New York, 1941. Fort du succès publique et critique de son unique pièce, un drame poétique sur le monde des poissonniers, Barton Fink a le vent en poupe. Hollywood, par le biais d'un contrat chez Capitol Pictures, le réclame. Voyant l'occasion de toucher un large auditoire et de gagner enfin de l'argent avec ce qu'il sait faire, Barton accepte d'écrire un film de lutte.

Les frères Coen en ont chié pour venir à bout de « Miller's Crossing », ils s'en inspirent pour créer Barton Fink, leur alter ego, écrivain idéaliste et tourmenté qui va voir s'envoler son inspiration en répondant aux sirènes d'Hollywood.

Un film sur les affres de l'écrivain, sur l'angoisse de la page blanche. Un long questionnement sur le talent, inexplicable et capricieux. Et l'angoisse terrifiante de n'être plus rien à mesure que l'inspiration se tarit.
Une sorte de voyage dans l'esprit d'un écrivain qui s'approche, pas après pas, de la folie.

Ils livrent avec Barton Fink plus qu'un film pour exorciser leurs propres démons, ils offrent au cinéma un des films les plus poignants sur la création, sur la solitude, sur l'artiste brisé par la machine aveugle qui voudrait le digérer.

Ils choisissent de donner corps à l'esprit de Fink en plantant leur principal décor dans un hôtel miteux et inhospitalier. Un hôtel désert, aussi triste et glauque que peuvent l'être les pensées d'un être qui ne sait plus faire ce pour quoi il respire.

Un drame kafkaïen ourlé par des images toutes plus belles les unes que les autres, porté par des travellings chiadés qui exposent en silence, en murmures, les méandres de la souffrance créatrice.

John Turturro trouve là le rôle de sa vie, toujours sur le fil, un grand échalas posé comme un cheveu sur une soupe amère, condamné comme ce poisson tombé hors de son bocal.
John Goodman est effrayant en voisin parasite, sorte d'ange gardien maléfique, et tire le film encore plus loin, le plongeant à chacune de ses apparitions, à la lisière du fantastique, voire de l'horreur.

Encore un chef d’œuvre au palmarès des frangins !
DjeeVanCleef
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Moi, j'aime la Coen. et Top 100

Le 31 mai 2014

101 j'aime

28 commentaires

Barton Fink
DjeeVanCleef
10
Barton Fink

Mon voisin Turturro

New York, 1941. Fort du succès publique et critique de son unique pièce, un drame poétique sur le monde des poissonniers, Barton Fink a le vent en poupe. Hollywood, par le biais d'un contrat chez...

il y a 8 ans

101 j'aime

28

Barton Fink
sebero
5
Barton Fink

Le serpent qui se mord la queue

Commençons par le positif, premièrement l’interprétation Goodman/Turturo c’est du solide. Belle performance de Goodman aussi bien crédible en gros benêt simple d’esprit qu’en tueur sans pitié tout...

il y a 9 ans

48 j'aime

6

Barton Fink
fabtx
7
Barton Fink

L'Enfer d'Hollywood

Si vous aimez les films avec des fins propres et nettes où toutes les intrigues sont tranquillement résolues avant le générique, passez votre chemin, ce film n'est pas pour vous. Par contre, si...

il y a 11 ans

46 j'aime

Les Fils de l'homme
DjeeVanCleef
10

L'évangile selon Thélonius.

2027, un monde où les enfants ne naissent plus, comme une malédiction du Tout-Puissant, un courroux divin. Un monde qui s'écroule sous les coups des intégrismes de tous poils, où seule, la Grande...

il y a 9 ans

192 j'aime

35

Heat
DjeeVanCleef
10
Heat

Le Crépuscule des Dieux.

Résumer ça à une fusillade, certes impressionnante, ou à un affrontement entre deux monstres sacrés du cinéma qui ne s'étaient jusqu'alors, croisés, que le temps de quelques fondus enchaînés dans "Le...

il y a 9 ans

180 j'aime

11

Rambo
DjeeVanCleef
9
Rambo

La chasse.

Welcome to Hope. Ses lacs, ses montagnes et Will Teasle son Shérif. Plutôt facile de faire régner l'ordre par ici, serrer des pognes et éviter les embrouilles. Par exemple, escorter cet intrus, ce...

il y a 9 ans

178 j'aime

45