Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Quatre à table. Le bel équilibre. Le couple parental, incarné par Nanni Moretti et Laura Morante, redoublé par le couple des enfants, un frère et sa sœur, Jasmine Trinca et Giuseppe Sanfelice. Cet équilibre parfait sera brisé par la mort du fils, soudaine et accidentelle. Des salles entières ont pleuré, face à ce film, Palme d'or à Cannes en 2001. Mais d'où vient le fait que l'on peut aussi ne pas être bouleversé, ni même ému ?

Tout d'abord, le premier temps pose la figure du fils sans lui donner d'épaisseur suffisante. Une vague histoire de vol au lycée est censée le caractériser, par ailleurs les rapports aux parents sont faits de rire, d'une entente avec juste ce qu'il faut d'éclats, mais ce dessin des liens familiaux tient plus de l'esquisse que du véritable portrait approfondi, qui viendrait souligner la singularité des êtres et leur caractère tragiquement unique et irremplaçable.

On en vient presque à attendre le moment de la disparition et à se fier au drame pour faire se lever enfin l'émotion si souvent évoquée au sujet de ce film. La perte irrémédiable se déroule dans la même indifférence anesthésiée. D'où vient que des réalisateurs savent si bien faire pleurer leurs actrices, comme Lars von Trier, dans "Breaking the wawes" (1996), avec Emily Watson, dont les larmes coulaient aussitôt sur nos propres joues, alors que d'autres, comme ici, parviennent tout juste à soutirer quelques grimaces singeant la douleur et n'éveillant, chez le spectateur, qu'un désagréable malaise devant des efforts aussi vains ? Même la chambre désormais privée de son occupant n'a rien de déchirant.

Mieux vaut ne pas s'étendre non plus sur l'image du psychanalyste que Moretti lui-même est censé incarner... Un manque de profondeur qu'un film tel que "Ana, mon amour" (2017), du roumain Calin Peter Netzer, ne peut que souligner cruellement. Sans parler de certaines invraisemblances dans les réactions du thérapeute imaginées par le scénario...

Illustrant cette distance, ce schématisme légèrement caricatural avec lequel sont abordés presque tous les points traités, la caméra reste généralement éloignée de ses sujets, ne s'approchant guère au-delà de plans de groupe.

Après toute la délicatesse d'un film tel que "La Messe est finie" (1985), on ne peut s'empêcher de se demander où est passée la belle subtilité de notre Moretti. Seules échappent, ici, à la déception, deux scènes, situées dans la seconde partie du film : celle, purement mentale et imaginaire, mais récurrente, par laquelle le père endeuillé ne cesse de tenter d'infléchir le cours de la journée qui fut fatale à son fils ; et la longue course nocturne, phorique, par laquelle le père est tout heureux d'accorder à celui qui a pris la place de son fils dans le cœur de sa fiancée le transport un peu fou qu'il ne sera plus jamais en mesure d'offrir à son descendant...

AnneSchneider
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Films où il est question de la paternité, frontalement ou latéralement.

Créée

le 20 juin 2017

Critique lue 625 fois

6 j'aime

4 commentaires

Anne Schneider

Écrit par

Critique lue 625 fois

6
4

D'autres avis sur La Chambre du fils

La Chambre du fils
eloch
9

En équilibre

Qu'est ce qui maintien soudés, affranchis, libres les êtres ? Quel est ce fil invisible qui rend une famille belle et unie avec un père épanoui dans son métier de psychanalyste qui écoute et tente de...

le 29 juin 2013

22 j'aime

1

La Chambre du fils
Before-Sunrise
7

Critique de La Chambre du fils par Before-Sunrise

La chambre du fils est un beau film sur le deuil, à la fois poignant et subtil. Le drame survient, comme souvent dans la vie, de façon tout à fait inattendue et brutale. Cela rend la détresse de la...

le 18 juil. 2011

12 j'aime

10

La Chambre du fils
AnneSchneider
6

La chambre sans écho

Quatre à table. Le bel équilibre. Le couple parental, incarné par Nanni Moretti et Laura Morante, redoublé par le couple des enfants, un frère et sa sœur, Jasmine Trinca et Giuseppe Sanfelice. Cet...

le 20 juin 2017

6 j'aime

4

Du même critique

Petit Paysan
AnneSchneider
10

Un homme, ses bêtes et le mal

Le rêve inaugural dit tout, présentant le dormeur, Pierre (Swan Arlaud), s'éveillant dans le même espace, mi-étable, mi-chambre, que ses vaches, puis peinant à se frayer un passage entre leurs flancs...

le 17 août 2017

77 j'aime

33

Les Éblouis
AnneSchneider
8

La jeune fille et la secte

Sarah Suco est folle ! C’est du moins ce que l’on pourrait croire lorsque l’on voit la jeune femme débouler dans la salle, à la fin de la projection de son premier long-métrage, les lumières encore...

le 14 nov. 2019

73 j'aime

21

Ceux qui travaillent
AnneSchneider
8

Le travail, « aliénation » ou accomplissement ?

Marx a du moins gagné sur un point : toutes les foules, qu’elles se considèrent ou non comme marxistes, s’entendent à regarder le travail comme une « aliénation ». Les nazis ont achevé de favoriser...

le 26 août 2019

71 j'aime

3