Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Désirant marquer l’histoire à la hauteur de ses moyens, un millionnaire décide de financer un film. Il engage Lola Cuevas, cinéaste en vogue, qui réunit pour la première fois sur un plateau Felix Rivero et Iván Torres, les meilleurs dans leur catégorie. Je déclare officiellement la compétition ouverte.

A la gauche du ring, une star internationale multiprimée, séducteur patenté, que les langues mauvaises appelleront le Latino de service hollywoodien – Antonio Banderas, dans un rôle quasi autofictionnel. A la gauche, un comédien de théâtre qui refuse pour des questions morales la première classe et argue que le talent ne se mesure pas au nombre des trophées glanés mais à ce que l’on est capable de transmettre – Oscar Martínez, citoyen d’honneur argentin. Dans le costume de l’arbitre, la réalisatrice, manipulatrice hors pair, qui montrera aux mâles comment embrasser une femme avec panache – Penelope Cruz, flamboyante sous ses frisures et dans le « floss ». Le combat de coqs et de la poule peut commencer. Ce bal des égos dans lequel tous les coups les plus vils sont permis vaut avant tout pour son trio infernal. En espagnol, « compétition » sonne littéralement comme « compétence ». Si la causticité de leur valse à trois temps pourrait lasser et laisser de côté les plus récalcitrants, elle intéresse aussi par son aspect méta. Des répétitions à la montée des marches, jusqu’aux séances de presse, l’on prend un malin plaisir à déconstruire la figure de l’acteur et du producteur, ainsi que la nature même d’un film. Dans des décors vides et grandioses, l’image et le son deviennent des flèches aiguisées. Le crabe et les rochers suspendus ne sont que des mensonges impies quêtant une émotion sincère. Soit l’essence du cinéma, art de l’illusion par excellence.

(7/10)

twitter.com/cinefilik

cinefilik.wordpress.com

CineFiliK
7
Écrit par

Créée

le 23 mai 2022

Critique lue 125 fois

9 j'aime

CineFiliK

Écrit par

Critique lue 125 fois

9

D'autres avis sur Compétition officielle

Compétition officielle
OrpheusJay
8

Présences en force

À ma droite, Ivan Torres. Profession : acteur. Professeur d’arts dramatiques et vedette de théâtre, reconnu par la critique, il évolue aussi loin que possible du faste hollywoodien qu’il méprise...

le 2 juin 2022

21 j'aime

4

Compétition officielle
Nvsk
7

Le film qui détestait le cinéma d'auteur autant qu'il l'aimait.

Malgré certains gags prévisibles (mais néanmoins très drôles), Compétition Officielle réussi à dresser un portrait aussi précis que large du cinéma de genre, de ses protagonistes et de leur monde...

Par

le 4 juin 2022

18 j'aime

Compétition officielle
Mr_Wilkes
7

Rififi sur la Croisette

Pour une fois que les Suisses sont les plus rapides : Compétition officielle est projeté en Helvétie avant sa sortie hexagonale... Incroyable non ? Mais alors, qu'est ce qu'on en retient ? Une...

le 16 mai 2022

16 j'aime

Du même critique

Dans la brume
CineFiliK
5

“Sur les toits de Paris”

Mathieu vient tout juste de retrouver Anna, son ex-femme, et Sarah, leur enfant-bulle, quand un tremblement de terre secoue Paris. Une brume menaçante envahit la capitale. Comment survivre ? Colère...

le 7 avr. 2018

10 j'aime

6

Compétition officielle
CineFiliK
7

“Le bal des acteurs”

Désirant marquer l’histoire à la hauteur de ses moyens, un millionnaire décide de financer un film. Il engage Lola Cuevas, cinéaste en vogue, qui réunit pour la première fois sur un plateau Felix...

le 23 mai 2022

9 j'aime

Les Dents, pipi et au lit !
CineFiliK
4

“Les femmes et les enfants ensuite”

La vie pour Antoine, le célibataire, c’est du champagne à gogo, des bombances jusqu’au matin et un défilé de filles en chambre. Mais quand son colocataire le quitte pour New York, laissant sa place à...

le 23 mars 2018

9 j'aime

2