On vient voir un Astérix, pas visionner les marottes et les obsessions d’un réalisateur embourgeoisé que sont le végétarisme et le féminisme auxquels on a droit dès la première réplique, ce qui aurait pu être un décalage formidable s’avère seulement d’un pathétique attristant. Gilles Lellouche ne parvient jamais à faire oublier la prestation de l’illustre Gérard Depardieu car trop fadasse, il n’a pas compris l’essence du personnage. Guillaume Canet convoque sa bande de potes aux égos surdimensionnés dont l’interprétation de leurs personnages est encombrée par ceux-ci plutôt qu’elle ne brille réellement. Il y a quelques sourires à l’instar des moments où le pigeon vibre ou bien la claque à l’aveugle mais c’est noyé dans une telle tourbe. Néanmoins, un acteur se démarque dans ce désert de nullité mis à part le truculent José Garcia, c’est Jonathan Cohen, révélé par La flamme. Ce n’est pas une incursion dans le cinéma français à laquelle on a droit mais dans le microcosme parisien. Ou sinon c’est juste un défilé de starlettes et le plus beau prodige du film est d’avoir fait débourser soixante-cinq millions d’euros à un producteur pour ça.

Trilaw
3
Écrit par

Créée

le 3 févr. 2023

Critique lue 4.4K fois

36 j'aime

4 commentaires

Trilaw

Écrit par

Critique lue 4.4K fois

36
4

D'autres avis sur Astérix & Obélix - L'Empire du milieu

Astérix & Obélix - L'Empire du milieu
Samji
6

Le meilleur Astérix ... depuis Mission Cléopâtre

Je n'étais pas allé voir d'Astérix depuis le miracle Mission Cléopâtre. Il faut dire qu'il faut avoir du courage pour faire un Astérix après ça. J'y suis donc allé en m'attendant au pire, et j'en...

le 29 janv. 2023

76 j'aime

17

Du même critique

Simone - Le voyage du siècle
Trilaw
9

« Bientôt s’éteindra cette génération qui ne devait pas survivre »

Le film est farouchement et profondément féministe mais quoi de plus normal pour un métrage dédié à une femme extraordinaire qui a permis que l’un des droits les plus élémentaires pour elles, même si...

le 24 nov. 2022

34 j'aime

3

Avatar - La Voie de l'eau
Trilaw
5

« On ne congèle pas les bébés »

Treize ans de longues années d’attente patiente pour un résultat aussi famélique. Commençons par la fameuse 3D, je me souviens d’un temps où les lunettes 3D étaient devenues un outil indispensable...

le 16 déc. 2022

26 j'aime

Les Choses humaines
Trilaw
9

Crime impardonnable (spoilers)

Les choses humaines place les protagonistes tout comme le spectateur face à leurs paradoxes. Captivant, le but est de faire entendre toutes les versions. Et avec elles, l’insatiabilité de ne pas...

le 24 avr. 2022

13 j'aime