⚠️ Une maintenance est prévue le Mercredi 26 juin à 8h00 pour une durée d'environ 2h. Le site sera inacessible pendant cette période.

Non, vous ne vous êtes pas trompés, c'est bien une critique de film !

Il existe une cohorte dont les rangs grossissent chaque jour, sinon haineuse, du moins la bave aux lèvres. Cette horde ne cherche qu'une seule chose : prouver au monde que « c'était mieux avant ». Ils sont présents partout (en politique, en économie, en philosophie, avec notamment des penseurs comme Joseph de Maistre) mais ceux dont il sera question sont les « cinéconservateurs ». Pour eux, il existe un diable, un démiurge, un hadès, un seth : il s'agit (que Stanley Kubrick me protège) des EFFETS NUMÉRIQUES ! Mal absolu, il rongerait le cinéma et seuls quelque élus, une milice sacrée, nous en protégerait.


Qu'on ne voit pas dans ma critique un « manifeste du parti numérique ». Les causes du mécontentement de ces personnages sont louables : je suis le premier à me plaindre de certains effets numériques mal fichus, des esthétiques pompées dans les mêmes films, du manque de créativité. Et si l'erreur des conservateurs est de vouloir conserver les bêtises du passé, celle des progressistes est d'en vouloir importer de nouvelles.


Je ne veux pas non plus me poser en moraliste dictant sa loi à des foules endoctrinées. Bien que je crois à la Vérité, je ne prétend pas la détenir, seulement la chercher.


Et si je peux me permettre un conseil, c'est d'aller voir (afin que tous soient réconciliés) Gravity. Ce film est une preuve que les effets numériques, bien utilisés, peuvent être géniaux ; que créativité ne s'oppose pas à modernité ; qu'ils seront toujours un bien, s'il y a un artiste aux commandes.


L'artiste en question se nomme Alfonso Cuaron. Ce mexicain, ami de Guillermo del Toro et de Robert Rodriguez, s'est un jour posé la question : Comment représenter l'Espace ? De quelle manière le peindre ?


Et sa réponse fut : je ne vais pas représenter l'espace à mes spectateurs, je vais les plonger au cœur d'icelui.


Et ce coup de génie, cet œuf de Colomb (car pour simple qu'était cette idée, encore fallait-il y penser) naquit Gravity. Un film qui vous plonge à l'intérieur de l'Espace, vous fait ressentir son vide abyssal, sa froideur, sa mort. Car cet espace est un lieu de mort, un cimetière en même temps qu'un champ de bataille. Pour les deux personnages principaux, le but est simple : survivre.


Et c'est là toute la beauté de ce film : dans un lieu où règne la mort, la vie va jaillir et vaincre. Dans une heure et demie, se trouve toute l'histoire de l'univers : la vie a jaillit de ce lieu de mort afin de remplir la Terre.


Et cela ne se fait pas sans lutte. Car l'espace attire. L'espace, ce n'est pas seulement cette foule de débris qui s'abat sur nos protagonistes ; c'est aussi une sorte de léthargie. Le mal, ce n'est pas forcément quelque un cataclysme horrible, c'est le plus souvent un non-être, une sorte de lassitude, que les anciens nommaient l'acédie. En témoigne ce moment où Stone décide d'arrêter de vivre.


Tout cela pour dire que Gravity, à mon sens, mérite son succès. Beaucoup l'ont comparé à 2001 : l'Odyssée de l'Espace, et on doit reconnaître qu'il y a une ambition comparable ; mais les deux thématiques vont dans deux directions opposées. Là où l'un des films vise une expérience au niveau du fond, l'autre cherche à impressionner visuellement avant tout. 2001 partait dans tous les sens pour expliquer la vie, l'univers... Gravity rappelle qu'une telle ambition peut aussi s'accomplir dans un film au scénario plus explicite.


Gravity est un incontournable à mon sens. Il n'est pas aussi bon qu'un Interstellar qui, à mon sens, le surpasse en termes de mise en scène et de réflexion, mais ce chef d'oeuvre de l'ami Cuaron n'en reste pas moins une bonne grosse baffe visuelle, narrative, et même, osons tout, philosophique.

Créée

le 29 mai 2015

Critique lue 543 fois

5 j'aime

5 commentaires

Critique lue 543 fois

5
5

D'autres avis sur Gravity

Gravity
Gand-Alf
9

Enter the void.

On ne va pas se mentir, "Gravity" n'est en aucun cas la petite révolution vendue par des pseudo-journalistes en quête désespérée de succès populaire et ne cherche de toute façon à aucun moment à...

le 27 oct. 2013

268 j'aime

36

Gravity
Strangelove
8

"Le tournage dans l'espace a-t-il été compliqué ?"

Telle est la question posée par un journaliste mexicain à Alfonso Cuarón lors d'une conférence de presse à propos de son dernier film Gravity. Question légitime tant Cuarón a atteint un niveau de...

le 23 oct. 2013

235 j'aime

44

Gravity
SanFelice
5

L'ultime front tiède

Au moment de noter Gravity, me voilà bien embêté. Il y a dans ce film de fort bons aspects, mais aussi de forts mauvais. Pour faire simple, autant le début est très beau, autant la fin est ridicule...

le 2 janv. 2014

219 j'aime

20

Du même critique

Le Cinéma de Durendal
CréatureOnirique
8

Bienvenue dans "Pourquoi vous avez raison et j'ai tort"...

Ah, Durendal ! Le vidéaste que nous adorons… détester. Tout le monde se moque de son air prétentieux, de ses blagues pourries, de la vacuité de ses vidéos… et le consensus de Sens-Critique à ce...

le 21 juil. 2015

38 j'aime

16

Dragonball Evolution
CréatureOnirique
10

Mais pourquoi cette note?

Oui, vous avez bien vus, je met la note maximale à Dragonball Evolution, oui c'est un chef d'oeuvre... NANARESQUE!!! Ce film est d'une débilité si grande, d'une idiotie si travaillée, d'une stupidité...

le 8 déc. 2014

23 j'aime

12

Ben-Hur
CréatureOnirique
10

Un conte au temps du Christ. Et un film pour tous les temps.

Ben-Hur ! Monument du péplum, vainqueur de onze oscars (à égalité avec Titanic et Le Retour du Roi et encore, en 1959, il y avait moins de catégories), considéré comme l'un des plus grands films...

le 6 mars 2015

13 j'aime

8