👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Amusant de voir combien James Huth aime toucher à tout sitôt qu’il reste ancré dans le domaine de la comédie. S’il est surtout connu pour avoir réalisé Brice et la suite de Brice, on sait aussi qu’il a tenté une incursion dans l’adaptation de bande dessinée (Le très mauvais Lucky Luke) et a fait un virage cheap-horrifique en hommage à Christine, avec le très gênant Hellphone. Le voir aux manettes d’une rom’com n’a donc rien de vraiment surprenant sinon que ça l’éloigne de l’image d’auteur low cost un peu bizarre en ce sens que les rom’com avec Marceau & Elmaleh j’ai l’impression que tout le monde voulait en faire il y a cinq / dix ans : De l’autre côté du lit, Hors de prix, Une rencontre, La doublure, Tu veux ou tu veux pas. Que des trucs franchement dispensables dans le meilleur des cas. Sauf que Huth a de l’ambition et il va l’afficher partout. J’avais lu dans un magazine quelconque avant de mater le film, que les inspirations visaient Howard Hawks. Alors déjà on va se calmer, si le mec qui a pondu cette aberration pensait à L’impossible Monsieur Bébé il va falloir qu’il se détende. Mais le pire là-dedans c’est que Huth va enfiler les références comme des perles et pas de la manière la plus subtile qui soit : En multipliant les affiches de films (Chantons sous la pluie, Casablanca, West Side Story) dans l’appartement de Gad Elmaleh, qui ressemble aussi beaucoup à celui de Sept ans de réflexion. Il y a bien un dialogue évoquant un film de Cukor ici, de Capra là mais c’est un peu trop écrit pour qu’on croit une seconde que ces personnages aiment les films des années 40/50. Et surtout, le film se revendique adaptation des Aristochats mais pareil les personnages le citent sans cesse, ça n’a pas grand intérêt de souligner et surligner. Bref c’est très lourd tout le temps et pourtant il y a quelques séquences qui fonctionnent et font parfois sourire, car il y a une énergie et une volonté de ne pas trop s’apitoyer sur le scénario ni de rentrer dans le balisage de la comédie romantique typique. Dommage que ça ne dure que le temps d’une honnête première demi-heure.

JanosValuska
3
Écrit par

il y a 4 ans

Un bonheur n'arrive jamais seul
guitt92
6

Une romcom française bien drôle, un peu inégale mais pleine de fraicheur.

James Huth, le réalisateur gentiment barré de « Serial Lover », « Brice de Nice » et du mésestimé « Lucky Luke », se lance dans la comédie romantique et avec un casting premier choix, Sophie Marceau...

Lire la critique

il y a 10 ans

13 j'aime

Un bonheur n'arrive jamais seul
Minitte
2

Critique de Un bonheur n'arrive jamais seul par Minitte

Je n'attendais pas trop du film (dont j'ai laissé le choix à une amie) et au final j'ai quand même été déçue ! La bande annonce m'avait presque donné envie et d'ailleurs la première demie-heure...

Lire la critique

il y a 10 ans

7 j'aime

Un bonheur n'arrive jamais seul
Wolvy128
6

Critique de Un bonheur n'arrive jamais seul par Wolvy128

Ayant eu l'occasion de rencontrer les deux acteurs lors de leur bref passage en Belgique pour la promotion du film, j'étais impatient de le découvrir. Et globalement, je dois dire que j'ai plutôt...

Lire la critique

il y a 10 ans

6 j'aime

Titane
JanosValuska
5
Titane

The messy demon.

Quand Grave est sorti il y a quatre ans, ça m’avait enthousiasmé. Non pas que le film soit  parfait, loin de là, mais ça faisait tellement de bien de voir un premier film aussi intense...

Lire la critique

il y a 10 mois

26 j'aime

5

Le Convoi de la peur
JanosValuska
10

Ensorcelés.

Il est certain que ce n’est pas le film qui me fera aimer Star Wars. Je n’ai jamais eu de grande estime pour la saga culte alors quand j’apprends que les deux films sont sortis en même temps en salle...

Lire la critique

il y a 8 ans

25 j'aime

6

La Maison des bois
JanosValuska
10

My childhood.

J’ai cette belle sensation que le film ne me quittera jamais, qu’il est déjà bien ancré dans ma mémoire, que je me souviendrai de cette maison, ce village, ce petit garçon pour toujours. J’ai...

Lire la critique

il y a 7 ans

23 j'aime

4