Stéphane CAZES réussit avec Les Têtes Givrées un film lumineux et plein d'espoir à partir de deux sujets contemporains pourtant difficiles : la fonte des glaciers en montagne devenu un des symboles du changement climatique, et la jeunesse en difficulté scolaire échouée sans avenir dans ces classes spécialisées, les SEGPA.

Alain Faillet (joué par un excellent Clovis Cornillac convaincu et convaincant, tirant ainsi l'intérêt du film), un ancien entraîneur de ski de haut niveau, prend en charge l'une de ces classes, dans la vallée de Chamonix, après un terrible échec personnel avec sa fille...

Voulant en quelque sorte se racheter, Alain va réussir à mobiliser ses élèves autour des effets du réchauffement climatique et au-delà les aider à construire des rêves personnels positifs...

Cette mobilisation démarre par la visite, réelle et périlleuse, d'un glacier dans le cadre somptueux du massif du Mont-Blanc, ce qui va nous offrir des images de montagne magnifiques, et ensuite tout au long du film... D'emblée, cette méthode pédagogique et les risques encourus ne vont pas plaire à Béatrice Lombel, la directrice du collège, jouée par une Claudia Tagbo impeccable dans son rôle et formant un duo efficace avec Clovis Cornillac et ses élèves, dans une opposition toujours bienveillante qui donne une belle énergie au film...

Découvrant le glacier en plein réchauffement, les éléves vont prendre conscience des effets du réchauffement climatique, et rivaliser d'initiatives pour la protection de la planète, certaines déroutantes pour leur entourage, affichant dans leur classe des slogans comme :

Votre planète, vous la voulez bleue ou bien cuite ?

Parmi ces invitiatives, une des élèves va découvrir qu'on peut freiner la fonte des glaciers en y posant des bâches pour les protéger des rayonnements du soleil ... (ceci est vraiment pratiqué en Suisse et en Italie en période de canicule, ainsi que sur la Mer de Glace à Chamonix pour protéger la grotte de glace l'été et permettre sa visite aux touristes; pour ceux qui en douteraient, la mer de glace a perdu plus de 150 m d'épaisseur de glace depuis 1990 sur sa partie avale, phénomène quasi irréversible...).

Même si une couverture à grande échelle des glaciers a peu de chance d’être réalisable, Alain Faillet explique très bien à ses élèves que la seule façon de limiter efficacement le recul des glaciers au niveau mondial est de réduire les émissions de gaz à effet de serre et donc le réchauffement de l’atmosphère...

Dès lors, la classe d'Alain va se mobiliser à fond sur ce projet de "bâcher" un glacier du massif, mettant peu à peu entre parathèses leur querelles et oubliant un temps leurs déceptions de la vie, ce qui est une des belles réussites du film... Ils arriveront à mobiliser les réseaux sociaux, les entreprises locales, et même rallier à eux les autres classes du collège qui jusqu'alors se moquaient bien de cette classe d'attardés...

Ils affronteront aussi Pascal, le maire et élu local important (Laurent Bateau) qui ne voit que ses petits intérêts et craint que ces bâches ne gâchent la carte postale des lieux et fassent fuir les touristes...

"Snow must go on" c'est le slogan que ces élèves vont choisir pour tenter de mener à bien leur mission...

Même si le scénario n'offre pas de vrais rebondissements, nous assistons à un Feel Good Movie didactique sur le réchauffement climatique, et qui montre comment les jeunes générations (et pas que les intellectuels aisés...) peuvent le prendre à leur compte, les inscrivant ainsi dans une dynamique positive pour leur avenir...

On passe un très bon moment devant ce film, merci à Stéphane Cazes et Clovis Cornillac...

Azur-Uno
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à sa liste Films vus au cinéma depuis 2021 jusque fin 2023

Créée

le 15 févr. 2023

Critique lue 490 fois

11 j'aime

17 commentaires

Azur-Uno

Écrit par

Critique lue 490 fois

11
17

D'autres avis sur Les Têtes givrées

Les Têtes givrées
Alma7
8

Évidemment il ne va pas plaire à tout le monde

Un film qui nous demande de prendre conscience du monde qui nous entoure et qui est en perdition à cause de nos abus.Et une classe que personne ne veut parce que les élèves sont des...

le 13 févr. 2023

7 j'aime

1

Les Têtes givrées
Le-Beau-Cinema
9

A Voir Absolument

Enfin un excellent film français, bien construit de bout en bout. Un jeu d’acteur de qualité, juste et rafraîchissant. Un scénario de qualité, des dialogues justes et bien dosés, et de beaux paysages...

le 5 févr. 2023

5 j'aime

Les Têtes givrées
Shawn777
4

L'Instit

Bon, je suis allé voir ce film, réalisé par Stéphane Cazes et sorti tout récemment, un peu au pif et surtout par dépit et je n'en suis donc pas déçu puisque je ne m'attendais à rien mais le résultat...

le 11 févr. 2023

3 j'aime

4

Du même critique

Pas de vagues
Azur-Uno
7

La société aux trousses

Professeur de lettres, acteur et réalisateur, Teddy Lussi-Modeste nous offre avec ce film son troisième long-métrage, issu d'une fait réel qui lui est arrivé en 2020 : alors qu'il enseignait en...

le 31 mars 2024

22 j'aime

12

Boléro
Azur-Uno
7

Jamais 15' sans que ne soit joué le Boléro de Ravel dans le monde

Cette phrase, que l'on découvre dans le générique de fin, montre l'ambition que Anne Fontaine s'est fixée dans ce film, à savoir exposer la genèse particulièrement difficile de cette œuvre majeure,...

le 9 mars 2024

19 j'aime

15

Frères
Azur-Uno
8

Jamais deux sans toi

Avec ce film bouleversant et intimiste, Olivier Casas nous livre l'adaptation d'une histoire vraie, vécue par les frères Michel et Patrice de Robert, Mic et Pat, que l'on découvre dans un pensionnat,...

le 28 avr. 2024

18 j'aime

4