👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

L'homme un peu invisible mais pas tout à fait invisible, enfin, je me suis compris

Vu à l'occasion du festival Hallucination Collective à Lyon, ça été une excellente découverte sur un thème qui n'est pas forcément le plus populaire du cinéma ni le plus entraînant.
Geoff Redknap, surtout connu pour ses maquillages et fx sur Deadpool ou Watchmen, signe ici un premier long-métrage qui se permet de dépoussiérer le mythe de l'Homme Invisible en prenant le parti pris d'offrir une sorte de drame penché thriller plutôt qu'un film d'horreur, dans un style à la fois sobre/réaliste et pourtant très référentielle envers le genre horreur.
Ici, aucun savant fou qui emmerde un peu tout le monde en se baladant à poil sans que personne ne le voit, on a affaire un drame plus centré sur la déstructuration d'un être humain qui peine à continuer d'exister dans le monde physique et dans l'esprit des gens,

de plus, cette déstructuration s'applique à sa famille, à l'enchaînement des conséquences de cette malédiction.


C'est l'histoire d'une quête pour retrouver une identité dans le monde des vivants tout en continuant progressivement de disparaître. Les effets spéciaux, particulièrement réussi et bluffant, servent ici un propos terrifiant : l'horreur n'est pas causée par les actions du personnage comme l'abominable Griffin de Welles, c'est une horreur provoquée par la détresse de l'homme se sachant sur le point de devenir un être inexistant et ne pouvant lutter contre ce phénomène.
Redknap choisit d'orienter le thème sur l'existentialisme à travers cette disparition du corps, chose déjà soulevé dans le roman L'Homme Invisible de H-G Welles mais prenant ici une dimension une dimension humaine plus poignante et même touchante. L'aspect irréversible de l'action, qui guide le personnage à une sorte de perte physique, contribue à renouveler un sous-genre qui a peiné à se refaire des lettres d'or.

Tony-Atsoc
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Films vus et Films inconnus ou oubliés

il y a 4 ans

3 j'aime

The Unseen
saurcroc
5
The Unseen

Le nouvel homme invisible

Un film qui laisse une drôle d'impression. Ni bon ni mauvais. Ca ressemble a un film des pays nordiques avec les personnages assez froid (sans mauvais jeu de mots). On a du mal à le classer. Pas...

Lire la critique

il y a 3 ans

1 j'aime

The Unseen
OskarNewon
4
The Unseen

Critique de The Unseen par Oskar Newon

Un film étrange qui a de bonnes idées mais qui se révèle assez ennuyeux au final. On suit Bob qui travaille dans une scierie et qui n’a pas vu sa fille depuis 8 ans. Il est atteint d’une maladie...

Lire la critique

il y a 3 ans

The Unseen
Nyandzette
5
The Unseen

où voulait-il en venir?

On va être honnête dès le début, je n'ai pas compris où ce film voulait nous emmener. Métaphore de l'état social du petit peuple, super pouvoir, films sur les relations familiales, enquête? Y'a un...

Lire la critique

il y a 3 ans

The Mandalorian
Tony-Atsoc
5

Marketing level 2

Volontairement, je n'avais vu aucune bande-annonce, pas lu de résumé ni rien pour pouvoir me faire la surprise au premier visionnage. Je m'attendais à un Bon, La Brute Et Le Truand version Star Wars,...

Lire la critique

il y a 2 ans

1 j'aime

Legend of Kay
Tony-Atsoc
10

Fascinant, une merveille

J'ai dû jouer à ce jeu pour la première fois quand j'étais au collège et il m'a conquis instantanément alors que j'avais dû le trouver au pif dans un magasin. Le charme de ce jeu à mes yeux venait de...

Lire la critique

il y a 4 ans

1 j'aime

L'Assassin habite au 21
Tony-Atsoc
9

Que donc ?

Étonnement, je me suis retrouvé avec ce bouquin alors que les romans policiers ont tendances à m'ennuyer au plus haut point à cause des enquêtes longues et monocordes qui tombent sous mon regard la...

Lire la critique

il y a 4 ans

1 j'aime