Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Un récit d’aventure tel que celui ci, ça vous ramène presque inévitablement en enfance.

Pour les péripéties extraordinaires, époustouflantes, les tournures épatantes du destin de personnages joués. Pour ce théâtre de lieux exotiques —pour ne pas dire fantasmagoriques. Pour la camaraderie empreinte de fraternité un brin pudique mais franche comme une rigolade ; pour l’espièglerie, la complicité.

Deux grands gamins. Caine, Connery, Dravot, Carnehan, c’est pareil. God’s holy trousers ! C’est pas Huston, sur son lit d’hôpital, qui vous aurait dit le contraire !

Je ne pourrai jamais égaler la critique de @Aqualudo que je vous invite à lire, tout comme je ne pourrai jamais revivre mes jeux d’enfants, mes histoires extraordinaires, mes exploits imaginaires, mes fuites superbes, irrésistibles et puissantes du monde réel et fade.

Sauf devant ce film.

La terre y est visiblement ronde et pleine de contrées prêtes à être explorées puis conquises.

Si l’aventure est avant tout une promesse, ici elle s’apparente à un (en)jeu d’enfant : jouer à la conquête d’un pays étranger, excitant l’imagination, jouer à en devenir le roi après avoir livré moultes batailles glorieuses. Jouer au soldat. Taquiner, fanfaronner, rire, se vexer, se déguiser, s’émouvoir, se soutenir. Et en plus on disait qu’il y avait un trésor, héritage de légende.

Finir chef de guerre, de tribu, roi ou demi dieu, puis s’ennuyer. Trouver sa princesse et la vouloir comme un nouveau jouet de noël. Puis le cauchemar du conquérant, le complexe d’Icare ; la roue de la fortune qui finira toujours par tourner.

Récit humain, charmant, attachant. Récit naïf, récit tragique.

On a pas envie de parler technique, son et lumière. On a pas envie de parler réalisation, interprétation, écriture, adaptation, logistique, budget, décor.

The man who would be king, on a juste envie d’y jouer comme quand on était gosse. Et on y joue un peu quelque part, on y croit, on le vit, on en rit et s’en émeut. Juste cette impression d’avoir joué avec deux grands gamins dans la plus grande cour de récré du monde, avoir conquis un royaume, raflé un trésor, touché du doigt l’espace d’un instant aussi fugace que le bonheur l’ivresse d’être devenu le roi de la montagne.

Et redescendre pour se rappeler à sa propre mortalité, au temps qui passe et nous laisse seuls avec nos souvenirs chers ; ceux qui disparaissent avec notre jeunesse et ses rêves fanés.

Plus qu’un film ; le dernier train à prendre pour l’aventure. Avant de pourrir, fou et amer.

Plutôt mourir roi des cons qu’en être le dernier.



(Merci à @Aqualudo pour le cadeau d'anniversaire !)

Créée

le 13 nov. 2013

Critique lue 2K fois

64 j'aime

8 commentaires

real_folk_blues

Écrit par

Critique lue 2K fois

64
8

D'autres avis sur L'Homme qui voulut être roi

L'Homme qui voulut être roi
real_folk_blues
9

Les dieux font la paire...

Un récit d’aventure tel que celui ci, ça vous ramène presque inévitablement en enfance. Pour les péripéties extraordinaires, époustouflantes, les tournures épatantes du destin de personnages joués...

le 13 nov. 2013

64 j'aime

8

L'Homme qui voulut être roi
Sergent_Pepper
8

Cata culte.

L’année de sortie de ce film de Huston a de quoi surprendre : alors qu’en 1975, le blockbuster est en train de naître (c’est l’année de sortie de Jaws) une telle épopée d’aventure semble appartenir à...

le 31 janv. 2018

62 j'aime

2

L'Homme qui voulut être roi
Matrick82
8

"_He wants to know if you are gods. _Not gods - Englishmen. The next best thing!"

Décidément c'était loin d'être le dernier des cons John Huston. Cet homme là ça a été l'évocation d'un quartier minable de New York pour détectives complètement largués au nez pété, puis (avec toute...

le 11 mai 2013

62 j'aime

15

Du même critique

Gravity
real_folk_blues
5

2013 L'odysée de l'espèce di counasse...

Évidemment, un pauvre connard cynique comme moi ne pouvait pas ne pas trouver son mot à redire. Évidemment, si je devais me faire une idée de la qualité du truc au buzz qu’il suscite, deux options...

le 28 oct. 2013

283 j'aime

121

Divergente
real_folk_blues
1

Dix verges hantent ces lignes...

Ça fait un moment que j’ai pas ouvert ma gueule par ici. J’aurais pu faire un come back de poète en disant de bien belles choses sur Moonrise Kingdom, vu récemment ; mais non. Fallait que ça...

le 15 avr. 2014

271 j'aime

92

Upside Down
real_folk_blues
2

De quoi se retourner dans sa tombe...

J’ai trouvé une formule tirée de ce film à la rigueur scientifique inégalable : Bouillie numérique + histoire d’amour = Twilight. Je soustrait les poils de Taylor Lautner et je rajoute des abeilles...

le 30 avr. 2013

243 j'aime

39