Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

J’avais envie d’aimer ce film, vraiment. Alfonso Cuarón m’a bouleversée avec son Fils de l’homme. Avant d’aller voir Gravity, j’ai fait la pire erreur qui soit : traîner sur sens critique, sur allociné, lire la presse. Partout, tout le monde était dithyrambique. J’aurais dû me méfier. J’y suis allée avec plein d’espoir, persuadée d’aller voir un chef d’œuvre. La chute n’en a été que plus grande. D'où ma note un brin sévère pour un film qui n'est pas si mauvais que ça. Mais c'est quoi cette unanimité démesurée ? Cette entrée au top 111 de sens critique ? Ces 10, ces 9, ces 8 ? Vraiment, je ne comprends pas. BORDEL DE MERDE, le film a une meilleure moyenne que 2001 L’ODYSSÉE DE L’ESPACE ? ALLO LA TERRE ? VOUS ME RECEVEZ ?

J’arrête de m’énerver, mais vous avez compris le principe.

En fait non, je vais avoir la rage dans cette critique. Elle sera désordonnée, écrite à la va vite et un tantinet vulgaire. Je ne peux pas garder mon énervement pour moi toute seule, voilà. Vous allez être obligés de supporter ma rage des lignes durant, sorry. Je mets 3, surtout par déception. Je m'attendais à un trip métaphysique/cosmique/ponctué de belles images alors forcément...

RISQUE DE SPOILERS

Oui, c’est beau, oui, c’est très bien fait. D’un point de vue purement technique, il n’y a rien à redire. Les images sont absolument magnifiques. Le travail sur le son est phénoménal. La claustrophobie et l’enfermement sont très bien retranscrits. Pendant une heure et demie, on est nous aussi dans l'espace, avec le personnage principal. On a peur pour et avec elle. Oui, c’est une expérience de cinéma qui n’est pas désagréable.

Mais…le scénario ? Il est bourré de clichés, ultra simpliste et totalement inintéressant. Ce n’est qu’un déchaînement de mésaventures de cette Ryan dans l’espace, mésaventures qui ne semblent être là que pour démontrer que le film est absolument génial d’un point de vue technique. Mais le problème, c’est que ce film n’a RIEN à dire. Ou alors, rien de bien intéressant. Voilà, du rien, du néant. Ah ben, c’est sûr que pour montrer l’homme face au néant, Cuarón a réussi. Il n’y absolument aucune profondeur dans ce film. Là où il y aurait pu avoir une réflexion sur la mort (amorcée dans quelques scènes mais jamais exploitée à fond) ou sur une éventuelle force transcendante/un dieu (amorcée par un Bouddha et une icône orthodoxe), il n’y a qu’une alternance entre scènes d’actions et scènes où Ryan tripatouille quelques boutons. C’est vain, c’est vide et pire, on atteint assez vite le ridicule. La scène où Ryan reprend courage et se dit qu’elle va réussir, renonçant à se suicider, est à mourir de rire. Manquait plus que « eye of the tiger » en B.O. Les séquences « émotions » sont vraiment grotesques également. Et vas y que je t’imite le chien qui aboie (WHAT THE FUCK ?). Sandra Bullock n’est même pas capable de pleurer correctement, toute botoxée qu’elle est. Et vas y que je t’envoie des larmes sur le spectateur grâce à la 3D. Je pense que certains réalisateurs nous prennent un peu pour des idiots.

On atteint le SUMMUM du grotesque à la fin. Cette fin « happy end » n’est pas subtile pour un sous, comme le reste du film. Je t’ai vu venir, Cuarón, avec ton idée de renaissance, Ryan en position fœtale, la forme arrondie des vaisseaux, les liens qui rappellent le cordon ombilical et tout. C’est tellement lourdingue. On voit la métaphore venir à des kilomètres. C’est vu et revu. Après, on ose dire que ce film est révolutionnaire…Pour continuer dans le catalogue du grotesque, il y a cette brave grenouille. Et après, on se plaint des dinosaures dans Tree of life. Au moins, ils avaient un sens au sein du film. Ici, évidemment, la grenouille est purement gratuite. Toute la salle a ri. Ah oui et à la fin, on nous balance le « gravity » avec une musique bien tonitruante comme pour te dire : ''vazyyyyy t’as vu mon film est trop bien eeeech ! Baaaam dans ta face'' Au secours. Sortez moi d'ici.

