Au XVIIIème siècle, amoureux de sa cousine, Redmond provoque en duel le capitaine Queen, et le tue. La famille qui espérait la rente du mariage se trouve dans une situation plus qu'indélicate, et Redmond doit partir pour Dublin, afin de se faire oublier.

Redmond Barry n'a pas de chance. De plus ignorant, il n'a que peu d'expérience de la vie.
Au cours de son périple et de manière toujours fortuite, Barry tombe sans cesse dans des embuches qu'il provoque bien malgré lui, et qui pour bon nombre d'entre elles, lui permettront d'avancer, jusqu'à entrer dans l'armée prussienne où il s'illustre, plus ou moins bravement.
Du moins suffisamment pour se voir, par la suite, proposer d'endosser le costume d'espion. Mais sa cible va au contraire devenir un ami, avec lequel il s'essaiera à l'extorsion de fonds par les cartes... et les armes.
C'est ainsi qu'il rencontre la comtesse Lyndon, qui lui permettra d'acquérir titre et fortune. Elle lui donnera aussi un enfant. Au sommet de la prospérité, Redmond ne pouvait plus que tomber.


Surprenante la manière avec laquelle ce film nous séduit.
D'habitude difficile d'intégrer à un film, la narration en voix off s'avère ici tout d'abord élégante, captivante, puis indispensablement magique. Comme une monture qui nous amène en ballade, cette voix, fondatrice d'un récit beau et cynique à la fois, accompagne plus que parfaitement la caméra qui nous exalte déjà.

Le plaisir visuel est gigantesque tout au long de ces 3 heures, très courtes au final, tant ce film est une complétude cinématographique.
La bande son est aussi sublime, accompagnant l'image, elle parfait le détail de la caméra. Elle est l'expression sentimentale tantôt mélancolique tantôt grave qui fait prendre toute la mesure dramaturgique du film.
Du début à la fin, la musique se fait un soutient magnifique à un suspense mordant et pour lequel on ne peut que fondre de bonheur, avec des scènes toujours plus grandioses.

Le sadisme cinglant tranche avec la photographie douce et poétique.
- Barry Lyndon - est une histoire passionante et passionnée, sur fonds de duels homériques, qui plaît et dérange par le savant mélange de la tragédie à un parfum importun mémorable.
FPBdL

Écrit par

Critique lue 838 fois

27
1

D'autres avis sur Barry Lyndon

Barry Lyndon
Anonymus
10

Critique de Barry Lyndon par Anonymus

Ah ! Redmond... Ce film nous amène à "la grande question cinématographique" : comment un personnage, si bien vêtu, filmé avec tant d'art, de science et de goût, dans des décors naturels si somptueux,...

le 2 déc. 2010

188 j'aime

24

Barry Lyndon
KingRabbit
9

Comment créer de l'empathie pour un odieux connard ?

Un type qui vient de nulle part, à l'égo démesuré, effroyablement jaloux, qui va vouloir aller au top du top... Qui va gravir les échelons, devenir un champion de l'escroquerie, un opportuniste, un...

le 31 janv. 2014

109 j'aime

9

Barry Lyndon
DjeeVanCleef
10

#JeSuisKubrick

Ça avait commencé comme ça, sur rien, une de mes peccadilles quotidiennes, l'occasion immanquable d'exposer ma détestation quasi totale du dénommé Stanley Kubrick, génie du 7ème Art de son état. Et...

le 29 juin 2015

105 j'aime

17

Du même critique

Alien - Le 8ème Passager
FPBdL
9

Maman nous a fait faire une grosse connerie !

- Alien : le 8ème passager -, premier volet de la plus terrible saga de Science-fiction de tous les temps, le seul Ripley Scott Film d'ailleurs avant que se succèdent James Cameron, David Fincher, et...

le 19 mars 2014

70 j'aime

5

Valse avec Bachir
FPBdL
10

J'aime pas les claques, mais pour le coup j'en reprendrais bien un peu...

- Valse avec Bachir - m'est tombé dessus sans crier gare et m'a bien secoué. Il m'a littéralement baffé et rebaffé, et les traces sur ma joue resteront je pense un bon moment. J'appuie sur Play, sans...

le 12 janv. 2014

55 j'aime

5

Le Tombeau des lucioles
FPBdL
8

Gamine, retourne dans ta poubelle !

Comme Clint Eastwood le fera plus tard avec - Lettres d'Iwo Jima - et peut être s'en est-il inspiré, - Le Tombeau des Lucioles - montre la seconde guerre côté japonnais. On a affaire à un...

le 16 janv. 2014

50 j'aime

5