Le film est découpé en mouvements, en promenades pourrait-on dire; en désirs de visites, en visites dans le temps et l'espace. Ces mouvements sont (un peu artificiellement) nommé selon les danses de la nouba (sauf erreur de ma part), telles les suites de danse de la musique savante européenne. C'est ici aussi un savant glissement de l'extérieur à l'intérieur. Des plans qu'on dirait venus de chez Murnau ou Renoir qui par une fenêtre, une porte ouverte font circuler l'un et l'autre, comme le courant d'air qui réveille la mémoire. Et très vite, c'est la mémoire de cette femme, entourée d'enfants et de vieilles, de présents en devenir et de passés, qui prend en charge le film et qui l'imbibe d'une matière quasi onirique. La musique ne fait plus qu'un avec ce discours, cette voix off, comme une mélopée sentimentale, parfois dure, parfois fière, parfois perdue mais toujours ouverte au monde. Ouverte et émue par tous ses visages qui passent le long du chemin, tous ses visages sauvés de l'esclavage colonial ou de la simple humiliation, qui ont retrouvé leur terre. Il y a bien sûr les morts aussi, ceux racontés, et la sœur à qui est peut-être offert le film, pour le moins, on dirait que les montages lui sont un tumulus comme ce Juba à sa fiancée offrit ce momument visité aussi par le film.
Des visages de femme comme des luminaires, d'enfants comme des lumignons dans un pays qui respire à nouveau. Une sorte d'accord parfait entre les espoirs, les morts et les vivants, le poésie, la politique et l'histoire.
Essentiel.

Créée

le 17 oct. 2015

Critique lue 521 fois

2 j'aime

JM2LA

Écrit par

Critique lue 521 fois

2

Du même critique

Le ciel est à vous
JM2LA
10

Le plus pur chant du cinéma occupé

Revu récemment le 6 juillet 2011 sur écran d'ordinateur mais surtout le 18 et le 20 mai 2014, en salle. Toute la grandeur du film ne m'est apparue d'ailleurs que sur grand écran... en projection...

le 12 sept. 2015

12 j'aime

Le Plein de super
JM2LA
9

Critique de Le Plein de super par JM2LA

Film masculin au possible, proche de la grossièreté souvent et pourtant porté par la grâce du jeu... Cavalier réussit un pari unique, celui d'une collaboration étroite avec ses acteurs qui, si mes...

le 2 oct. 2015

11 j'aime

Le Fils de Joseph
JM2LA
9

La main de la comédie a retenu celle de la tragédie : miracle. Et le style a suivi la main.

La vraie comédie est-elle évangélique ? C'est ce que semble prouver (ou vouloir montrer) le Fils de Joseph. En quoi ? En résistant à l'appel du meurtre, du règlement de compte. Comment ? Au lieu de...

le 8 mars 2016

10 j'aime

1