À Valparaiso
7.7
À Valparaiso

Court-métrage documentaire de Joris Ivens (1963)

Voir le film

« Avec la misère le soleil n'a plus l'air d'être le soleil, ascenseurs n'ont plus l'air d'être les ascenseurs. Tel est le mensonge de Valparaiso. Ce mensonge, c’est le soleil, sa vérité c'est la mer. »


Les premiers plans de vagues bruyantes et violentes accompagnés par ce montage rapide montrent parfaitement le côté sublime et dangereux de la mer. À Valparaiso, la dernière étape avant le paradis, l’environnement est comme la mer : splendide et éprouvant. La ville, construite par les anglais puis les français, les espagnols puis les hollandais, est énorme, perdue entre les collines et l’océan. Les plans sont comme l’architecture, c’est-à-dire biscornus. Le montage n’oppose pas, il fait cohabiter, il est comme la ville, c’est-à-dire sinueux. On peut discuter, s’énerver autour d’un sujet terrible comme la gestion de l’eau et des ascenseurs, et puis, cut!, danser sur du rock n’ roll ; car la ville n’empêche pas les gens de marcher, de marchander, de s’amuser, de se coiffer dans leur maison, la ville n’empêche pas les poètes de promener leurs chiens, les bourgeoises leur pingouin, les unijambistes de monter les escaliers, les pêcheurs de pêcher, les phoques et les mouettes d’exister avec les humains. C’est un film sur les contrastes d’une ville, en noir et blanc. Et puis, c’est un film en couleur sur le contraste entre le passé, colonialiste, et l’avenir, plein d’espérance : après le sang, les cerfs-volants dans le ciel cyan.

Don-Droogie
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Vu en 2023

Créée

le 29 juil. 2023

Critique lue 18 fois

1 j'aime

Don Droogie

Écrit par

Critique lue 18 fois

1

D'autres avis sur À Valparaiso

À Valparaiso
GautierAbgrall
10

La Joya Del Pacifico

Ce petit documentaire est une pure merveille! Joris Ivens fait ici un remarquable travail de synthèse des nombreux paradoxes du grand port chilien, ouvert sur la mer, une activité économique...

le 15 mai 2019

3 j'aime

À Valparaiso
Don-Droogie
7

EN HAUT, ET PUIS EN BAS

« Avec la misère le soleil n'a plus l'air d'être le soleil, ascenseurs n'ont plus l'air d'être les ascenseurs. Tel est le mensonge de Valparaiso. Ce mensonge, c’est le soleil, sa vérité c'est la mer...

le 29 juil. 2023

1 j'aime

Du même critique

Nobue’s Sea
Don-Droogie
10

Pourquoi pleus-je ?

Nobue Kawana était une jeune fille bourrée de talent. A l'âge de 16, son ami Keiko Saitou et elle se rencontrent. Keiko passe son temps chez elle, et ensemble ils jouent de la musique qu'ils...

le 11 déc. 2020

5 j'aime

4

Sous le ciel bleu de Hawaï
Don-Droogie
7

Let's go on a moonlight swim

Cette critique subjective découle d'un mélange de passions : Quand j'étais enfant, j'ai vécu un an dans les Caraïbes, et j'ai failli me noyer à plusieurs reprises. Depuis je suis sujet à une peur...

le 4 déc. 2021

5 j'aime

2

Asteroid City
Don-Droogie
5

IL N’Y A PAS QUE LA VILLE QUI EST DÉSERTE, LE FILM AUSSI

Cette histoire de soucoupe volante me passe totalement au-dessus de la tête. Tout le monde le reconnaît, et je l’ai tout de suite défendu en voyant ses autres films, Wes Anderson a une identité...

le 5 août 2023

4 j'aime