👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Toutes les ménagères du grand écran le savent, le pot au feu, la soupe et autres medleys aiment nous faire mijoter sans forcément parvenir à devenir savoureux.

Van Helsing possède un passif légendaire grâce à la Hammer, son spectre d'action est impressionnant, ici on passe de Mister Hyde au loup-garou, on contemple deux secondes les délicieuses épouses de Dracula avant de monter sur le dos bienveillant de la créature de Frankeinstein jusqu'au fameux bal des vampires afin de conclure sur Underworld au pays de narnia.

On plonge dans le lourd mais je suppose que les gens cherchant la subtilité connaissaient le pitch ou la filmo de Stephen Sommers afin d'éviter d'ajouter cette œuvre à leurs grandes déceptions.

Stephen adore les blocbusters parfumés au nanar et au vu de l'importance de son budget, pardon, de son sujet, il ne risquait pas de se priver.

J'avoue son désir de surprendre est déroutant, j'imagine mal le Abraham Van Helsing de Bram Stoker, descendre du premier vrai chasseur digne de ce nom : un imposant lycanthrope noir.
J'avoue j'ai également un sérieux problème d'affection pour les lycans.

Lorsque j'ai offert ma première pièce de dix franc à la borne d'arcade de Darkstalker je l'ai fait pour une seule chose : Gallon.
Le premier loup-garou ayant réellement de la gueule.
Un nombre indécent de pièces de 10 franc plus tard je rencontrais le comics Battle chasers et merde, ces lycans me faisaient le même effet. Je me demandais franchement si j'allais avoir l'opportunité de ressentir ça blotti dans la moiteur d'une salle obscure.

Richard Roxburgh est un Dracula misérable et je ne pourrais convaincre personne que ce film vaut le coup, je suis juste un tocard plein de reconnaissances envers ce couillon de Stephen Sommers, il m'a offert des Loup-garous plus que convaincants, ils sont rapides, féroces, voraces, infréquentables.
Ils ont une gueule de tous les diables.
Ce gaillard est allé jusqu'à créer une transformation capable d'effacer toutes les autres, le genre qui vous prend de cours, on garde juste cette vision implacable d'un être arrachant impitoyablement sa peau humaine pour pleinement exprimé sa bestialité AOUUUUUUU
meifu
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les bêtes à poils

il y a 11 ans

9 j'aime

Van Helsing
Ugly
9
Van Helsing

Recyclage de mythes réussi

Stephen Sommers adore revisiter les mythologies du cinéma comme il l'a prouvé avec la Momie, et ici il rassemble tous les vieux monstres qui firent les beaux jours du studio Universal dans les années...

Lire la critique

il y a 5 ans

25 j'aime

11

Van Helsing
Moizi
1
Van Helsing

La mort est encore trop douce !

C'était trop bien, j'ai adoré ! Hugh Jackman est trop sexy, en plus on le voit torse nu, c'était trop bien. Et il y a la trop jolie Kate Beckinsale ! C'est une histoire originale avec Dracula,...

Lire la critique

il y a 7 ans

22 j'aime

6

Van Helsing
Gand-Alf
3
Van Helsing

Dracula's Castle.

Après le succès de la nouvelle version de The Mummy et de sa suite, Universal continuait sur sa lancée en convoquant cette fois tout un bestiaire issu de ses classiques de l'épouvante. Et qui de...

Lire la critique

il y a 5 ans

21 j'aime

3

Opération Dragon
meifu
9

Les aventures de Bruce Lee dans les griffes du mandarin

Monsieur Bruce Lee était certainement LE mec le plus fort du monde (Comme l'était ce cher Miyamoto Musashi à une autre époque), il possédait une étrange énergie, il en était fier et il voulait que ce...

Lire la critique

il y a 11 ans

25 j'aime

10

Qui marche sur la queue du tigre...
meifu
9

Promesse d'avenir

Le titre est aussi long que le film est court, le tout est une grande œuvre offrant déjà une idée des influences d'Akira Kurosawa et posant des bases pour ces autres réalisations. C'est poétique,...

Lire la critique

il y a 11 ans

22 j'aime

11

Somewhere
meifu
1
Somewhere

Crying freeman

Il y a les films de trois heures qui passent plus vite qu'un court métrage, merci Francis, et il y a les films qui vous font perdre un an toutes les dix minutes, merci Sofia. J'appelle ce genre de...

Lire la critique

il y a 11 ans

17 j'aime

7