👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Reprendre et amplifier : tel semble être le mot d’ordre que se donne James Gray pour aborder son deuxième film. Bien des éléments de Little Odessa se retrouvent en effet dans The Yards : un rapport fraternel et initiatique (même sans lien du sang), une famille aussi protectrice que toxique, et un goût prononcé pour la tragédie.

La même modestie du personnage infuse l’exposition de l’intrigue. Leo (Mark Wahlberg, tout en subtilité) cherche une place dans une famille qui fonctionne très bien sans lui. Dans cette nuit constante, rythmée par des coupures d’électricité, il est celui qui sort de cellule et auquel on refuse la lumière, condamné à bredouiller en arrière-plan : le second couteau, le témoin, l’observateur, l’amoureux éconduit. Et lorsqu’on lui attribue le premier rôle, c’est pour lui faire porter le chapeau de l’ennemi public.

Ce premier équilibre fonctionne parfaitement, notamment autour de l’incandescent Joaquin Phoenix qui fait ici son entrée dans le cinéma de Gray et d’un James Caan qui semble prendre sa revanche sur le second rôle qu’il avait dans le Parrain en s’installant avec poids dans le fauteuil du patriarche. C’est d’ailleurs notamment par ce rôle que se joue l’amplification : le milieu du crime organisé, ainsi que la romance contrariée de Leo et sa cousine indiquent une ambition plus grande du cinéaste, au risque de certains excès. Certes, la complicité meurtrie entre les frères ennemis peut donner lieu à de belles scènes, comme cette bagarre de nuit entre eux, mais le triangle amoureux n’est pas toujours très juste, et les extrémités auxquelles le récit les mène inutilement romanesques.

La mort d’Erica (qui par ailleurs se retrouve dans une position quasi identique à Alla dans Little Odessa, la jambe à l’envers, statue déformée par le drame) ou l’entrée fracassante de Leo dans un coup de théâtre assez classique entachent un peu la subtilité des débuts.


L’ambiance reste néanmoins prenante, la direction d’acteur efficace et l’ensemble convaincant, notamment dans ce regard toujours pertinent sur l’urbanité souillée par le crime, à l’image de ces aiguillages qui inaugurent le film : une fascination pour le récit et ses méandres qui ne cessera jamais de motiver la filmographie de James Gray.

(6.5/10)

Sergent_Pepper
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Poussif, Gangster, Violence, Famille et Film dont la ville est un des protagonistes

il y a 5 ans

44 j'aime

The Yards
Ghettoyaco
10
The Yards

Critique de The Yards par Ghettoyaco

J’adore James Gray. Je n’en étais pas totalement sûr après avoir vu We own the night et Two lovers, que j’avais tout de même beaucoup aimés, mais avec The Yards, j’en ai la certitude. Déjà, ce...

Lire la critique

il y a 7 ans

33 j'aime

6

The Yards
Gand-Alf
8
The Yards

Tragédie moderne.

Repéré grâce à son sublime "Little Odessa", James Gray continue de s'attaquer à l'image de la famille et aux grandes tragédies de la classe moyenne avec ce drame shakespearien en diable qui, s'il n'a...

Lire la critique

il y a 9 ans

23 j'aime

The Yards
Docteur_Jivago
8
The Yards

Clair - Obscur

C'est à 25 ans que James Gray réalise son premier film avec l'excellent Little Odessa, remportant notamment un lion d'argent à Venise puis 6 ans après qu'il met en scène son second, The Yards, où il...

Lire la critique

il y a 3 ans

23 j'aime

2

Lucy
Sergent_Pepper
1
Lucy

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

Lire la critique

il y a 7 ans

706 j'aime

103

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

Lire la critique

il y a 3 ans

646 j'aime

46

Her
Sergent_Pepper
8
Her

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

Lire la critique

il y a 8 ans

578 j'aime

53