Greenhouse
5.9
Greenhouse

Film de Lee Sol-Hui (2023)

Mal-être dans la serre… et dans la salle !

Bien sûr, on est habitué, depuis des décennies de flamboyance du cinéma sud-coréen, à des films qui nous mettent régulièrement dans des états pas possibles, mais on ne s’attendait pas forcément à ce que Greenhouse, le premier film de la jeune réalisatrice Lee Sol-Hui, s’avère aussi… dérangeant. Non pas à cause d’excès de violence cette fois, mais bien parce que, plaçant le naufrage de l’âge et de la démence précoce au centre de son récit, elle nous oblige à regarder en face ces destins humains qui basculent dans le désespoir et la misère physique, loin de nos yeux (et de nos cœurs). Et à admettre que le mal-être dont souffrent TOUS les personnages du film est peut-être bien aussi le nôtre.

Moon-jung est une femme « ordinaire », divorcée, qui attend le jour où son fils mineur, détenu pour des délits dont nous ne saurons rien, revienne vivre avec elle. Elle habite dans une installation de fortune à l’intérieur d’une serre, et travaille comme aide-soignante auprès d’un couple de personnes âgées, la femme souffrant de crises de paranoïa et pensant que Moon-jung veut la tuer, alors que le mari est aveugle et manifeste les premiers symptômes d’Alzheimer. Greenhouse nous offre une galerie complète de paumés, d’exclus, de désespérés, du délinquant juvénile à l’infirmière à domicile prenant soin des personnes âgées dans des conditions pas loin du sordide, en passant par l’handicapée légère violée à répétition. Des situations à la fois extrêmes et tristement ordinaires, donnant naissance à un piège diabolique qui va se refermer sur « l’héroïne » du film…

La mise en place de l’histoire s’avère minutieuse et extrêmement précise, ce qui pourra irriter les spectateurs impatients de voir ce (faux) thriller réellement démarrer, mais à partir du moment où un accident entraîne Moon-jung dans une spirale de mensonges et de manipulations, l’atmosphère du film devient littéralement asphyxiante. On déplorera malheureusement une écriture réellement « forcée », qui précipite les protagonistes dans la tragédie en abusant de coïncidences assez grossières et improbables, tout en laissant des trous béants à d’autres endroits (on pense par exemple au personnage de l’amant, dont le rôle aurait été plus convaincant s’il avait été mieux expliqué).

On peut imaginer que cette prépondérance donnée au scénario relève de l’inexpérience d’une jeune réalisatrice, qui aurait certainement pu faire plus confiance à sa mise en scène (maîtrisée et subtile en dépit de sa discrétion), et surtout au talent de ses acteurs, tous impeccables, avec en premier lieu Kim Seo-Hyeong, parfaite d’impénétrabilité ambiguë. Du coup, malgré une relative déception, surtout après un dernier twist qui sonne très forcé, on veut bien faire crédit à Lee Sol-Hui en espérant qu’elle suivra la voie de ses géniaux aînés – dont elle s’inspire clairement ici – que sont Bong Joon Ho (Mother) et Lee Chang-Dong (Burning).

[Critique écrite en 2024]

https://www.benzinemag.net/2024/06/03/greenhouse-de-lee-sol-hui-mal-etre-dans-la-serre-et-dans-la-salle/

EricDebarnot
6
Écrit par

Créée

le 3 juin 2024

Critique lue 376 fois

1 j'aime

Eric BBYoda

Écrit par

Critique lue 376 fois

1

D'autres avis sur Greenhouse

Greenhouse
Yoshii
6

Sweet home

Il en faut parfois bien peu pour faire basculer un film d'un genre à un autre, quelques silences, une introduction un peu plus longue, un personnage au caractère un peu moins abrupt qu'à l'accoutumée...

le 29 mai 2024

9 j'aime

1

Greenhouse
ocean_jogging
8

Une femme sous influence

Pas de doute, dans le domaine du thriller qui fut jadis la chasse gardée du cinéma américain, les Coréens sont devenus des maîtres et battent à plate-couture leurs concurrents yankees ! On en a...

le 9 nov. 2023

8 j'aime

1

Greenhouse
grantofficer
8

Faide à domicile

Pour son premier long-métrage, la réalisatrice (mégenrée sur ce site) Lee Sol-hui propose un drame social-thriller d'une noirceur à laquelle le cinéma coréen semblait comme avoir renoncé depuis...

le 14 juin 2024

1 j'aime

Du même critique

Les Misérables
EricDebarnot
7

Lâcheté et mensonges

Ce commentaire n'a pas pour ambition de juger des qualités cinématographiques du film de Ladj Ly, qui sont loin d'être négligeables : même si l'on peut tiquer devant un certain goût pour le...

le 29 nov. 2019

205 j'aime

152

1917
EricDebarnot
5

Le travelling de Kapo (slight return), et autres considérations...

Il y a longtemps que les questions morales liées à la pratique de l'Art Cinématographique, chères à Bazin ou à Rivette, ont été passées par pertes et profits par l'industrie du divertissement qui...

le 15 janv. 2020

190 j'aime

105

Je veux juste en finir
EricDebarnot
9

Scènes de la Vie Familiale

Cette chronique est basée sur ma propre interprétation du film de Charlie Kaufman, il est recommandé de ne pas la lire avant d'avoir vu le film, pour laisser à votre imagination et votre logique la...

le 15 sept. 2020

188 j'aime

25