Prends la vie du bon côté

Avis sur Un très vilain garçon

Avatar citizenk
Critique publiée par le

Mettons tout de suite au clair le point absolument subjectif de cette critique, voulez-vous? Avoir l'âge de ses artères est, somme toute, chose banale. En ce qui me concerne, j'ai plutôt l'âge des Monty Python: c'est pourquoi ce spectacle célébrant notre Jubilé de Rubis ne peut pas me laisser indifférent.

J'ai été d'autant plus touché du geste du groupe britannique que, afin de ne pas froisser ma modestie légendaire, ils ont décidé de faire semblant que le spectacle célébrait en réalité leurs 40 ans, et non pas les miens: quelle exquise délicatesse!

Cela admis, si vous êtes du genre à apprécier l'humour british décalé et absurbe (j'en suis), vous aimerez ce concert. Ou plutôt cet oratorio, qui n'est justement *pas* le Messie de Haendel, mais est *définitivement* inspiré par "La Vie de Brian" de ces mêmes Monty Python.

Inutile de le préciser: les situations pythonesques sont abondantes, et la distribution brillante: presque tous les Python sont présents (John, how could you miss this!), ainsi que certains de leurs amis et complices, un orchestre symphonique et un chœur au grand complet, des joueurs de cornemuse écossais totalement outillés, des mariachis, des moutons, une sandale...

Le spectacle a été enregistré dans le prestigieux Albert Hall de Londres lors de son unique représentation européenne, le 23 octobre 2009, et a été projeté dans des salles de cinéma de tous les pays d'Europe une seule fois, le 25 mars 2010. J'ai eu personnellement la chance d'y assister à Prague (où je célébrais justement mon propre jubilé) et la salle s'écroulait littéralement de rire!

L'humour a certes sa place d'honneur avec les Monty Python, mais c'est avant tout un concert-anniversaire: la musique n'est pas en reste. Bien sûr, avec le générique-signature des Python, "Liberty Bell", mais aussi avec le Chostakovitchien "Chaos and Confusion", le jubilatoire "Woe! Woe! Woe!", l'absolument mythique "What have the Romans ever done for us?" et la révélation musicale de l'année 2010: "Amourdeus". Pour qui verrait dans ce mouvement de "sexe choral" uniquement une parodie musicale de Mozart, je vous invite à admirer la performance d'acteur des deux solistes qui mènent à bout le morceau avec tout le sérieux requis, sans pouffer de rire: franchement, bravo, faut le faire! Et je ne vous parle même pas du "Always look on the bright side of life" qui clôt le spectacle avec toute la salle reprenant le refrain...

Bref, si vous l'avez raté le 25 mars 2010, voici votre chance de vous refaire maintenant qu'il est sorti en DVD! Eric Idle a parfaitement résumé l'esprit du spectacle: "C'est rare de pouvoir être ridicule à une échelle aussi massive". Un adieu à la scène à la hauteur d'un groupe d'acteurs qui a su dérider une société bien guindée dans une avalanche de rires: fallait le faire, avant le rideau final!

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 508 fois
9 apprécient

citizenk a ajouté ce film à 2 listes Un très vilain garçon

  • Films
    Illustration Rien que pour le titre...

    Rien que pour le titre...

    NB: suite sur Letterboxd https://letterboxd.com/citizenk/list/rien-que-pour-le-titre/ Rhôôô! Non, mais et puis quoi encore?!...

  • Films
    Illustration Totalement subjectif

    Totalement subjectif

    J'ai mes raisons (et je les partage)... Une liste selon l'humeur du moment et l'envie de partage avec vous.

Autres actions de citizenk Un très vilain garçon