Les sanglots longs des violons de l'hiver

Avis sur Un cœur en hiver

Avatar Val_Cancun
Critique publiée par le

C'était le dernier Sautet "moderne" que je n'avais pas encore vu (désormais il ne me reste que "L'arme à gauche" à découvrir), et j'attendais de le dénicher avec beaucoup d'impatience, mêlée d'une légère appréhension.
En effet, "Un cœur en hiver" s'apparente à une chronique sentimentale, a priori très éloignée des films chorals de l'âge d'or du réalisateur, et puis surtout, la musique classique y est omniprésente (Maurice Ravel), moi qui ne suis pas du tout amateur.

Pourtant, une fois de plus, Sautet est parvenu à m'embarquer aisément dans ce récit intimiste, centré sur un homme complexe impossible à cerner, autiste des sentiments, spectateur froid et passif de sa propre existence…

Pourtant, ce luthier surdoué (joué par Daniel Auteuil) a face à lui une Emmanuelle Béart au sommet de sa beauté, qui cache derrière sa froideur apparente un tempérament de feu.
Dernier membre de ce triangle amoureux, le bon copain de monsieur et compagnon de madame, bon vivant et sans état d'âme, campé avec talent par André Dussollier.

Et puis comme toujours chez Claude Sautet, il y a ces seconds rôles magnifiques, simples silhouettes qui parviennent pourtant à prendre vie et à marquer les esprits (Maurice Garrel le père spirituel, Brigitte Catillon l'impresario jalouse, Elizabeth Bourgine la bonne copine, Myriam Boyer la gouvernante...)

Un beau film, qui offrira à Sautet son premier César du meilleur réalisateur (il récidivera avec "Nelly et Monsieur Arnaud"), et qui conserve ses mystères après visionnage...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 241 fois
7 apprécient

Val_Cancun a ajouté ce film à 5 listes Un cœur en hiver

Autres actions de Val_Cancun Un cœur en hiver