👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Lorsque le producteur Charles K. Feldman (à qui l'on devait Sept ans de réflexion et Quoi de neuf Pussycat?) acheta les droits de "Casino Royale", premier roman de Ian Fleming avec son héros James Bond, son auteur était alors un parfait inconnu. Le temps passa, on connait la suite. Ce film se ramasse des notes diverses avec pas mal de notes basses, mais j'ai quand même vu chez mes éclaireurs des 7 et des 8, ça fait plaisir. Non pas que je veuille absolument défendre ce film, mais comme souvent, je trouve ce bashing insensé et injustifié. Essayons d'y voir clair.
Ce qui est intéressant, c'est que le film offre une variation autour du mythe James Bond, avec de gros moyens, dont le casting montre que Feldman n'a pas lésiné, sans compter les 4 réalisateurs qui eux sont peut-être de trop, j'y reviendrai. Chez les acteurs, la perspective de s'amuser follement et de se moquer gentiment des James Bond en 1967, époque où la franchise de Brocolli et Saltzman cassait la baraque, a pu les motiver et les enchanter.
Il est vrai qu'en 1967, transformer l'univers bondien en comédie loufoque et burlesque était un peu risqué, mais le résultat partage les fans ; et pourtant je suis un fan fou de la franchise, mais j'aime bien cette vision parodique, ça ne m'a pas du tout dérangé de voir cette superproduction qui ne se prend absolument pas au sérieux, c'est tout l'intérêt de la chose, le décalage est total, c'est une sorte de parodie assez folle du film d'espionnage, versant dans un burlesque assumé avec une ironie mordante par endroits et un côté nonsensique ; le scénario est incompréhensible, et à la limite on s'en fout car il délaisse complètement le roman de base, tout est prétexte à effets, gags et situations délirantes, avec des dialogues à la Marx Brothers, des private jokes, des clins d'oeil pour cinéphiles, des apparitions incongrues (comme celle de Belmondo, qui à l'époque était en couple avec Ursula, ou celle de Peter O'Toole), bref plein de trucs qui donnent un film certes un peu bordélique mais totalement jubilatoire, sans compter la bagarre finale où déboulent cowboys, Indiens et légionnaires... le tout sur les mélopées de Burt Bacharach, le roi de la pop sixties.
Les 4 réalisateurs ont des styles très disparates, Huston joue un petit rôle tout en dirigeant des scènes où l'on ne reconnait que peu son style, à la rigueur, je crois qu'un seul réalisateur aurait suffi, chacun a écrit ou dirigé ses scènes dans son coin, ce qui a pu handicaper un peu le film au niveau rythme et fluidité ; je crois même que Woody Allen qui joue le jeune frère dérangé de James Bond, a trempé dans le scénario, d'où ce côté loufoque. Les acteurs ont dû bien s'amuser, on retrouve en clin d'oeil Ursula Andress qui reste à jamais la première Bond girl dans Dr No, un Peter Sellers malicieux, et un David Niven très à laise dans ce rôle d'un Bond à la retraite, j'ai toujours aimé cet acteur qui donnait une classe folle à ses personnages, c'est le cas ici, malgré ses airs ahuris.
Voila donc un film inracontable, une parodie atypique et foldingue, une vraie curiosité qui permet de passer un bon moment malgré ses défauts, avec en prime un amusant générique animé dans le style de Saül Bass.

il y a 1 mois

35 j'aime

35 commentaires

Casino Royale
Ugly
7

Un Bond nosensique

Lorsque le producteur Charles K. Feldman (à qui l'on devait Sept ans de réflexion et Quoi de neuf Pussycat?) acheta les droits de "Casino Royale", premier roman de Ian Fleming avec son héros James...

Lire la critique

il y a 1 mois

35 j'aime

35

Casino Royale
Garcia
7

Critique de Casino Royale par Garcia

Casino Royale est une comédie assez drôle mais inégale. Assez foutraque, parmis l'avalanche de gags, blagues et comiques de situations, tous n'ont pas le même succès, mais cette parodie des romans de...

Lire la critique

il y a 11 ans

15 j'aime

Casino Royale
мс³
5

Caniveau Royale

Dans mon revisionnage de la saga Bond j'ai inclus les deux aventures non officielles de l'espion, la première date de 67 et s'intitule "Casino Royale", je savais que le film tirait plus vers la...

Lire la critique

il y a 6 ans

13 j'aime

2

Mourir peut attendre
Ugly
5

Au fond, ce n'est qu'un numéro

Le voila enfin ce dernier Bond de Craig ! Après s'être fait attendre plus d'un an pour cause de covid, sans cesse repoussé, mon attente était énorme, il fallait que cet arc Dan Craig finisse en...

Lire la critique

il y a 9 mois

108 j'aime

156

Gladiator
Ugly
9
Gladiator

La Rome antique ressuscitée avec brio

On croyait le péplum enterré et désuet, voici l'éblouissante preuve du contraire avec un Ridley Scott inspiré qui renouvelle un genre ayant eu de beaux jours à Hollywood dans le passé. Il utilise les...

Lire la critique

il y a 5 ans

87 j'aime

31

Les Douze Travaux d'Astérix
Ugly
8

Le laissez-passer A-38

Ce troisième dessin animé Astérix est souvent reconnu comme le meilleur, je le confirme, et ce pour plusieurs raisons, la première étant que ce n'est pas l'adaptation d'un album existant, les...

Lire la critique

il y a 4 ans

77 j'aime

65