Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

C'est l'histoire d'un éléphant... ( oui bon, je n'ai pas trouvé de titre.)

Décrire ce qu'est Babylon est quelque chose de difficile. Mais après visionnage, je pourrais dire que c'est une expérience de cinéma "totale". J'ai d'ailleurs eu du mal à savoir où la dernière œuvre de Damien Chazelle voulait m'emmener au départ. Un film qui parle du cinéma, certes, notamment de la difficile période du passage du cinéma muet au cinéma parlant. Les espoirs, la gloire, puis la chute des stars d'alors, le cycle infernal des débuts d'Hollywood où tout , absolument tout était permis. Une époque où toutes les folies, tous les excès, prenaient place. Où on pouvait se faire embaucher du jour au lendemain sur un tournage, pour peu qu'on sache se faire remarquer ou tomber sur la bonne personne... Une époque où la célébrité pouvait vous tomber dessus sans prévenir, mais la chute pouvait être tout aussi brutale. Chazelle souligne d'ailleurs que l'arrivée d cinéma parlant a ruiné la carrière de beaucoup de stars du muet. On se laisse happer par les aventures de Jack Conrad, Manuel et surtout, Nelly LaRoy, interprétée par Margot Robbie. Cette dernière sublime le film par son dynamisme, sa joie, ses peines... Le spectateur, lui, se sent un peu comme Manuel, un peu désemparé, mais parvenant à prendre le pli et à comprendre mieux le film et les rouages du système -pour peu qu'il accroche- . Jack Conrad, lui, est LA Star et Brad Pitt fait à merveille le m'as-tu-vu.

Mais Chazelle nous fait également comprendre que depuis le siècle dernier, rien n'a changé sur ce plan : les stars d'aujourd'hui peuvent devenir has-been en un rien de temps. Une mise en abyme bienvenue, subtile, mais bien trouvée. Il faut dire que la période décrite s'y prête.

Porté par de bons acteurs, bourré de références dans le scénario, et une excellente musique -parfois un peu trop tonitruante- c'est un bon film dans ce qu'il développe, mais aussi dans ce qu'il propose : certains plans sont absolument dingues, que ce soit dans la manière de filmer ou au niveau visuel. Scènes dans une scène, personnages dans le cadre, caméra à l'épaule, on sent que le réalisateur s'amuse beaucoup. Le spectateur aussi, de plus l'humour ne manque pas.

Je n'ai pas vu le temps passer, malgré quelques longueurs, et une fin qui s'éternise mais qui en quelque sorte " boucle la boucle" . Un film "total", même dans ses excès. Là dessus, tout le monde n'accrochera pas. La débauche des fêtes-"orgies" serait un terme plus approprié- pourra parfois sembler d'une vulgarité sans nom, menant jusqu'au malaise du spectateur. C'est peut-être là son point faible, avec quelques séquences insoutenables pour un public sensible, sa volonté d'être tout, jusqu'à l'excès. Je n'irai pas à dire qu'il est boursoufflé, mais "éléphantesque", très certainement, sa durée, 3h 09, en témoigne. Il fallait tout ça pour nous conter ces trois histoires. Est-il déjà le film de l'année ? Je ne pense pas. Il n'empêche que Babylon est tout de même une une excellente raison, pour moi, d'aller au cinéma en ce début 2023.

Julius
8
Écrit par

Créée

le 29 janv. 2023

Critique lue 17 fois

2 j'aime

Julius

Écrit par

Critique lue 17 fois

2

D'autres avis sur Babylon

Babylon
Sergent_Pepper
8

Door to the pictures

La sempiternelle question de la mort du cinéma semble avoir pris du galon ces dernières années, entre essor des plates-formes, fermeture des salles sous pandémie et difficultés de la reprise. Elle...

le 18 janv. 2023

247 j'aime

19

Babylon
JorikVesperhaven
5

Boursouflure hollywoodienne dégénérée.

Beaucoup de grands artistes ont leur film malade voire maudit. Une grande fresque pleine d’ambition dont le résultat n’est pas mauvais mais boiteux et souvent trop hermétique hormis pour celui à...

le 12 janv. 2023

146 j'aime

3

Babylon
Eren
10

Mille & une cuites

On le sait depuis quelques jours, le film de Chazelle a fait un gros bide pour son entrée au cinéma. Je ne vais pas m’étaler sur la question du pourquoi et du comment de ce bide, même si cela a...

Par

le 6 janv. 2023

124 j'aime

25

Du même critique

Final Fantasy XII
Julius
9

Le FF made by Matsuno

Mesdames, Messieurs, membres du jury, monsieur le président, je suis ici pour défendre mon client : Final Fantasy XII. Accusé de trahir la célèbre saga de Square Enix, je suis ici pour démontrer que...

le 2 janv. 2011

53 j'aime

20

Astérix chez les Pictes - Astérix, tome 35
Julius
6

Un début encourageant pour le nouveau duo...

Il était difficile de faire pire que le tome précédent,et creuser plus profond dans le nullissime eut été difficile. Ce sénile d'Uderzo s'est enfin décidé à passer la main. Que dire sur ce nouvel...

le 24 oct. 2013

52 j'aime

10

The Room
Julius
10

Le meilleur du pire du nanar

La notation d'une telle oeuvre est juste impossible. Ce n'est pas du cinéma. Ce n'est pas un navet complet non plus... En réalité, il faudrait inventer une autre catégorie de nanar rien que pour...

le 22 janv. 2013

51 j'aime

2