Moi, j’aurais voulu que Cuarón aille jusqu’au bout. Que cette héroïne crève. Qu’elle se voit réellement mourir. Il y aurait pu avoir des réflexions un minimum intéressantes sur la condition humaine, sur notre fin à tous. Mais non, on reste dans le bon gros blockbuster durant lequel on met son cerveau en veille. Je n’ai rien contre ce genre de film d’ailleurs et je peux comprendre que des gens aient aimé Gravity pour ce qu'il est : un blockbuster. Cela reste un bon divertissement. Mais si je suis si sévère dans cette critique et dans ma note, c’est que je trouve qu’il y a un tapage médiatique absolument pas justifié autour de ce film et des comparaisons grotesques avec des films qui, eux, ont quelque chose à dire. Et je ne comprends pas cette unanimité sur sens critique. Où est passé votre sens critique, justement ?

Qu’on OSE comparer ce film à 2001 me donne des envies de meurtres. 2001 est un film intelligent, profond, qui ne s’épuise jamais au fil des visionnages. Gravity n’est qu’un spectacle. Un beau spectacle mais un spectacle vide.

Cuarón, t’es gentil, ARRÊTE avec les blockbusters. Ce n’est pas pour toi.

En fait, j'aurais aimé que Cuarón en ait un peu dans le pantalon et qu'il nous fasse un film contemplatif. Et métaphysique (dans l'espace, entre l'infiniment grand et l'infiniment petit, c'était parfait). Je ne veux pas de ce blockbuster hollywoodien, cliché, facile et simpliste. Il aurait pu vraiment assumer et faire un film quasiment silencieux, avec moins de péripéties. Au fond, j'aurais aimé que le film soit dans la lignée des 15 premières minutes. J'aurais aimé que le réalisateur épure l'ensemble, assume l'aspect esthétique de son œuvre. Et qu'il nous fasse vraiment réfléchir, autrement que par ces dialogues insignifiants et ces métaphores lourdingues. Ici, la beauté des images est parasitée par ce scénario hollywoodien, à base de courage, de volonté et de renaissance. Mais dans ma vision fantasmée/kubrickienne du film, personne ne serait allé le voir, tout le monde se serait ennuyé et ça n'aurait pas rapporté beaucoup. Le débat est clôt, donc.

La prochaine fois que j'aurai envie de voir des images de l'espace, j'irai à la Géode.

(La colère passée, j'ai un peu remonté ma note.)

Créée

le 27 oct. 2013

Modifiée

le 27 oct. 2013

Critique lue 2.9K fois

142 j'aime

96 commentaires

Clairette02

Écrit par

Critique lue 2.9K fois

142
96

D'autres avis sur Gravity

Gravity
Gand-Alf
9

Enter the void.

On ne va pas se mentir, "Gravity" n'est en aucun cas la petite révolution vendue par des pseudo-journalistes en quête désespérée de succès populaire et ne cherche de toute façon à aucun moment à...

le 27 oct. 2013

268 j'aime

36

Gravity
Strangelove
8

"Le tournage dans l'espace a-t-il été compliqué ?"

Telle est la question posée par un journaliste mexicain à Alfonso Cuarón lors d'une conférence de presse à propos de son dernier film Gravity. Question légitime tant Cuarón a atteint un niveau de...

le 23 oct. 2013

235 j'aime

44

Gravity
SanFelice
5

L'ultime front tiède

Au moment de noter Gravity, me voilà bien embêté. Il y a dans ce film de fort bons aspects, mais aussi de forts mauvais. Pour faire simple, autant le début est très beau, autant la fin est ridicule...

le 2 janv. 2014

218 j'aime

20

Du même critique

Mommy
Clairette02
9

Cause you and I, we were born to die

Dolan, tu as réussi à me faire aimer Céline Dion. Dolan, tu m’as fait verser à peu près 15 litres de larmes en 2h.
 Dolan, tu me ferais presque aimer le mot « tabernacle ». Dolan, tu méritais la...

le 4 oct. 2014

161 j'aime

25

The Tree of Life
Clairette02
10

Le plus beau film du monde

The Tree of life n'est pas un film. C'est un voyage. A faire dans une grande quiétude, une sérénité totale, et en bonne compagnie, sinon vous allez vouloir sauter de l'avion ou du train, c'est selon...

le 19 mars 2012

150 j'aime

79

À la merveille
Clairette02
9

Heart of gold

Terrence, ils se sont moqués de toi, ils t'ont hué à Venise, ils t'ont considéré comme fini. Terminé le grand Terrence de Tree of life. En voyant des 3 déferler sur Sens critique, des critiques...

le 7 mars 2013

143 j'aime

64