CLASH (15,3) (Mohamed Diab, EGY, 2016, 97min)
Remarquable drame politique nous plongeant en plein cœur des émeutes égyptiennes de 2013 après la destitution du président islamiste Mohamed Morsi, opposant les frères islamistes et les partisans de l’armée. Mohamed Diab réalisateur connu pour le pertinent « Les Femmes du bus 678 » (2011) et ses prises de positions anti-Morsi s’empare de ces faits historiques pour en faire un étonnant exercice de style. L’image introductive nous montre une porte d’un fourgon de police, le décor est planté nous ne bougerons pas de cette unité de lieu ! La mise en scène virtuose, caméra à l’épaule, en totale immersion exploite ce faux huis clos avec beaucoup d’intelligence et d’inventivité. Faux huis clos en apnée, car malgré le cloisonnement, les journalistes et les manifestants arrêtés, aux convictions religieuses et politiques divergentes peuvent suivre les événements se déroulant à l’extérieur du véhicule blindé, par le biais des fenêtres à barreaux ou de la porte qui reste parfois ouverte avec des hors champs judicieux. Alliant la reconstitution minutieuse des émeutes (scènes assez impressionnantes) et un dispositif un peu théâtral comme une mise en abyme des impasses politiques et démocratiques de l’Egypte, le cinéaste confronte avec intelligence toutes les idées opposées dans cet espace clos. Cet aspect documentaire tente d’éclairer les enfermements doctrinaires par des dialogues assez bien écrits reflétant bien, sans manichéisme, chaque pensée de tous les protagonistes. Le réalisateur décline son scénario en distillant un suspense haletant, confondant les genres, thriller, angoisse, drame en incluant des scènes auscultant l’absurdité de certaines situations pour mieux éclairer une situation politique inextricable. On peut néanmoins reprocher parfois au scénario de ne pas pouvoir faire exister chaque personnage de façon plus autonome et une fin un peu moins pertinente. Le cinéaste dont l’influence du brillant « Lifeboat » (1944) d’Alfred Hitchcock est manifeste se confronte aussi avec un autre film surprenant en temps de guerre, le terrible « Lebanon » (2009) de Samuel Maoz. Venez-vous plonger en plein cœur de l’action par le biais de ce film d’action engagé vous menant au « Clash ». Passionnant, efficace, éprouvant, séduisant et bouleversant.

seb2046
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur.

Créée

le 21 sept. 2016

Critique lue 425 fois

3 j'aime

seb2046

Écrit par

Critique lue 425 fois

3

D'autres avis sur Clash

Clash
Softon
6

Du Greengrass en huis-clos

Vu au Festival de Cannes 2016. Avec Clash (Esthebak) en ouverture d'Un Certain Regard, la sélection 2016 donne le ton avec un film politique qui revient sur le chaos égyptien de 2013 avec la prise du...

le 1 sept. 2016

5 j'aime

3

Clash
seb2046
7

A travers les grilles...

CLASH (15,3) (Mohamed Diab, EGY, 2016, 97min) Remarquable drame politique nous plongeant en plein cœur des émeutes égyptiennes de 2013 après la destitution du président islamiste Mohamed Morsi,...

le 21 sept. 2016

3 j'aime

Clash
Boudpu
7

Oppressant

Huis-clos d'1h30 dans une fourgonnette de police où se sont fait ramasser des partisans des Frères musulmans et des laïcs lors d'une manifestation. La grande question est donc de savoir s'ils vont...

le 11 mai 2016

3 j'aime

Du même critique

Plaire, aimer et courir vite
seb2046
8

Jacques et le garçon formidable...

PLAIRE, AIMER ET COURIR VITE (2018) de Christophe Honoré Cette superbe romance en plein été 93, conte la rencontre entre Arthur, jeune étudiant breton de 22 ans et Jacques, un écrivain parisien qui a...

le 11 mai 2018

36 j'aime

7

Moi, Tonya
seb2046
7

Wounds and cry...

MOI, TONYA (15,3) (Craig Gillespie, USA, 2018, 121min) : Étonnant Biopic narrant le destin tragique de Tonya Harding, patineuse artistique, célèbre pour être la première à avoir fait un triple axel...

le 19 févr. 2018

32 j'aime

2

La Villa
seb2046
7

La nostalgie camarade...

LA VILLA (14,8) (Robert Guédiguian, FRA, 2017, 107min) : Cette délicate chronique chorale aux résonances sociales et politiques narre le destin de 2 frères et une sœur, réunis dans la villa familiale...

le 30 nov. 2017

30 j'aime

4