KungFury est une vraie déception. Malgré sa générosité apparente, il recèle trop de défauts le cataloguant inexorablement dans la section des navets. Dès le départ, Sandberg a fait les choses à l'envers : il a conçu une bande-annonce d'un film qui n'existe pas. Une fois le financement acquis, il a brodé pour tirer laborieusement son film vers la ligne des 30 minutes.


Ce qui est dérangeant c'est l'aspect assumé du mauvais goût. Sandberg veut faire un nanar, un objet filmique au décalage si prononcé qu'il vise le culte. Mais un nanar n'est pas un ratage intentionnel. Le navet devient nanar car son décalage est non assumé. On rit du nanar car son propos est traité au premier degré, ses acteurs son exécrables et sa technique générale catastrophique. Au fond, le rire provoqué par le nanar est celui de la compassion et de l'empathie.


Sandberg use d'un procédé malhonnête et inscrit lui-même son œuvre au rang du nanar alors que seul le public a ce privilège. Structurant son film sur une BA explosive, il peine à développer quelque chose d'inventif. Kung Fury c'est de l'imagination pêle-mêle, désordonnée, nourrie à la geekitude. Une sorte de rêve sous acide mis en image au petit matin. Paradoxalement, le métrage pèche par son absence de rythme. Toujours dans le rouge, le film ne s'autorise aucun temps mort. Cette succession de climax étouffe le spectateur qui n'arrive jamais à retrouver ses repères. L’écœurement arrive assez vite comme un roller coaster avec 30min de descente. Pas de cassures, pas de fondations, pas de montée en tension ni d'enjeu pour échafauder un effet réussi. Le soufflé ne peut que retomber. Passer les 10 premières minutes, le film s'asphyxie sous son propre concept.


Alors oui, il y a certains moments intenses tant leur démesure ou leur absurdité flattent le cinéphile ou le gamer. Sandberg met le geek sous perfusion. Des guns, des boobs et des punchlines acnéiques. Le suédois détourne un genre créé malgré lui et viole ses codes pour servir ses intérêts, fortune et gloire. Les portes du 7ème art semblent s'être entre ouvertes pour lui. Espérons que ses prochaines intentions soient plus louables.

Le 4 juin 2015

47 j'aime

10 commentaires

Kung Fury
мс³
8
Kung Fury

MORBIDE KOMBAT

Imaginez vous il y a 20/30 ans, vous sortez de votre première voiture, le genre de caisse qui nous marque à vie malgré son usure, vous avez décidé de vous mater un petit film d'action bien con ce...

Lire la critique

il y a 7 ans

51 j'aime

7

Kung Fury
Alyson_Jensen
3
Kung Fury

Itinéraire d'une déception

KungFury est une vraie déception. Malgré sa générosité apparente, il recèle trop de défauts le cataloguant inexorablement dans la section des navets. Dès le départ, Sandberg a fait les choses à...

Lire la critique

il y a 7 ans

47 j'aime

10

Kung Fury
Rano84
7
Kung Fury

rétro-nostalgie

Dire que j'attendais avec impatience ce court métrage tient de l'euphémisme...En Décembre 2013, David Sandberg, un réalisateur de clip Suédois présente une bande annonce sur le site Kickstarter...

Lire la critique

il y a 7 ans

41 j'aime

La Horde du contrevent
Alyson_Jensen
9

Le 24ème hordier

# Ajen, lectrice Jusqu'au bout. Je n'ai guère de souvenirs de ma rencontre avec la 34ème horde. Tout était dévasté. Ou en passe de l'être. Oroshi m'expliqua par la suite que nous avions survécu au...

Lire la critique

il y a 5 ans

106 j'aime

13

Everest
Alyson_Jensen
4
Everest

Les sous-doués passent l’Everest

Everest, le dernier film de Baltasar Kormakur, nous propose une adaptation du récit de John Krakaueur, Tragédie à l’Everest. Basé sur la catastrophique expédition de 1996 qui coûta la vie à 8...

Lire la critique

il y a 6 ans

64 j'aime

10