Nick Robinson (Crusoé) dans la forêt

Avis sur The Kings of Summer

Avatar papagubida
Critique publiée par le

Eh ben en voilà une belle petite découverte ! Voici un film dont on a très peu parlé, avec très peu d'acteurs connus (voire pas du tout), avec une idée de départ somme toute assez simple.. Mais qui nous donne quelque chose de tout bon ! J'ai découvert ce film en fouillant la courte filmographie de Nick Robinson, qui m'avait pas mal plu dans "Jurassic World".. Et j'ai encore une fois la preuve que fouiller les filmographies et dénicher les petits films moins célèbres, ça a parfois du bon. J'ai passé un bon petit moment..

Grands gamins

Pour faire simple, j'ai énormément apprécié toute la symbolique du film. Tout est pensé pour servir l'histoire, le moindre élément est réfléchi.. Et ça va même jusqu'au choix du jeu auquel joue Joe. Le Monopoly, dans ce film, il n'est pas important juste parce que c'est le jeu préféré de son père et qu'il a voulu l'emmerder comme c'est dit dans le film. C'est aussi un "jeu d'adulte", dans le sens où il est question de prison, d'argent, d'achat d'immeubles, d'économies, etc.. C'est un jeu fortement lié à la vie d'adulte, et donc ce que ce jeu symbolise est parfaitement en lien et très justifié par rapport à l'histoire du film, cette histoire de gamins de 15 ans qui fuient leurs parents pour devenir des adultes à seulement 15 ans. Ce Monopoly n'est qu'un exemple, mais vraiment tout est bien pensé comme ça, et j'ai vraiment bien aimé.. On sent la profondeur dans le scénario.
L'équilibre est parfaitement trouvé entre le drame et le comique. 90% de l'humour du film repose sur la dinguerie de Biaggio, mais il est justement tellement loufoque que c'est amplement suffisant. Certes le sujet est très sérieux dans la tête de Joe et son ami, mais Biaggio est là aussi pour rappeler qu'ils restent tous les trois des gamins, même si ils se prennent pour des adultes, ils n'ont pas forcément la maturité nécessaire pour ça. Ce personnage est donc totalement dingue, mais vraiment drôle et, bizarrement, un peu touchant au fond.
Toute cette histoire est donc plutôt agréable à suivre, et encore plus quand on prête attention à toute cette symbolique.

Nick et les garçons

Les acteurs, maintenant. A mes yeux, ils sont tous géniaux.. J'ai trouvé Gabriel Passo (Patrick) un poil en-dessous de ses deux compères, mais c'est sûrement du au fait que son personnage est moins mis en avant que Joe et qu'il est beaucoup plus banal que Biaggio. Disons que son personnage ne lui permet pas de totalement s'épanouir et qu'il n'est pas spécialement mis en avant, et que donc l'acteur ne m'a pas marqué plus que ça. Nick Robinson quand à lui a le rôle principal, et je l'ai trouvé excellent ! C'est donc la seconde fois que je le vois, comme je le disais en intro.. Dans Jurassic World, il m'avait fait bonne impression, mais c'était plus pour sa bonne gueule que pour son jeu qui n'était pas suffisamment mis en avant dans le film. Je lui ai trouvé une bonne bouille et surtout pas mal de charisme pour un si jeune acteur, mais ça s'arrêtait là. Mais avec "The kings of summer", il montre qu'en plus de la bonne gueule et du charisme, il a le talent ! La psychologie de son personnage étant probablement la plus développée du film (normal, il en est le héros), c'est sûrement l'un des rôles les moins facile à interpréter ici, mais il le fait avec beaucoup de justesse et de sobriété. Il n'en fait jamais trop, et en même temps on ne peut pas lui reprocher de ne pas être suffisamment expressif puisque son personnage est lui aussi assez touchant, notamment sur la fin.. Il a peut-être joué l'un de mes personnages ados préférés. Simple et sobre, mais diablement efficace (j'ai dit "diablement", Christian Jeanpierre sors de ce corps !!!). Moises Arias, que je découvrais également, m'a lui aussi fait forte impression, pour sa loufoquerie extrême que j'ai déjà évoquée. Son personnage est totalement dingue et déjanté, mais il le joue avec une telle puissance comique qu'on est obligé d'en rire. Je demande à le revoir dans d'autres rôles pour savoir si il est capable de faire autre chose. Enfin, Nick Offerman a peut-être le personnage le plus stéréotypé du film, en père "bête et méchant" (en exagérant un peu, ça donne ça), mais l'acteur est tout de même impeccable. Le cynisme et la froideur de son personnage donne lieu à quelques sourires également, parfois d'énervement, parfois de rire. Sa réplique "je pense ne plus jamais avoir d'érection" après avoir entendu un horrible chant a capella m'a bien fait marrer par exemple. La réplique est drôle, mais la façon qu'a l'acteur de balancer cette réplique l'est encore plus.

En plus de nous offrir de superbes images et de très bons plans (je trouve que plus on arrive vers la fin du film, plus les plans sont beaux et ont du sens), le réalisateur a fait preuve d'une superbe direction d'acteur et a su en tirer le meilleur.

Pour terminer, J'ADORE la dernière scène du film. Tout d'abord parce que là aussi, la symbolique est très travaillée et le message est fort, mais surtout parce que c'est tout simplement magnifique. J'ai adoré le "message caché" derrière cette ultime scène, c'est une parfaite conclusion..

Cet échange de "fuck" entre Patrick et Joe, tout en souriant, montre bien qu'ils ne sont pas devenu ennemis, et que même si ils veulent et croient être adultes, ils sont encore trop jeunes et donc trop immatures pour l'être, et restent de grands gamins, sur le point de devenir adultes, mais des gamins tout de même. Puis les deux voitures qui partent dans des directions opposées, qui signe peut-être la fin de l'amitié d'enfance, ou du moins un éloignement entre les deux amis.. Se quitter pour mieux se retrouver ? S'éloigner pour mieux s'aimer ? C'est ce que je comprends des derniers plans, sur la nature, où les deux amis ont passé énormément de temps ensemble.. Ils s'éloignent (les deux voitures se séparent) mais restent proches (la nature, leur "lieu commun").

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 610 fois
Aucun vote pour le moment

papagubida a ajouté ce film à 4 listes The Kings of Summer

Autres actions de papagubida The Kings of Summer