Prisonnière du désert m'a pourtant quasiment laissé de marbre voire pas mal agacé sur la longueur. Vanté par la critique et les...

Lire la critique

il y a 6 ans

35 j'aime

8

Ma Loute
stebbins
3
Ma Loute

Parvenus chez les ch'tis

Une véritable pantalonnade, fortement poussiéreuse et sans finesse aucune. Si Bruno Dumont se concentre habituellement sur le milieu ch’timi - et ce dès La vie de Jésus, son très beau, limpide et...

Lire la critique

il y a 6 ans

21 j'aime

6