⚠️ Une maintenance est prévue le Mercredi 26 juin à 8h00 pour une durée d'environ 2h. Le site sera inacessible pendant cette période.

Piero s'en est allé :( Que vive sa dernière critique

Seul film de Charles Laughton, Night of the Hunter est à mes yeux un chef d'œuvre non seulement du cinéma, mais de l'art en général.


Chef d'œuvre désigne quelque chose qui peut traverser toutes les époques, en prenant une signification et une force nouvelles au fil du temps.


Ce statut, le film le doit d'abord à ses qualités esthétiques et cinématographiques : une exceptionnelle photo N/B du grand Stanley Cortez, une interprétation bluffante de Lilian Gish ou Robert Mitchum, un rythme, un montage parfaits-pas une image de trop-, un scénario passionnant de James Agee et Laughton lui-même.


Mais il le doit surtout à ce qu'il dit, à la puissance d'un message toujours à décrypter.


Nous sommes dans les années '30 en Virginie Occidentale. La crise boursière de 1929 a réduit à la misère et jeté sur les routes des millions d'américains.


Rappelons que cette crise entraîna une récession de 9%, alors que la crise sanitaire actuelle en est à 16%, au moins en France...


Le révérend Harry Powell sillonne les routes de l'état pour trouver des veuves qu'il séduit, épouse et assassine pour s'emparer de leurs biens.


Un manichéen, ce Powell : "love" tatoué sur la main droite, "hate" sur la gauche.


On comprend que lui-même ne se considère pas comme un criminel, mais comme un justicier, le bras armé de la justice divine.


Il agit toujours au nom du Bien, débarrassant la planète de ces femmes qui excitent sa concupiscence.


Un misogyne qui plait beaucoup à un certain type de femmes, les plus hystériques.


Un beau parleur, le Harry : presque aussi bon qu'un Mélenchon défendant le port du voile au nom de la liberté religieuse et de la société multiculturelle.


Powell estourbit en un tour de main Willa Harper (Shelley Winters, excellente), veuve d'un malheureux, condamné à mort pour un hold-up destiné à nourrir sa famille.


Harry menace les deux enfants du couple, Pearl et John, pour obtenir le magot du père mort.


John (bouleversant Billy Chapin, 12 ans) résiste héroïquement et parvient à s'enfuir avec Pearl en barque sur la rivière.


Les scènes de poursuite le long du fleuve sont exceptionnelles de poésie, de rêverie et d'angoisse.


A bout de force les deux enfants vont dériver jusqu'à la maison d'une merveilleuse vieille dame, jouée par Lillian Gish, qui va les prendre sous son aile, comme elle l'a fait pour d'autres orphelins et les défendre au péril de sa vie.


La photographie de la dernière scène est passionnante : alors l'image, qui était jusque là fortement contrastée noir et blanc à la manière de l'expressionnisme allemand, devient grise, la neige recouvrant, come le dit la chanson, tutte le cose.


Sortie du manichéisme et de la Loi du Talion.


Le petit John a appris, en plus du courage, le sens du pardon et du partage.


Le temps, jusque là suspendu va pouvoir reprendre son cours, l'horloge se remettre à palpiter, et John devenir un homme.


La maison de Lillian Gish est un havre de paix au milieu d'un monde impitoyable.


La France, globalisation oblige, ressemble désormais beaucoup aux Etats-Unis des années '30 : face aux épreuves qui nous attendent, souhaitons qu'il reste encore des hommes et des femmes comme Rachel Cooper.

chinaskibuk
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Un(e) éclaireur(se), un film ! et Ces enfants magistraux

Créée

le 12 oct. 2020

Critique lue 2.7K fois

66 j'aime

80 commentaires

chinaskibuk

Écrit par

Critique lue 2.7K fois

66
80

D'autres avis sur La Nuit du chasseur

La Nuit du chasseur
Sergent_Pepper
10

Petits poucets rêveurs

La mâchoire décrochée par l’avalanche de superlatifs qui l’inondent à l’issue du visionnage de ce film, tentons de reprendre nos esprits et d’établir les raisons qui font de cette œuvre un monument...

le 24 févr. 2014

172 j'aime

12

La Nuit du chasseur
Gand-Alf
10

Song for a preacher man.

J'ai toujours pensé le cinéma proche du rock'n'roll. Deux arts trouvant leur force, leur intérêt, leur beauté dans l'imperfection. Deux arts collectifs au service d'une même vision, un gigantesque...

le 18 oct. 2013

99 j'aime

7

La Nuit du chasseur
chinaskibuk
9

Piero s'en est allé :( Que vive sa dernière critique

Seul film de Charles Laughton, Night of the Hunter est à mes yeux un chef d'œuvre non seulement du cinéma, mais de l'art en général. Chef d'œuvre désigne quelque chose qui peut traverser toutes les...

le 12 oct. 2020

66 j'aime

80

Du même critique

Un jour sans fin
chinaskibuk
8

Hier sera demain

Réveil aux alentours de 5 heures. Je presse deux oranges et fais un thé, allume mes enceintes et lance une play liste d’albums. Après un rapide coup-d’oeil sur Mediapart (dont je ne cautionne la...

le 26 mars 2020

53 j'aime

37

Les Dents de la mer
chinaskibuk
10

Véritable, jouissive frayeur.

Jaws fait partie de ces films, et ils sont rares, qui m'ont marqué à vie... Entendons-nous, je l'ai vu la première fois à 7 ans, en compagnie de mes deux grandes sœurs âgées de 7 et 10 années de...

le 20 août 2022

41 j'aime

27

Cuisine et Dépendances
chinaskibuk
8

Bacri Show

J'ai mis le temps avant de m'exprimer sur le décès de Jean-Pierre Bacri, peut-être un peu mon côté "bougon" ou plutôt qui ne veut rentrer dans le moule. Je m'y prends un peu tard avec un vrai...

le 26 janv. 2021

32 j'aime

8