En apesanteur, pourvu que les secondes soient des heures

Une mission spatiale comme une autre, la première pour le docteur Ryan Stone (Sandra Bullock), la dernière pour Matt Kowalski (George Clooney). Malgré le malaise que ressent la débutante, tout semble aller pour le mieux, vu à quel point Kowalski a la bougeotte. Mais rapidement, l'atmosphère change (first joke): des débris sont en libre circulation dans l'espace et s'approche de nos astronautes. L'issue n'est que trop prévisible, et ce qui semblait être une mission sans problèmes se transforme en cauchemar.

Wow, wow, wow, Nolwenn-Allison, tu mets 10 et fais rentrer dans ton top 10 un film qui a quasi le pitch d'un téléfilm du samedi après-midi sur TF1 ? Bien sûr que non, m'enfin ! Même si le scénario ne casse pas des briques et ne consiste qu'en une lutte de survie dans un univers hostile (hihihihi), ce n'est vraiment pas pour cela qu'on va voir Gravity.

Ce film est très visuel. Beaucoup. Enormément. Les plans séquences s'étirent, manifestation d'un temps en suspens, où l'heure est à la contemplation. Mais ne réduire le film qu'à une succession de ce type de plans, comme je l'ai lu quelque part, c'est réduire le talent de réalisation de Cuaron à bien peu de chose. Plans subjectifs, plans plus courts pour coller à des scènes d'action... Gravity fait preuve d'une très grande richesse de ce point de vue. De plus, le recours à la 3D est une ENORME réussite. Vous combinez cela à ces plans subjectifs dont je viens de vous parler, et vous atteignez là le summum de l'immersion. Le léger bémol à tout cela, c'est que le film ne pourra pas passer indéfiniment en salles et qu'un jour, il se retrouvera en grande majorité sur nos petits écrans 2D. La magie ne sera plus autant au rendez-vous et cela pourra mettre à mal la postérité de ce film. Donc à part si un cinéma est assez courageux pour le projeter indéfiniment, je crains qu'il ne sera pour beaucoup qu'une expérience cinématographique, et non un classique.

Quoique, peut-être que je m'avance beaucoup. Car Gravity, c'est aussi une ambiance, et ça, qu'importe l'écran, je pense qu'on peut la retrouver, même si la 3D y est sûrement pour beaucoup. Le panneau qui nous sert d'introduction au film stipule bien que le son n'a pas de portée dans l'espace. Si les astronautes communiquent, ils peinent à rompre ce silence oppressant. La musique est présente, mais très légère, pour rester au plus près du réel. Pas de POIIIN ? Mais comment on peut sentir la menace venir ? Pas besoin de fanfare pour refléter le danger qui plane ici en permanence, mon cher ami, donc attends-toi à passer une heure et demie, crispé sur ton siège, dans une ambiance sonore minimaliste, car la survie ne tient qu'à une corde ou une sangle.

Un petit mot sur les acteurs : j'avoue avoir été très septique en allant voir un film avec George Clooney et Sandra Bullock. Si au fond Clooney ne m'a pas tellement surprise que ça (d'ailleurs il faudra qu'on m'explique pourquoi on parle autant de lui, j'ai eu l'impression qu'il nous faisait un caméo entre deux pubs Nespresso), ce n'est pas le cas pour Sandra Bullock qui tient véritablement le film sur ses épaules. Pas difficile, me direz-vous, quand on n'a vu que les Miss Détective... Elle livre ici une interprétation assez juste, même s'il y a évidemment un petit côté surenchère pour attiser notre angoisse, d'une femme un peu malmenée par la vie sur Terre, perdue dans cet univers, et qui pourtant, confrontée au danger, va se reconstruire.

Si vous n'avez pas encore vu Gravity, je ne dirai qu'une chose : foncez. Mais vraiment. Car même si je pense que la version DVD/Blu-ray ne nuira pas tant que ça à la qualité du film, vous perdrez forcément un petit quelque chose. C'est un lieu commun de dire cela, mais ça n'a jamais été aussi vrai. Alors ? Que faites-vous encore devant votre écran ?
Nolwenn-Allison

Écrit par

Critique lue 529 fois

13

D'autres avis sur Gravity

Gravity
Gand-Alf
9

Enter the void.

On ne va pas se mentir, "Gravity" n'est en aucun cas la petite révolution vendue par des pseudo-journalistes en quête désespérée de succès populaire et ne cherche de toute façon à aucun moment à...

le 27 oct. 2013

268 j'aime

36

Gravity
Strangelove
8

"Le tournage dans l'espace a-t-il été compliqué ?"

Telle est la question posée par un journaliste mexicain à Alfonso Cuarón lors d'une conférence de presse à propos de son dernier film Gravity. Question légitime tant Cuarón a atteint un niveau de...

le 23 oct. 2013

235 j'aime

44

Gravity
SanFelice
5

L'ultime front tiède

Au moment de noter Gravity, me voilà bien embêté. Il y a dans ce film de fort bons aspects, mais aussi de forts mauvais. Pour faire simple, autant le début est très beau, autant la fin est ridicule...

le 2 janv. 2014

219 j'aime

20

Du même critique

House of Cards
Nolwenn-Allison
9

I have no patience for useless things...

...Et cette série est bien loin d'être une perte de temps, étant donné ce que les 13 épisodes de la 1ère saison nous offrent ! Que ce soit la mise en scène, les relations entre les personnages ou la...

le 4 juin 2013

77 j'aime

18

Rectify
Nolwenn-Allison
9

Comment faire une série sublime en 6 épisodes

Rectify, c'est l'histoire d'un type, Daniel Holden, accusé et condamné pour le viol et le meurtre de sa petite amie. Emprisonné à 18 ans, il n'est relâché que 19 ans plus tard. Et ce laps de temps...

le 14 août 2013

65 j'aime

4

Vice-versa
Nolwenn-Allison
10

Bonjour Tristesse

Tout comme Riley et les autres personnages de Vice Versa, j'ai des émotions qui règnent en maître dans ma tête. Et Pixar, en veule studio qu'il est, les flatte sans cesse, ce depuis mon tout jeune...

le 29 juin 2015

48 j'aime

7