C'est sans conteste l'une des meilleures et l'une des plus célèbres comédies burlesques de la grande époque du Hollywood des années 50, Billy Wilder ayant mis tout en oeuvre pour faire de son film un véritable modèle du genre : comédie policière, burlesque, quiproquos, situations cocasses ou ambiguës, et profusion de gags. Il faut dire que mêler le burlesque à des situations autour de l'ambiguïté des sexes (sur fond de Prohibition) était plutôt audacieux pour l'époque ; Tony Curtis et Jack Lemmon sont désopilants en musiciens travestis et permettent à Wilder d'échafauder de vertigineuses variations sur les rapports entre hommes et femmes, dans une veine assez lubitschienne et en contournant le Code Hays encore en vigueur à Hollywood. La scène des baisers entre Curtis et Marilyn au pouvoir érotique latent est passée sans dommage, de plus, Lemmon et Curtis jouent leurs rôles sans tomber dans le scabreux.
Le règlement de comptes dont sont témoins accidentellement Curtis et Lemmon est une évidente référence au fameux massacre de la Saint-Valentin qui permit à Al Capone de se débarrasser de la majorité de ses concurrents. Cet aspect Prohibition donne un air nostalgique des grands films de gangsters hollywoodiens des années 30, mais Wilder ne laisse jamais le drame prendre le pas sur la comédie ; le film adopte un rythme trépidant et ne nous laisse pas une minute de répit, les gags et les situations drôles se succèdent à toute vitesse. En cela, c'est une comédie qui diffère de celles des années 40, plus élégantes, plus sophistiquées, de bon goût et ayant le sens du happy end ; ici, Wilder jette tout ça aux orties, il se plonge allègrement dans ce qu'on trouvait vulgaire en 1959 et s'y vautre avec délice. Il ne recule devant rien pour exploiter toutes les possibilités des situations en pervertissant les clichés hollywoodiens, notamment celui du mariage sexe-amour-argent, et en consacrant le coup de pied au cul au happy end traditionnel avec l'une des plus célèbres répliques finales.
Wilder peaufine son jeu de massacre sur un autre terrain, avec le cadre du Chicago de la Prohibition et des années 20, il s'approprie le film noir et sa mythologie et s'amuse comme un fou, il va notamment chercher les acteurs spécialisés des films de gangsters et les fait se parodier eux-mêmes, tel George Raft, vedette du Scarface de Howard Hawks qui s'amusait à faire sauter une pièce de monnaie dans la main ; le clin d'oeil et le gag suprêmes sont atteints lorsqu'il voit un petit gangster faisant la même chose et qu'il lui lance : Où as-tu piqué ce truc ridicule ?. L'époque est bien décrite, celle de 1929, la Prohibition, les tripots clandestins, les distilleries, les fameux speakeasies, et une certaine libération des moeurs...toute une époque pleine de fièvre, symbolisée par ce jazz que l'on baptise justement "hot", d'où le titre original qui a été encore une fois mal traduit en français et qu'on aurait dû traduire par "Certains aiment le jazz hot".
Avec Certains l'aiment chaud, Wilder signe une comédie exquise en avalisant l'acte de décès de ce qu'on appelait dans la décennie précédente la comédie américaine de type "screwball", il annonce un nouveau cinéma comique, plus virulent, plus grinçant, miroir d'une Amérique disant adieu à ses rêves dorés. Les acteurs sont inoubliables, Tony Curtis y trouve un de ses meilleurs rôles, Lemmon aussi, bien qu'il soit légèrement faire-valoir de Curtis, Joe E. Brown est très amusant en vieux milliardaire excentrique, et surtout Marilyn y est mutine, émouvante, resplendissante dans un de ses meilleurs rôles elle aussi. Un film mythique à voir absolument.

Créée

le 12 août 2018

Critique lue 538 fois

48 j'aime

10 commentaires

Ugly

Écrit par

Critique lue 538 fois

48
10

D'autres avis sur Certains l'aiment chaud !

Certains l'aiment chaud !
Sergent_Pepper
9

Some bite it hot

Questionner la comédie, c’est faire face à bien des paradoxes, au premier rang desquels on prendra la mesure de la délicatesse d’un procédé qu’on croit pourtant immédiat et spontané. La réussite...

le 27 mars 2019

65 j'aime

7

Certains l'aiment chaud !
Watchsky
10

Les recettes du cinéma

Dans un livre de cuisine, vous trouvez la recette d'un plat cinématographique... « Certains l'aiment chaud » par le chef Wilder Temps de préparation : 120 minutes Ingrédients principaux : -...

le 11 mars 2016

62 j'aime

14

Certains l'aiment chaud !
LongJaneSilver
10

Wait for Sugar !

Je crois que c'est le premier Wilder que j'ai vu, enfant, grâce à la grand-mère d'une amie, qui nous montrait de vieux films avant de nous emmener au conservatoire. J'imagine que c'est pour cela que...

le 24 nov. 2013

54 j'aime

1

Du même critique

Il était une fois dans l'Ouest
Ugly
10

Le western opéra

Les premiers westerns de Sergio Leone furent accueillis avec dédain par la critique, qualifiés de "spaghetti" par les Américains, et le pire c'est qu'ils se révélèrent des triomphes commerciaux...

Par

le 6 avr. 2018

121 j'aime

96

Le Bon, la Brute et le Truand
Ugly
10

"Quand on tire, on raconte pas sa vie"

Grand fan de westerns, j'aime autant le western US et le western spaghetti de Sergio Leone surtout, et celui-ci me tient particulièrement à coeur. Dernier opus de la trilogie des "dollars", c'est...

Par

le 10 juin 2016

95 j'aime

59

Gladiator
Ugly
9

La Rome antique ressuscitée avec brio

On croyait le péplum enterré et désuet, voici l'éblouissante preuve du contraire avec un Ridley Scott inspiré qui renouvelle un genre ayant eu de beaux jours à Hollywood dans le passé. Il utilise les...

Par

le 4 déc. 2016

95 j'aime

45