Je ne m’attends plus à ce que le cinéma français me surprenne, mais ce film m’a pris·e de court. Pourtant ça démarrait mal, et je m’attendais aux cafouillages narratifs habituels en voyant dès l’introduction un couple stagnant, nourri de colère et supposé faire rire parce que « haha, notre culture du mariage qui systématise la frustration, l’incommunicabilité, l’autoflagellation et la culpabilité est si cocasse ». M’eût-on dit que c’est avec un twist aussi classique que « je prends ta place, tu prends la mienne » que Pouzadoux mettrait un coup de pied dans la fourmilière, j’y aurais encore moins cru.


Il faudra tolérer de plonger dans les habitudes très ancrées des Français pour s’en rendre compte, mais De l’autre côté du lit a bien des niveaux : avec ses personnages traitant le sexisme par le sexisme et qui se gamellent en se demandant ce qu’ils ont fait de travers, il répand une ironie dont il est laissé tout loisir au spectateur de rire... ou de se vexer. Je ne suis pas passé·e à côté des piques multiples à l’encontre des critères de genre, ainsi que du jugement, de l’intolérance et des dysfonctionnements conjugaux qu’ils engendrent. La réalisatrice ne se cache pas de dire que ce sont des tares auxquelles on se soumet quasiment tous de notre plein gré, et je serais curieux·se de savoir combien sont ceux qui ont désavoué le film, non pour des raisons très objectives, mais pour ce large côté engagé qui se dissimule, nous met face à la stupidité de certains réflexes culturels, et propose de vraies solutions sans amertume.


Car oui, en plus d’avoir admiré l’élégance avec laquelle Pouzadoux se sort du carcan du couple toxique (par trop surreprésenté au cinéma français), j’ai passé un bon moment, et beaucoup ri des déboires bon-enfant (mais lourds de sens) de Sophie Marceau et Dany Boon découvrant avec candeur ce que l’autre devait s’imposer pour un tas de raisons qu’eux-mêmes ignoraient. Chacun d’eux est convaincant et adorable dans la vie de son partenaire, et ils finiront par dépeindre un couple sain qu’il me chagrine de devoir qualifier d’utopie, car ils font passer ça pour si facile...


Bref, c’est un film plein de sagesse qui n’est pas devenu obsolète malgré quatorze ans de rapide évolution sociale autour du genre. À moins que ce soit un signe qu’on a peu progressé depuis lors... mais ce serait une raison de plus pour le voir !

EowynCwper
6
Écrit par

Le 3 mai 2022

De l'autre côté du lit
Fatpooper
3

L'homme est une femme comme les autres

Cela fait longtemps que je vois des français imiter les américains sur le plan de la comédie ; la plupart du temps ce sont des échecs, mais j'ai rarement vu un tel plantage. Pascale Pouzadoux ne...

Lire la critique

il y a 9 ans

8 j'aime

De l'autre côté du lit
takeshi29
1

Pauvre cinéma français !

Et une de plus !!!! Une comédie française sans relief dont le seul (maigre) intérêt est la superbe Sophie Marceau qui s'avère à l'aise dans le registre de la comédie.

Lire la critique

il y a 11 ans

4 j'aime

De l'autre côté du lit
iori
3

Mieux vaut aller au lit que de regarder de l'autre côté.....

Ce film ne me tentait pas à la base.... et à l'arrivée non plus en fait. Pourtant tout n'est pas à jeter: l'histoire est bateau mais on le savait avant de regarder le film. La plupart des acteurs...

Lire la critique

il y a 11 ans

2 j'aime

Ne coupez pas !
EowynCwper
10

Du pur génie, un cours de cinéma drôle et magnifique

Quand on m’a contacté pour me proposer de voir le film en avant-première, je suis parti avec de gros préjugés : je ne suis pas un grand fan du cinéma japonais, et encore moins de films d’horreur. En...

Lire la critique

il y a 4 ans

7 j'aime

Mélancolie ouvrière
EowynCwper
3

Le non-échec quand il est marqué du sceau de la télé

Si vous entendez dire qu'il y a Cluzet dans ce téléfilm, c'est vrai, mais attention, fiez-vous plutôt à l'affiche car son rôle n'est pas grand. L'œuvre est aussi modeste que son sujet ; Ledoyen porte...

Lire la critique

il y a 4 ans

6 j'aime

3

Les Communiants
EowynCwper
7

Critique de Les Communiants par Eowyn Cwper

Qu'est-ce qui rend le cinéma de Bergman plaisant ? Dans Les Communiants, ce n'est certainement pas le décor, une église où se pressent six fidèles devant un pasteur grippé. Ce n'est pas non plus...

Lire la critique

il y a 4 ans

5 j'aime