👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Tous les fornicateurs/libertins/échangistes/politiciens d’expérience vous le diront : « Une c’est bon, deux c’est meilleur ! ».
Riche de ce sage enseignement, c'est une critique non pas sur un mais sur deux films que je vais pondre. Et pas n’importe lesquels s’il vous plaît ! Chinatown et The Ghost Writer, un film noir et un thriller politique: deux Polanski pour le prix d’un; et ses meilleurs, c'est pas peu dire...
Si 35 ans les séparent, ces deux merveilles purement polanskiennes semblent sortir de la même marmite. Proches, tant au niveau de la mise en scène que de l’écriture, ils se répondent et arrivent à la même amère conclusion : les pourris gagnent et gagneront toujours.

Chaleur torride de Los Angeles contre moiteur pluvieuse de Martha's Vineyard; météos opposées mais mêmes emmerdes : un noyé et des magouilles.
Paumés, dépassés, manipulés, malmenés mais toujours tenaces et sarcastiques, Jack Nicholson et Ewan McGregor traînent impérialement leur charisme dans ce bordel. En face d'eux, les menaçants John Huston et Pierce Brosnan bouillonnent d’intensité et de non-dits. Au milieu (sortez cette image de sandwich de votre esprit lubrique), deux femmes vénéneuses et merveilleusement troubles, géniales Faye Dunaway et Olivia Williams, délicieusement charmeuses et cassantes. Polanski est un grand directeur d'acteurs, peaufinant le plus anecdotique second rôle pour ajouter un supplément d’âme et d'humour à ses univers impitoyables.

Richesse, rigueur et concision caractérisent les deux scénarios avec un même goût pour l'absurde discret. C'est aussi une malice semblable dans des dialogues savoureux faits de mensonges à peine voilés, d'hypocrisie onctueuse, d'humour à froid jubilatoire et de piques aussi cinglantes que truculentes. Si l'échelle des intrigues n'est pas la même, localisée pour Chinatown et internationale pour The Ghost Writer, le fond reste le même : les intérêts des uns nuisent aux intérêts des autres, la corruption brise des destins, le pouvoir infecte les hommes et, comme dirait l'autre, on ne nous dit pas tout !

Formellement, la perfection est de mise. Je m'incline devant l'atmosphère et l'ambiance pénétrantes portées par les partitions absolument brillantes de Goldsmith et Desplat, par les photographies à tomber d'Alonzo et Edelman et par les directions artistiques superbement précises.
J'admire la mise en scène épousant le point de vue des personnages principaux qui se réserve de purs moments de génie. D’une course poursuite entre les orangers à une introduction muette sur un ferry, d'une distribution de claques à un travelling terrible sur un bout de papier: la même excellence, un régal absolu !
Et le plus beau pour la fin. Les deux films se concluent sur leur meilleur scène : apogée de la réalisation alors que les héros, à trop vouloir jouer au malin, payent le prix fort (avec retour du magnifique thème musical). Maîtrise totale : montage, cadrage, composition, rythme... Ultimes uppercuts qui font passer les deux films d'œuvres à chefs-d'œuvre.

En plus de trois décennies rien n'a changé. Ni le talent de Polanski, ni les abus des puissants.
Sous le soleil ou sous les nuages, bienheureux sont les ignorants...

il y a 6 ans

46 j'aime

5 commentaires

Chinatown
Mr-Potatoes
10
Chinatown

«Un pour tous, tous pourris»

Tous les fornicateurs/libertins/échangistes/politiciens d’expérience vous le diront : « Une c’est bon, deux c’est meilleur ! ». Riche de ce sage enseignement, c'est une critique non pas sur un mais...

Lire la critique

il y a 6 ans

46 j'aime

5

Chinatown
Thaddeus
10
Chinatown

Les anges du péché

L’histoire (la vraie, celle qui fait entrer le réel dans le gouffre de la fiction) débute en 1904. William Mulholland, directeur du Los Angeles Water Department, et Fred Eaton, maire de la Cité des...

Lire la critique

il y a 10 ans

45 j'aime

2

Chinatown
Sergent_Pepper
7
Chinatown

Noir of the worlds

Visiter l’Amérique et y tourner ne suffisait pas à Polanski : se frotter au mythe du Nouveau Monde impliquait aussi d’aller investir les terres, au propre comme au figuré, de sa mythologie. De retour...

Lire la critique

il y a plus d’un an

24 j'aime

3

Super 8
Mr-Potatoes
10
Super 8

Steven Abrams

Un vrai moment de cinéma ! Abrams fait bande à part. Pas un remake, pas un reboot, pas une suite, pas une adaptation... même pas de 3D. Pour cela, déjà, merci. Hommage donc aux divertissements...

Lire la critique

il y a 11 ans

81 j'aime

8

The Legend of Zelda: Majora's Mask 3D
Mr-Potatoes
10

Aimer et mourir

15 ans plus tard mon cerveau mal irrigué vient enfin de comprendre. Comprendre pourquoi ce Zelda et pas un autre. Comprendre pourquoi c'est un chef d'œuvre intégral. Curieusement, c'est à la fois...

Lire la critique

il y a 7 ans

75 j'aime

22

Les Indestructibles
Mr-Potatoes
10

Showtime !

Quand Pixar n'enfilait pas encore les poncifs à la chaîne, leur meilleur film suivait une tendance maintenant surexploitée : celle des super héros en tenue plus ou moins saillante. Autant vous dire...

Lire la critique

il y a 11 ans

74 j'aime

4