👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Précédé de sa réputation de grand classique du western américain La Prisonnière du désert m'a pourtant quasiment laissé de marbre voire pas mal agacé sur la longueur.

Vanté par la critique et les cinéphiles du monde entier le chef d'oeuvre de John Ford tient à mon sens de la fausse valeur. En effet si la réalisation, les cadrages et la photographie sont plus ou moins irréprochables sur le plan technique l'écriture des personnages, des situations et du récit en règle générale demeure beaucoup trop lourde et démonstrative pour m'inspirer autre chose qu'une franche déception. Le scénario, facile à résumer en quelques mots, se limite à la quête monomaniaque d'un héros solitaire ( John Wayne ) et de son neveu métisse : retrouver la nièce du justicier coûte que coûte dans l'espace désertique du continent américain.

Certes la reconstitution du mythe de l'Ouest américain, la peinture minutieusement travaillée des valeurs aussi importantes que l'honneur, le foyer et la justice et la place accordée à l'archétype du héros incarné par Wayne restent des éléments pouvant favoriser l'adhésion au film de John Ford. Le problème c'est que l'artificialité des dialogues et la superficialité du traitement des différents personnages et de leurs interactions m'ont empêché de croire un tant soit peu à ce western lisse et didactique en diable.

Je ne doute pas que La Prisonnière du désert puisse passionner les cinéphiles, notamment sur l'aspect purement technique et cinématographique. Pour ma part j'ai trouvé ce film binaire, assez simpliste et pas vraiment pessimiste en définitive. N'importe quel film de Sergio Leone sera dix fois plus profond, audacieux et mémorable que ce classique surcoté. Mais cet avis n'appartient qu'à moi, bien entendu.

stebbins
4
Écrit par

il y a 6 ans

35 j'aime

8 commentaires

La Prisonnière du désert
DjeeVanCleef
10

Ethan bâté

« Personne ne devrait avoir le droit de filmer Monument Valley après John Ford. » Je ne sais plus qui a lâché ça, mais je suis carrément d'accord. « La Prisonnière du Désert » est sans aucun doute...

Lire la critique

il y a 8 ans

108 j'aime

23

La Prisonnière du désert
Sergent_Pepper
9

Pour le meilleur et pour Shakespeare.

[Série "Dans le top 10 de mes éclaireurs" : Northevil et Torpenn] Il n’est pas aisé, face à la somme que représente La prisonnière du désert, de savoir par quel angle l’attaquer pour tenter de...

Lire la critique

il y a 8 ans

82 j'aime

9

La Prisonnière du désert
raisin_ver
10

Critique de La Prisonnière du désert par raisin_ver

La prisonnière du désert peut être vue comme la quête de deux hommes qui poursuivent des chimères oubliant au passage ce qui les attend ailleurs. Pour le personnage de Ethan, la chose est un peu...

Lire la critique

il y a 11 ans

45 j'aime

Hold-Up
stebbins
1
Hold-Up

Sicko-logique(s) : pansez unique !

Immense sentiment de paradoxe face à cet étrange objet médiatique prenant la forme d'un documentaire pullulant d'intervenants aux intentions et aux discours plus ou moins douteux et/ou fumeux... Sur...

Lire la critique

il y a plus d’un an

38 j'aime

11

La Prisonnière du désert
stebbins
4

Retour au foyer

Précédé de sa réputation de grand classique du western américain La Prisonnière du désert m'a pourtant quasiment laissé de marbre voire pas mal agacé sur la longueur. Vanté par la critique et les...

Lire la critique

il y a 6 ans

35 j'aime

8

Ma Loute
stebbins
3
Ma Loute

Parvenus chez les ch'tis

Une véritable pantalonnade, fortement poussiéreuse et sans finesse aucune. Si Bruno Dumont se concentre habituellement sur le milieu ch’timi - et ce dès La vie de Jésus, son très beau, limpide et...

Lire la critique

il y a 6 ans

21 j'aime

6