👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

C'est un film choral, et le réalisateur prend son temps pour nous présenter les principaux protagonistes sans pour autant nous ennuyer grâce à une direction d'acteurs efficace notamment dans son casting féminin. Le scénario est astucieux, ici point de sérial-killer ou de démon maléfique, non dans un groupe aussi nombreux et composite, les tensions sont latentes et il suffira d'un enchainement de circonstances pour que toute l'assemblé s'autodétruise. Un jeu de massacre jouissif qui fonctionne parfaitement. Un peu de sexe, puisque ça participe au thème, n'en déplaise aux tartuffes, pas de gore, puisque ce n'est point le propos, quant à la vraisemblance, rappelons que nous sonnes au cinéma. On remarquera que les femmes y ont une place prépondérante et déploient une énergie qui fait plaisir à voir, Qui n'a pas croisé dans des soirées des timbrées comme Anastazja (Julia Wieniawa-Narkiewicz) qui vous gonfle avec son zodiaque mais qui est ici remise à sa place et ce sera le début de l'enchainement macabre. Gloria, (Monika Krzywkowska ) la femme cougar crève également l'écran également et on est pas près d'oublier la scène ou elle fait mimer deux zigotos dans une position embarrassante. Nous avons aussi la ravissante Angelika (Katarzyna Chojnacka) dont le prétendant va nous offrir ce qu'il est convenu d'appeler un grand moment de solitude, et n'oublions pas Oliwia, la fille au serre-tête de biche (Alexandra Pilusa) ni les deux nymphos brunes Renata (Magdalena Perlinska) et sa copine (Dominika Sakowicz) :Et pour compléter le tableau, nous avons un pauvre livreur de pizza qui n'a rien demandé, sinon d'être payé… Film jouissif donc, mais qui s'encombre d'une séquence finale dont on ne saisit le sens qu'au dernier plan, on est donc dans un monde parallèle ou alternatif, le réalisateur voulant nous dire que quelque soit les interactions entre les personnages, le destin est inexorable. On passe ainsi d'un coup de Hara-Kiri au jansénisme, non monsieur Belci, le film se suffisait en lui-même et d'ailleurs il est très bon, il se déguste, inutile de faire dans la philo.

estonius
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Mes films est-européens et Mes slashers et autres serials-killers

il y a plus d’un an

3 j'aime

Tous mes amis sont morts
HélèneMottier
7

Tous mes amis sont des imbéciles heureux

J'attendais impatiemment le prochain film qui pourrait me surprendre, voilà chose faite ! Tous mes amis sont morts est efficace dans l'humour, le tragique, la caricature, le loufoque, le...

Lire la critique

il y a plus d’un an

9 j'aime

Tous mes amis sont morts
pirawatt
1

C'est étonnant, Netflix fait un film nul, on n'avait jamais vu ça

Bon bah absolument tout est raté dans ce film insignifiant. 1h36 et au bout de 30 minutes, je me surprends déjà à me demander quand cet objet prendra fin tant rien ne fonctionne. Pourquoi? Tout...

Lire la critique

il y a plus d’un an

6 j'aime

9

Tous mes amis sont morts
estonius
8

Un jeu de massacre jouissif

C'est un film choral, et le réalisateur prend son temps pour nous présenter les principaux protagonistes sans pour autant nous ennuyer grâce à une direction d'acteurs efficace notamment dans son...

Lire la critique

il y a plus d’un an

3 j'aime

Le Bureau des Légendes
estonius
3

25 euros de gâchés !

Il est parfaitement normal que le ressenti face à un œuvre soit différent suivant les spectateurs, mais quand je vois tant de gens crier au chef d'œuvre, je tombe du placard. Au-delà des critères...

Lire la critique

il y a 2 ans

17 j'aime

6

Autant en emporte le vent
estonius
10

Itinéraire d'une enfant gâtée

Le tâcheron Fleming n'est sans doute pas pour grand-chose dans la réussite de ce film auquel a participé Georges Cukor est qui est avant tout un film de producteur (David O. Selznick) Balayons déjà...

Lire la critique

il y a 2 ans

16 j'aime

2

Borsalino
estonius
8
Borsalino

On se n'ennuie pas une seule seconde...

Vilipendé à sa sortie par une certaine critique lui reprochant de n'être que "commercial", cela ne l'empêcha pas de faire un tabac. Je n'étais pas pressé de le regarder, le choix du public est...

Lire la critique

il y a 8 mois

13 j'aime

2