Pascal Plante sculpte avec art et talent le visage de Kelly-Anne ( Juliette Gariépy ), une actrice qui envoûte l'écran par sa grâce terrifiante. L'image mystérieuse de ce mannequin, et cette rencontre improbable avec Clémentine ( Laurie Babin ). Deux jeunes filles qui se répandent chaque matin au procès de Ludovic Chevalier ( Maxwell McCabe-Lokos ), ce monstre insignifiant, enfermé dans cet aquarium, qu'elles cherchent du regard.

Des groupies fascinées par le côté obscur de l'âme humaine. Le désir d'être au côté du mal, dans cette chambre rouge, où les cris, les hurlements, vous glacent le sang. Une soif insatiable de voir, afin de devenir l'autre créature de son ombre qui menace de les consumer.

Le récit fonctionne bien, lorsque l'horreur disparaît de Ludovic Chevalier, pour s'incarner en Kelly-Anne et Clémentine. Une caméra qui voyage à travers toutes les nuances glaciales de ce blanc. Cette attention portée sur ces troublantes spectatrices et leurs attirances malsaines.

Mais aussi sur Francine ( Elisabeth Locas ), en mère remarquable, qui veut retrouver son enfant, qui appelle à l'aide, loin de ces yeux obscènes. Deux présences dérangeantes qui la dégoutent, qu'elle voudrait voir disparaître.

Les Chambres rouges, est un film qui parvient à devenir ce mélange captivant, qui résonne dans une époque marquée par le voyeurisme morbide, et de l'économie des données.

C'est au milieu du personnage de Francine, cette mère endeuillée, que l'on ressent le contraste saisissant de ces femmes, voir pervers. Une force brute et intense, profondément enracinée dans le drame social et sa noirceur.

Cette frontière que Clémentine ne peut pas franchir, par peur de ne plus en revenir. Mais que Kelly-Anne continue de vivre, naviguant de plus en plus profondément dans le Dark Web, de parties de Poker, en Bitcoin gagné. Un chemin de fascination et d'enquête pour des réponses plutôt macabres, du haut de son hôtel de luxe.

Dans sa trajectoire solitaire, sans émotion, Pascal Plante achève de dessiner tous les contours tourmentés de Kelly-Anne. Le trait véritable qui prend forme, et qui nous interroge sur les motivations profondes de cette femme. Qui nous implique dans ses vues animales, aux regard fanatiques et accusateurs, qui se transforment en sociopathe.

Pourtant malgré cette fin réussie, incertaine, toutes ces obsessions potentiellement bestiales. Cette beauté étrange n'échappe pas à la figure monstrueuse qu'elle s'est construite. Une consommatrice de meurtres et de tortures, sans aucune espèce de compassion pour les victimes et leurs familles.

L'obscurité au fond de sa nature qui semble s'être éteinte, la nuit laissant place à l'aube pour un peu de lumière, allez savoir.

Rolex53
7
Écrit par

Le 17 janvier 2024

Critique lue 1.6K fois

78 j'aime

2 commentaires

John Rolex

Écrit par

Critique lue 1.6K fois

78
2

D'autres avis sur Les Chambres rouges

Les Chambres rouges
micktaylor78
8

Au plus profond de l'âme humaine

Il se passe quelque chose du côté du cinéma québecois depuis quelque temps. Là où il est toujours tentant de n’envisager ce dernier que sous l’angle de l’accent rigolo légèrement folklorique, et donc...

le 19 janv. 2024

50 j'aime

9

Les Chambres rouges
Yoshii
8

Le rouge et l'obscur

"Les chambres rouges", et c'est une des constantes du métrage, est une œuvre qui dès le prologue met le spectateur à l'épreuve. Chaque plan de la très inquiétante scène d'ouverture interroge : où...

le 3 janv. 2024

49 j'aime

Les Chambres rouges
Stanvoyen
10

Chef d'oeuvre tout simplement.

Falcon Lake, Simple comme Sylvain, et maintenant Les Chambres Rouges. Voici trois films que j'ai vus récemment, démontrant à quel point le cinéma canadien est en train de sortir de sa tanière et de...

le 26 nov. 2023

47 j'aime

1

Du même critique

Nomadland
Rolex53
9

L'expérience d'une vie, une route qu'elle ne veut pas trahir

Nomadland est un très beau film, sincère dans chacune de ses constructions dramatiques. Un art de la narration que Chloé Zhao, la réalisatrice nous propose à travers le voyage d'une femme, au visage...

le 16 nov. 2023

172 j'aime

2

Sans filtre
Rolex53
8

Idiot, mais riche

Je comprends maintenant, après avoir découvert ce film, pourquoi sans filtre a obtenu la Palme d'Or. C'est tout simplement le talent d'un réalisateur suédois, Ruben Östlund, qui réussit la...

le 17 oct. 2022

167 j'aime

4

Nope
Rolex53
4

Nope une apparition prometteuse, et puis plus rien dans le ciel

Get out, oui, us, pas mal, Nope, non. Cette tentative de déconstruction du concept d'Ovni, renforcée par une symbolique liée à la nature, ainsi qu'une certaine critique touchant à l'humanité, et à...

le 6 sept. 2022

151 j'aime

5