Avis sur

The Voices par Benjicoq

Avatar Benjicoq
Critique publiée par le

Après sa mini traversée du desert critique et publique, Satrapi revient fort ! avec son film américain qui en fait est juste un film européen bien maquillé, ave casting international de qualité et langue anglaise.

Jerry vit dans une petite ville américaine très jolie et bien propre sur elle , il travaille dans une usine de baignoires trop mignonnes . Il va chez son psy toutes les semaines ; il a clairement des petits problèmes dans sa tête , mais ca va a peu près. Il se prend en main et se met en tete de séduire la bombasse de la compta, qui n'en a rien a faire de ce loser. Mais il est très mignon alors les autres filles de la compta se pâment devant lui. Tout va bien quoi.

Bon, certes, quand il rentre chez lui, son chat (M. moustache) et son chien (Bosco) lui parlent. Mais bon c'est pas bien grave. Jerry oublie juste de prendre ses cachets (la psy aimerait bien qu'il les prenne, pourtant ) , et les effets secondaires sont qu'il a deux amis à poils supplémentaires, ca permet d'avoir de la conversation dans sa vie très solitaire. Et puis son chat est quand meme un sacré malin qui lui donne des tas de conseils très utiles

Suite à un accident de voiture malheureux, la bonnasse de la compta et jerry se retrouvent en foret, blessés, et la meilleure façon que trouve jerry de résoudre le problème, c'est de foncer sur sur elle a toute blinde avec un couteau dans les mains. Evidemment, il la tue - par accident (?). Et la ramène chez lui, garde sa tete (qui lui parle) dans le frigo, et met le reste du corps dans des jolies boites tupperware bien rangées. M Moustache est ravi. Faut dire il est un peu flippant ce chat. pas très net.Tout va bien quoi.

Quand il prend finalement ses cachets, sur les conseils de sa psy (si il ne les prend pas, elle va devoir faire un rapport), ses potes poilus ne lui parlent plus, et les lunettes roses avec lesquelles jerry voit le monde disparaissent, et il prend conscience d'à quel point sa vie est horrible, son appartement est un bouge insalubre, et qu'en fait la tete de la jolie fille du frigo ne parle plus et commence a pourrir. Franchement c'était mieux avec les pilules ! ... Les situations vont progressivement empirer.

Le film a ceci de génial qu'il nous est présenté du point de vue intégral du personnage principal, et on est malgré toutes les horreurs qu'ils commet de son côté en permanence, et on se met facilement de son point de vue. Tout en ne perdant jamais conscience de l'horreur et de la tristesse des situations qui se passent dans la réalité. Car les situations se développent a partir du synopsis de départ dans des directions franchement glauques, et Satrapi réussit vraiment à les présenter toujours avec un humour très entrainant tout en maintenant une tension extrême grace aux quelques retours dans le réel qui imprègnent durablement les scènes sans médicaments. Le travail sur le décor est incroyable - il évolue en fonction du degré de medication de jerry, allant du décor tout propre ripoliné et coloré au décor crade et angoissant, avec toutes les nuances intermédiaires . Et sans spoiler, elle a le courage d'aller au bout de son idée, on reste avec Jerry jusqu'au bout.

Le casting est vraiment excellent. On dirait bien que Ryan Reynolds est un excellent acteur quand il est dirigé et quand il n'est pas résumé a un joli petit cul dans des productions fades hollywoodiennes. Jemma Atterton et Anna Kendrick sont fabuleuses, et Jacki Weaver dans le rôle de la psy est très bien aussi.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 283 fois
Aucun vote pour le moment

Benjicoq a ajouté ce film à 1 liste The Voices

Autres actions de Benjicoq The Voices