J'aime pas les claques, mais pour le coup j'en reprendrais bien un peu...

Avis sur Valse avec Bachir

Avatar FPBdL
Critique publiée par le

- Valse avec Bachir - m'est tombé dessus sans crier gare et m'a bien secoué. Il m'a littéralement baffé et rebaffé, et les traces sur ma joue resteront je pense un bon moment.

J'appuie sur Play, sans avoir pris la peine de lire le synopsis, la seule indication que j'avais alors était la position de l'oeuvre dans le Top 10 de certains Senscritiqueurs.
Je cherchais ce soir là un simple "dessin-animé" pour passer un moment sympa avec ma fille...heureusement épuisée, elle s'est endormie après les 5 premières minutes.
Pour mémoire : Toujours vérifier le thème avant d'appuyer sur le bouton...

Je ne peux me qualifier de particulièrement sensible au cinéma d'animation, mais cette fois, oui cette fois, c'est une monumentale claque, à tous les niveaux, dès les premiers instants.

Un claque visuelle tout d'abord.
- Valse avec Bachir - c'est un story board de 2300 dessins crées de toutes pièces liés par une animation sans faille ;
des tons de couleurs fantastiques qui participent très largement aux côtés onirique et poétique du film. En ce sens, ça rappelle presque le moment du couché, où papa venait nous lire une histoire pour nous bercer et nous endormir.

Mais à l'opposé, il y a sans conteste la claque narrative, idéologique, peut être la plus appuyée et celle qui marque le plus.
En abordant la question de la mémoire ou de l'oubli, le récit s'intéresse à l'intervention militaire israélienne au Liban en 1982.
Le thème, pour le moins atypique pour un film d'animation, est donc celui de la guerre, avec des images violentes et parfois même carrément crues.
Le personnage cherche à rassembler les morceaux de sa propre histoire. Le récit ballade sans cesse le spectateur entre charme et répulsion, d'où surgit alors l'idée de valse, comme un touriste inexorablement entraîné puis envahit d'émotions.

Enfin, il y a la claque sonore, qui s'accorde tellement à l'image avec des morceaux choisis et si différents,
Enola Gay d'Orchestral Manoeuvres in the Dark (http://www.youtube.com/watch?v=6PeO-_IIseM) d'un côté, Concerto pour piano no 5 de Bach (BWV 1056 http://www.youtube.com/watch?v=CyKXhoxj9b0) de l'autre,
que la bande originale est une vraie symphonie de luxe. L'oeuvre est accomplie, mais avec ces sons c'est la réalisation tout entière qui monte au firmament, au niveau du chef d'oeuvre pur.

La plastique de l'image est parfaite. Non plus rien à redire du montage des séquences, de la focalisation interne magique. Toutes les dimensions sont maîtrisées. Je ne peux dire si en 90minutes j'ai une seule fois cligné des yeux.
C'est donc une place certaine dans mon TOP 10, partageant l'avis de ceux qui m'ont éclairés sur la question, et espérant aussi que bien d'autres découvriront ce chef d'oeuvre à ne pas manquer.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1753 fois
38 apprécient

FPBdL a ajouté ce documentaire d'animation à 6 listes Valse avec Bachir

Autres actions de FPBdL Valse avec Bachir