C’est tout ce qui compte en effet. La musique, souveraine en tout temps…Encore plus quand elle est accompagnée par la danse. Rien d’autre n’a d’importance, car pourquoi vit-on sinon pour danser notre rôle sur terre jusqu’à épuisement ?... Poor players, full of sound and fury, signifying nothing !


Aujourd’hui, je ne suis personne et demain tout le monde m’acclamera. Une rencontre, un instant, une chance, peut tout changer. Je jure de donner tout de moi-même, mon corps, mon cœur et mon âme pour pouvoir tournoyer au gré des notes et au dessus du monde. Oh toi, tel un Comte Dracula, tu extirpes le talent de nos faibles êtres. Mais le prix est grand…trop grand pour nous simples humains. Pourtant je m’y suis appliquée et je me suis laissée emporter par le rêve, par la musique envoûtante, par ces chaussons…rouges comme le sang. J’ai aimé me balader à pointes dans des décors oniriques et me transformer en une fleur élégante sous les yeux hypnotisés du public. J’ai adoré vivre en Sylphide, aimer en Poupée et mourir en Cygne. Touchée par la grâce, j’ai goûté à la gloire que tu m'as promise…


Mais est-ce là tout ? Non, Niet, Nenni. Car mon cœur voulant plus, il s’est jeté dans les bras de l’amour naissant…toujours bercé par la musique, car c’est bien elle qui mène la danse. Rien ne sera plus comme avant. Le sacrifice de soi, oui mais pour quelle cause ? Je refuse ces choix qui s’offrent à moi. Je veux remettre ces maudits chaussons rouges. Je ne suis pas encore fatiguée. Seulement, j’espère encore le voir sur son piano à la lueur d’une bougie chancelante. Quel est donc l’intérêt de l’un sans l’autre ? Puis-je encore exister dans un monde qui me refuse l’accomplissement ?


La musique s’arrête… Elle ne donne pas de solution, seulement un rythme à la douleur. Une couleur. Rouge comme le sang.


But the show must go on ! Les rideaux se lèvent encore une fois et il ne reste que des ombres en marche... Poor players, full of sound and fury, signifying nothing !


(Une belle claque visuelle et sonore)

Lilange
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur.

Créée

le 3 avr. 2016

Critique lue 631 fois

34 j'aime

1 commentaire

Lilange

Écrit par

Critique lue 631 fois

34
1

D'autres avis sur Les Chaussons rouges

Les Chaussons rouges
DjeeVanCleef
9

Lait chaud. Son rouge

Caressons, toi et moi, si tu veux bien, l'évidence : on est face à un grand film. Un de ceux qui traversent les temps, sans bouger. Un de ceux qui sont faits pour éblouir, génération après...

le 20 mars 2014

79 j'aime

28

Les Chaussons rouges
Sergent_Pepper
6

Dansons sans la pluie.

Il y a certains sujets sur lesquels on ne plaisante pas. Il y a certains sujets sur lesquels on ne prend pas de plaisir ; la danse classique et le ballet en font partie en ce qui me concerne. Les...

le 16 mai 2014

46 j'aime

10

Les Chaussons rouges
Lilange
8

The music is all that matters

C’est tout ce qui compte en effet. La musique, souveraine en tout temps…Encore plus quand elle est accompagnée par la danse. Rien d’autre n’a d’importance, car pourquoi vit-on sinon pour danser notre...

le 3 avr. 2016

34 j'aime

1

Du même critique

Mud - Sur les rives du Mississippi
Lilange
8

Stand by Mud

Dear Jeff, Je suis tombée tardivement dans les méandres de tes pellicules poussiéreuses, et je m’en excuse humblement. Après tes histoires de familles dans Shotgun Stories et ton immersion...

le 12 juin 2016

79 j'aime

6

Le Tombeau des lucioles
Lilange
10

La bière de l’innocence

Il est des films qui ne quittent pas les mémoires et Le Tombeau des Lucioles (Hotaru no haka) est pour moi l’un de ceux-là. L’histoire de deux jeunes êtres, un frère et une sœur, Seita et Setsuko,...

le 6 mars 2016

75 j'aime

11

Your Name.
Lilange
7

Thread of Time

Il est des fils qui cassent, d’autres qui lient. Il est des noms qu’on crie, et d’autres qu’on oublie. Kimi no na wa… Monsieur Makoto Shinkai nous a habitués, il faut le dire, à sa vision des liens...

le 21 janv. 2017

74 j'aime

12