A voir sans regarder, à regarder sans voir

Avis sur Un homme qui dort

Avatar Nurela
Critique publiée par le

Paris, sans un bruit, à 5h du matin cet homme vis seul ; il dort, il fume, il lis.
En contradiction, la ville. Sa foule, son métro, ses boulevards, ses voitures.

tu entends sans jamais écouter

Cet homme ne finira pas ses études, il ne finira pas sa vie.
Il se laisse vivre, et il laisse l’indifférence mener sa vie.
Il ne veut plus vivre autre chose.

tu es libre et tu ne choisis pas

Il n'y a pas de couleur, juste des bruits, des lumières.

Ce décor vide, sa chambre, nous montre l'étendue de sa solitude dans son lit et dans Paris. Ses errances sans but, ses sensibilités sensoriels permet de remettre en question la recherche de performance constante et le déroulement d'une vie imposé par la société.

tu vois sans jamais regarder

Il joue seul aux cartes, peu importe si il gagne ou perds.

car que voudrait dire ta victoire ?

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 98 fois
1 apprécie

Autres actions de Nurela Un homme qui dort